Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Sainte-Bertière (Noyal-sous-Bazouges)

Dossier IA35049655 inclus dans Écart du Tertre (Noyal-sous-Bazouges) réalisé en 2012

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable
    • remise
    • four à pain

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesétable, remise, four à pain
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Antrain
AdresseCommune : Noyal-sous-Bazouges
Lieu-dit : la sainte Bertière
Cadastre : 1942 B2 655

La lecture du premier cadastre de Noyal-sous-Bazouges en 1823, nous montre que l´écart de la Sainte-Bertière n´a pas beaucoup changé, si ce n´est par la construction récente de hangars agricoles et de bâtiments d´élevage. La ferme qui nous intéresse se situe au sud-ouest de cet écart et son plan est similaire à celui de 1823. La ferme est constituée d´un corps de logis entouré de deux dépendances plus récentes. Le corps de logis est représentatif des constructions de la fin du 16e siècle. Il reprend une typologie ancienne assez commune et toutes les caractéristiques de cette époque : forte pente de toit, pièce de vie au rez-de-chaussée et chambre à l´étage, porte en plein cintre, fenêtre à appui saillant et encadrements chanfreinés. La pente du toit est très forte, il est possible qu'elle ait été couverte en chaume autrefois. Les toits de chaume demandent en effet une pente de toit bien marquée afin que l'eau de pluie s'écoule correctement. Ce logis fait preuve d´un très bon niveau d´authenticité et regroupe les grandes caractéristiques de l´architecture rurale de la fin du 16e siècle et du début du 17e siècle. Les photographies prises en 1977 nous rappellent que la dépendance se trouvant à l´est du logis servait d´habitation. Depuis, des modifications ont été opérées sur la façade, avec l´agrandissement de la porte et de la fenêtre, de façon à former une porte cochère et en faire un bâtiment agricole. Au vu de l´appareillage régulier en façade et de l´usage du granite bleu au niveau des encadrements, il est probable que cette partie de la ferme, qui était encore couverte de chaume en 1977, ait été remaniée dans la deuxième moitié du 19e siècle. A l´ouest du logis se trouve une ancienne étable. Construite en granite, schiste et bauge, il semble que ce bâtiment ait été remanié avec des pierres de remploi. La date de 1926, portée sur une pierre de taille en granite au niveau de la porte, témoigne d'une période de travaux mais ne correspond pas à la date du bâtiment dans son ensemble, dont la construction, visible sur le cadastre de 1823, remonte plutôt au début du 19e siècle.

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle

La ferme présente sa façade au sud. Le logis principal est encadré de deux bâtisses faisant aujourd´hui office de dépendances agricoles. La maçonnerie du corps de logis est constituée de moellons de grès pour l´élévation et de gros blocs de granite pour le chaînage d´angle et l´encadrement des ouvertures. Le toit à longs pans est couvert en ardoise et supporte une cheminée en brique. La façade est percée d´une porte en plein cintre à double rouleau, d´une fenêtre au rez-de-chaussée et d´une fenêtre à l´étage. La porte et la fenêtre à l´étage présentent des bords chanfreinés avec un décor sculpté à la base. La fenêtre de l´étage possède en outre un appui saillant mouluré. La fenêtre du rez-de-chaussée quant à elle, est surmontée d´une accolade sculptée dans le granite. Elément intéressant et rare dans les fermes, la maison est dotée de latrines, comme en témoigne la petite extension carrée sur le côté ouest de la maison. Dans la pièce principale, on peut voir un blason muet sur la hotte de la cheminée et un vaisselier inscrit dans le mur.

Mursgranite
grès
schiste
moellon
Toitardoise, chaume
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 2, p. 508-510
  • CHALMEL, Théodore. Monographie de la commune de Noyal-sous-Bazouges, Anciennes familles. Rennes, Imprimerie Simon, 1908.

  • CHALMEL, Théodore. Noyal-sous-Bazouges, Ille-et-Vilaine Rennes, 1939.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    p. 357 à 361
  • L'architecture traditionnelle dans le canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.