Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, la Bernangère (Saint-Jean-sur-Couesnon fusionnée en Rives-du-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049259 réalisé en 2011

Fiche

  • Vue générale sud-ouest
    Vue générale sud-ouest
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable à vaches
    • grange
    • puits
    • four
    • étable à chevaux
Parties constituantes non étudiées étable à vaches, grange, puits, four, étable à chevaux
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Aubin-du-Cormier
Adresse Commune : Rives-du-Couesnon
Lieu-dit : la Bernangère
Cadastre : 1833 A1
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Saint-Jean-sur-Couesnon

Bien qu'il ne constitue aujourd'hui plus qu'une seule propriété, ce lieu était originellement composé de nombreuses propriétés distinctes. Ainsi, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune en 1833, la "Brenangère", ainsi qu'elle était nommée à cette époque, était mentionnée comme un village, et pour cause, il comptait en effet une dizaine de propriétés différentes. Au nord, se trouvaient deux alignements de trois logis alors qu'au sud, il existait également quelques autres alignements. Les bâtiments qui font l'objet de cette notice correspondent à la partie nord de cet ancien village et plus précisément aux deux anciens alignements de trois logis. Les bâtiments actuels situés au nord de la cour correspondent à ceux figurés sur le premier cadastre, même si les trois anciens logis ont été regroupés en une seule propriété actuellement. La partie ouest de l'alignement, la plus élevée, correspond à l'un des anciens logis ; la partie est, moins élevée, correspond quant à elle à deux des anciens logis visibles sur le cadastre de 1833. Cet ensemble de trois logis a été réuni pour ne former qu'une seule et même ferme, vraisemblablement à la fin du 19e siècle. La partie ouest abritait le logis de la ferme alors que la partie est, qui était un ancien logis, a été transformée en dépendance : étable ou écurie. Certains encadrements de baies de cette partie ont d'ailleurs probablement été transformés à cette époque (fin du 19e siècle). Le linteau de l'une des fenêtres de l'étage porte la date de 1669. Cette date correspond aux caractéristiques architecturales du bâtiment : forte pente de toiture, existence d'un coyau... bien qu'il ait subi par la suite des remaniements. Ainsi, une photographie du bâtiment prise en 1969 témoigne de ces transformations. A l'origine, il n'existait qu'une fenêtre centrale à l'étage ; le linteau portant la date de 1669 était situé au rez-de-chaussée et était celui de la fenêtre d'origine ; celle-ci avait déjà été agrandie en 1969. La hauteur de ce bâtiment laisse imaginer qu'il existait une pièce d'habitation à l'étage dès l'origine. De plus, la présence d'une évacuation à l'étage, en façade nord, atteste de l'existence d'un lave-mains à cet emplacement et par conséquent d'une pièce de vie (chambre) à l'étage. La partie est, qui correspond à deux anciens logis, possède encore en façade nord une fenêtre grillée, dont l'encadrement est chanfreiné, qui date du début du 17e siècle. La construction de cette partie est semble-t-il plus ou moins contemporaine de celle de la partie ouest datée 1669, même si la façade sud de cette partie a été très transformée. L'ancien alignement de trois logis situé au sud-est du premier a aujourd'hui été transformé en simples dépendances. Cette partie est reliée aux bâtiments décrits ci-dessus par une grange qui forme un corps de logis perpendiculaire entre les deux anciens alignements. Cette grange est déjà figurée sur le cadastre napoléonien de 1833. Deux anciens logis sont encore détectables au regard de l'organisation de la façade sud. Ainsi, deux portes y sont percées. En partie Est, la présence d'une fenêtre et d'une porte en plein cintre témoigne de l'existence d'un logis à une pièce à feu à cet emplacement. Le cavet qui se trouve sur les encadrements de la porte et de la fenêtre témoigne d'une époque de construction proche de la fin du 16e siècle. De plus, la porte en arc brisé de la partie ouest témoigne de la même époque de construction, d'autant plus qu'en 1969, lors d'une précédente enquête d'inventaire du patrimoine, il existait encore une cheminée au décor caractéristique de cette époque (corbeau à doubles ressauts, piédroits chanfreinés décorés de prismes et de boules) dans cette partie. L'originalité de cette cheminée résidait dans son emplacement car elle se trouvait sur le mur gouttereau sud. En 1969, cette partie avait déjà été déclassée en étable. A l'instar de certains autres, ce bâtiment a été remanié, particulièrement à la charnière des 19e et 20e siècles. La faible pente de toiture et la présence d'une porte haute pendante en brique attestent de cette époque. En 1833, deux bâtiments de dépendance existaient déjà à l'ouest et au nord-ouest du premier alignement de trois logis. Toutefois, ces bâtiments ne semblent pas correspondre aux bâtiments présents à cet emplacement aujourd'hui, dont la construction est datable de la charnière des 19e et 20e siècles. Ces bâtiments de dépendances abritaient, d'est en ouest, une étable, une grange et un fournil.

Période(s) Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Principale : 2e quart 17e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates 1669, porte la date

Cet ensemble est composé de différents bâtiments élevés en moellon de granite et couverts d'ardoise. Les encadrements de baies d'origine sont réalisés en pierre de taille de granite. Certaines autres baies, reprises après la construction des bâtiments, présentent des encadrements en granite bleu et en brique. La façade sud de l'ancien alignement situé au sud-est est percée de baies d'une grande qualité : porte en plein cintre à doubles rouleaux, porte en arc brisé, fenêtre à encadrement possédant un cavet. Les linteaux de certaines baies de l'ancien alignement situé le plus au nord portent certaines inscriptions. L'un des linteaux porte en effet la date de construction du logis à savoir 1669 ; le linteau de la porte témoigne du monogramme du Christ IHS. L'un des bâtiments possède une très forte pente de toiture équipée, en partie basse, d'un coyau. La partie qui se trouve à l'est de cette dernière présente également une pente de toiture accentuée et un coyau. Sous cette toiture, se déroule une corniche composée de corbelets en bois sculptés. Les dépendances de cette ancienne ferme s'élèvent autour des bâtiments centraux dans lesquels se trouvait le logis. Une étable, une grange et un fournil se trouvent au nord-ouest. A l'ouest, s'élève une remise et au sud-est, des porcheries et un puits.

Murs granite
grès
schiste
moellon
Toit ardoise
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113506122NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103509089Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_2.

    20103509090Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_3.

    20103509091Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_3.

    20103509118Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_7.

    20103509092Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_3.

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Saint-Jean-sur-Couesnon, Canton de Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 20 juin 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Froc, Maire et sous la direction de Mr Lambert, Directeur des Contributions, Mr Lesné, Géomètre en chef, par Mr Viel, Géomètre de 1ère classe, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).