Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, le Rocher Morin (Livré-sur-Changeon)

Dossier IA35049284 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Liffré
Adresse Commune : Livré-sur-Changeon
Lieu-dit : le Rocher Morin
Cadastre : 1827 B5

Lors de la réalisation du premier cadastre communal en 1827, contrairement à aujourd'hui, il n'existait au Rocher Morin qu'une seule propriété. Il s'agissait d'une ferme dont les bâtiments étaient semble-t-il assez importants. Ainsi, le corps de bâtiment principal, orienté est-ouest, était-il relativement long. Ce bâtiment abritait probablement non seulement le logis mais également des dépendances : étable, cellier... Face à ce corps de bâtiment principal, s'élevaient, à l'ouest, dans la cour, un autre bâtiment de dépendance de taille beaucoup plus réduite ainsi qu'un four au nord. Le bâtiment principal a malheureusement été très remanié au cours des siècles, ce qui permet difficilement de l'interpréter aujourd'hui. Toutefois, la partie la plus lisible actuellement est la partie centrale qui correspond à l'ancien logis. En façade ouest, cette partie est percée d'une porte en arc brisé surmontée d'une accolade et de deux écus lisses et d'une fenêtre à l'encadrement orné de tores. Les trous qui existent dans les pierres d'encadrement de cette fenêtre témoignent de l'existence d'une grille à l'origine. Il était en effet fréquent d'équiper les ouvertures de grilles car, à cette époque (probablement le 16e siècle), le verre était connu mais encore très peu utilisé car très onéreux ; son usage n'était donc fréquent que sur les édifices appartenant aux propriétaires les plus fortunés : châteaux, manoirs ou bien sur les édifices dont la construction était financée par des dons : églises, chapelles... Le décor de cette porte et de cette fenêtre est réellement très riche et témoigne de l'époque de réalisation de ces éléments, probablement la première moitié du 16e siècle. La qualité de ce décor est étonnante sur un bâtiment de ce type à tel point qu'il est possible de s'interroger sur le fait que ces baies soient à leur emplacement d'origine. En effet, jusqu'au 19e siècle, le réemploi de matériaux venant de bâtiments détruits était très fréquent, ces éléments proviennent donc peut-être d'un autre bâtiment. En effet, les éléments intérieurs de cette partie ne correspondent pas à la richesse du décor des baies de la façade ouest. La cheminée située sur le refend nord est relativement simple : piédroits chanfreinés et corbeaux en bois, le plafond à la française (poutres et solives) n'est pas décoré et, il est par ailleurs très bas. De plus, au-dessus de la porte en arc brisé, se trouvent deux écus lisses, or, le Rocher Morin n'est pas mentionné comme faisant partie des terres nobles de Livré-sur-Changeon, ce qui confirme l'hypothèse du réemploi. Pourtant, il arrivait fréquemment au 16e siècle, que des bourgeois, riches marchands par exemple, fassent représenter des écus sur leurs maisons. La partie nord du bâtiment a été remaniée au cours de la seconde moitié du 20e siècle, elle abrite le logis actuel. La partie sud abritait quant à elle une étable.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Ce bâtiment est construit en moellon de grès ; il possède un toit à longs pans en ardoise équipé d'un coyau (pièce oblique d´un versant de toit adoucissant la pente de toiture dans sa partie basse). Les baies de la partie centrale de la façade ouest présentent un encadrement en pierre de taille de granite d'une exceptionnelle qualité. La porte en arc brisé est surmontée d'un tore en accolade. La pointe de l'accolade est entourée de deux écus lisses. Le tore prend, en partie inférieure, la forme de colonnes surmontées de chapiteaux sculptés. L'encadrement de la fenêtre quadrangulaire est également orné d'un tore. Les encadrements des autres baies de la façade ont été remaniés et sont, pour la plupart, réalisés en ciment. Il existe une petite fenêtre équipée d'une ferrure en partie centrale de la façade ouest. Elle possède un encadrement en pierre calcaire, ce qui est rare dans ce territoire. Les piédroits de la cheminée de la pièce centrale sont également réalisés dans ce même matériau alors que les corbeaux sont en bois. Le plafond de la partie centrale est un plafond à la française, dont la poutraison est de forte section. Trois portes hautes et portes hautes pendantes donnent accès au grenier qui surmonte le rez-de-chaussée.

Murs granite
grès
schiste
moellon
Toit ardoise
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113506137NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Livré-sur-Changeon, Canton de Liffré, Arrondissement de Rennes, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 10 avril 1827, sous l'administration de Mr. Le Comte de Vendeuvre, Préfet, Mr Reuzeau, Maire et sous la direction de Mr d'Astis, Directeur des Contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef, Mr Bessin, Géomètre, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Livré-sur-Changeon, une communauté rurale dans l'histoire. Ouvrage collectif, Coutances : Editions Ocep, 1992.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).