Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, les Longrais (Noyal-sous-Bazouges)

Dossier IA35049584 réalisé en 2012

Fiche

  • Elévation sud
    Elévation sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable
    • four à pain
    • puits

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesétable, four à pain, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Antrain
AdresseCommune : Noyal-sous-Bazouges
Lieu-dit : les Longrais
Cadastre : 1942 C2 198

L´écart des Longrais apparaît sur le cadastre napoléonien de 1823. Il est constitué d´une grande ferme entourée de grandes parcelles cultivables. De ce fait, il paraît évident que cette ferme appartenait dès son origine à une famille d´importance. Le bâtiment principal présente sa façade au sud. Il est constitué d´un corps de logis ancien auquel sont venues se rajouter des dépendances. Le cadastre ancien montre la présence de deux autres bâtiments, probablement des bâtiments à fonction agricole, étable ou grange ainsi qu´un fournil au vu de la forme arrondie que prend un des pignons. Le logis principal, dont la façade est construite en pierres de taille, présente une porte d´entrée remarquable de par son décor sculpté de style Renaissance. La fenêtre du rez-de-chaussée est surmontée d´un linteau orné d´une accolade, portant le nom du commanditaire et la date : NI BEAULERE ME A FAICTE 1575. A l´étage, la fenêtre est également décorée d´une petite accolade et présente un appui saillant. Côté nord, le toit est à pignon découvert et doté d´un coyau, élément de toiture permettant un adoucissement de la pente dans sa partie basse ce qui a pour effet de rejeter l´eau de pluie loin du mur. Une tourelle ronde sur la partie nord abrite un escalier à vis en bois. Tous ces éléments architecturaux, décors sculptés, pente et forme du toit, tour ronde, confirment la date de 1575 portée en façade et témoignent de la richesse de son fondateur. Nous n'avons pas connaissance d'une appartenance noble de son fondateur, cependant la forme générale de l'édifice, la présence d'une tour, de latrines, d'un étage habité et de beaux décors rappellent une forme de manoir. Le propriétaire pouvait être un riche marchand, n'appartenant pas à une lignée noble mais plutôt à la bourgeoisie, et qui aurait affiché sa richesse par la construction d'une maison de type manoir. Un bâtiment prolonge le logis principal sur le côté est. Il devait abriter à l´origine un logis et des bâtiments de ferme. Cette partie de la construction est présente sur le cadastre de 1823 mais paraît plus récente. D´après la forme régulière des ouvertures et la présence de linteaux taillés dans du granite bleu de carrière, elle a pu être transformée au cours du 19e siècle ou au début du 20e siècle. La construction en moellons montre qu´on a accordé moins de soin à cette partie, ce qui laisse penser qu´elle pouvait être attribuée à une famille de métayers.

Période(s)Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1575, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Beaulere

Ce bâtiment est constitué de deux parties. Le premier logis, à l´ouest, est de plan rectangulaire et présente un étage habité. Sa façade principale est exposée au sud. Il est flanqué, au milieu de sa partie est, d´un escalier à vis hors-œuvre, inscrit dans une tour ronde, qui dessert les deux pièces de l´étage. Ce logis est prolongé, côté est, d´un bâtiment de plan rectangulaire dont la façade, tout en longueur, est également exposée au sud. Ce bâtiment, plus bas, n´était probablement habité qu´au rez-de-chaussée à son origine. L´ensemble de ces deux bâtiments forme un plan en L, dont l´angle est occupé par la tour. La première partie est la plus intéressante puisqu´elle a bénéficié d´un soin particulier dans sa mise en œuvre. La maçonnerie, tout en granite, est composée de pierres de taille disposées avec régularité. Deux toitures à longs pans couvertes d´ardoise sont disposées à la perpendiculaire, formant deux noues. La toiture perpendiculaire à la façade dispose d´un coyau sur sa partie basse. Le pignon nord est débordant. La façade présente un réel intérêt. Toutes les ouvertures ont des bords chanfreinés. La porte d´entrée frappe par son décor très élaboré. Son arc surbaissé est surmonté d´un tore en accolade. La pointe de l´accolade se termine en fleuron et est entourée d´un décor végétal. On retrouve un décor assez semblable sur l´ancien logis du château de Beauvais à Noyal-sous-Bazouges. Le linteau surmontant la fenêtre, à gauche de l´entrée, est orné d´une double accolade et porte le nom du commanditaire ainsi que la date 1575, correspondant à la fondation de la maison. La petite fenêtre de l´étage a un appui saillant et une petite accolade sur sa partie supérieure. Au-dessus de la porte d´entrée, un œil de bœuf éclaire la pièce située à l´étage. La tourelle comprenant un escalier et situé au nord-est du bâtiment est couvert d´un toit conique en ardoise. Il existait trois pièces à feu dans ce bâtiment. Ainsi, la double cheminée située sur le pignon ouest chauffait la salle du rez-de-chaussée ainsi qu´une des chambres de l´étage. L´autre chambre à l´étage, celle située au nord, bénéficiait d´une troisième cheminée. Sous cette chambre, une pièce froide pouvait servir de cave. Le dénivelé du terrain fait que cette pièce est à moitié enterrée. Sur le plan réalisé en 1980, on voit dans la chambre de l´étage, partie nord, un décroché dans l´épaisseur du mur. Il pourrait s´agir de latrines.

Mursgranite
Toitardoise
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
toit conique
noue
pignon couvert
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 2, p. 508-510
  • CHALMEL, Théodore. Monographie de la commune de Noyal-sous-Bazouges, Anciennes familles. Rennes, Imprimerie Simon, 1908.

  • CHALMEL, Théodore. Noyal-sous-Bazouges, Ille-et-Vilaine Rennes, 1939.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    p. 357 à 361
  • L'architecture traditionnelle dans le canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 62-66