Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Gueldro Marrec (Plouhinec)

Dossier IA56007607 réalisé en 2010

Fiche

Bien que tardivement construite, cette ferme présente un grand intérêt pour son ensemble concerté se développant autour d'une cour. Ce modèle très peu usité en Morbihan rappelle les fermes modèles pour sa conception ; de plus la forme des lucarnes et des ouvertures de dépendances en retour ne sont pas du tout en usage sur le territoire morbihannais : s'agit-il d'une origine ligérienne ? Jean-François Le Runigo qui hérite de son père en 1901 et qui est sans doute à l'origine du bâtiment actuel pourrait avoir puisé son inspiration dans des modèles extérieurs au département. La structure de cette ferme s'oppose à celle de la ferme "tout en un" telle que vue à Penprat sur la même commune, contemporaine de Gueldro Marrec. Ce sont des exceptions sur le territoire de la ria d'Etel, mais ils révèlent la richesse de certaines exploitations agricoles de l'époque, peut-être liée à la production légumière, quoique que les deux fermes montrent de grandes étables. On peut également évoquer sans certitude l'élevage de chevaux dont certains puits de la commune semblent les témoins, en lien avec les haras d'Hennebont ?

Parties constituantes non étudiéescour, étable, remise, puits, fontaine, écurie, toit à porcs
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Port-Louis
AdresseCommune : Plouhinec
Lieu-dit : Gueldro Marrec
Cadastre : 1837 I 522 à 526, 737 ; 2010 ZS147

La ferme est édifiée à la fin du 19e siècle sur l'emplacement d'un manoir situé en bordure de la rivière d'Etel attesté dans la réformation de 1666 comme 'le lieu noble de Querdrou Marec'. Peut-être s'agit-il du manoir et hébergement de Kerdrennou au village de Loquénin signalé en 1427, appartenant au sire de Kaemerch auquel demeure un métayer, Jean Lescoet. Le bâtiment qui figure sur le plan cadastral de 1837 était devenu une ferme appartenant à Armand Briand de Kervagate propriétaire à Hennebont et était exploité par Jean Le Runigo ; la ferme présente alors un plan en équerre avec un four à pain isolé au nord, séparé de la ferme par le chemin menant au rivage. Jean Le Runigo ou son fils rachète le bâtiment de la ferme en 1882, puis l'ensemble des terres en 1896, mais c'est plutôt à son fils Jean-François qui en hérite en 1901 qu'il faut voir le constructeur de la ferme actuelle, plutôt qu'à une hypothétique famille d'origine alsacienne comme le prétend la tradition locale : tous les bâtiments regroupés autour de la cour forme une composition homogène et concertée. Vestige de l'ancien manoir, l'enclos cerné de hauts murs subsiste au sud du bâtiment actuel ; de même dans la cour, le puits en pierre de taille pourrait également dater de l'ancien manoir, sans pouvoir le dater plus précisemment.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s)Personnalité : Briand de Kerlagatte Armand maître d'oeuvre inconnu attribution par source
Personnalité : Le Runigo Jean propriétaire attribution par source
Personnalité : Le Runigo Jean-François commanditaire attribution par source

La ferme de Gueldro Marrec est isolée au sud-est du village de Locquénin, ce qui révèle un lieu de manoir. Les bâtiments longés au nord par le chemin qui descend au rivage, se déploient autour d'une cour au nord en un plan à cour presque fermée. L'homogénéité de l'ensemble est accentué par le traitement identique des façades enduites. Le logis à étage de type ternaire occupe le centre de la composition au sud de la cour. Il donne côté sud sur le grand verger clos de murs de l'ancien manoir. Il est encadré de deux petites ailes sans étage dont l'une devait être la laiterie. A l'est, le bâtiment en retour abritait les étables ouvertes de plusieurs portes et fenêtres alternées à arc en plein cintre avec clef saillante en pointe de diamant. Les ouvertures des écuries qui leur font face sont disposées de manière identique. Une lucarne passante à fronton triangulaire bordé de pierres de taille orne le centre des élévations des deux dépendances. En retour et fermant la cour deux granges à porte charretière ouvertes sur la cour et sur le chemin et couvertes d'un toit en pavillon. Le long du chemin au nord, un hangar sur piliers de pierre rappelle les hangars repérés au nord de Plouhinec, bien que de plus grandes dimensions et sur piles carrées. Les espaces entre les piles sont aujourd'hui obturés. De l'autre côté du chemin, une fontaine alimentait un lavoir aujourd'hui en ruines.

Mursgranite
enduit
Toitardoise
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
appentis
pignon découvert
croupe
Escaliers
escalier tournant à retours avec jour en charpente
Typologieslogis de type ternaire, composition d'ensemble concertée, cour fermée
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20095606225NUCB : Archives communales de Plouhinec

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Plouhinec. 1837. Plans cadastraux.

Documents figurés
  • A. D. Morbihan. 3P 215. 1837. Plouhinec. Plan cadastral. Plan d'assemblage et plan par sections. 3 P 2414 et 3P 2415. Plouhinec. Matrices cadastrales.

    Archives départementales du Morbihan : 3P 215 ; 3 P 2414 ; 3P 2415