Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, le Chalonge (Noyal-sous-Bazouges)

Dossier IA35049587 inclus dans Écart du Pont (Noyal-sous-Bazouges) réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesétable, remise, puits, pressoir
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Antrain
AdresseCommune : Noyal-sous-Bazouges
Lieu-dit : le Chalonge
Cadastre : 1942 C3 576

L´écart de Chalonge comprend une ferme avec deux habitations construites côte à côte et ayant leurs façades principales orientées vers le sud. Ces édifices sont présents sur le premier cadastre datant de 1823. Théodore Chalmel fait mention, dans son livre sur Noyal-sous-Bazouges de 1939, d´une maison de maître et de sa métairie. La maison de maître (à gauche) La maison de maître est la maison située à l´ouest. Son élévation peut rappeler la typologie de certains manoirs, avec une pièce à feu sur cave et un étage habité. Cet écart est occupé au moins depuis 1485. Il existe sur la façade des éléments architecturaux de cette époque qui ont été remployés lors d´un remaniement de la façade vers la deuxième moitié du 17e siècle ou au début du 18e siècle. Il en est ainsi des décors au niveau des ouvertures, telles que les baguettes croisées à l´étage et l´accolade sur un des linteaux du rez-de-chaussée. Des pierres de tailles provenant d´une construction plus ancienne ont été remployées en façade, notamment autour des ouvertures du rez-de-chaussée. On peut voir à la forme de certaines qu´elles ne sont pas à leur emplacement d´origine. Par ailleurs, le toit a été rehaussé au cours du 19e siècle, la pente a été diminuée et une lucarne a été ajoutée. Les deux jours sous le toit correspondent en effet à d´anciennes aérations du grenier, ce qui laisse penser que la fenêtre de l´étage, correspondant à la chambre, a été remontée. La Métairie (à droite) La métairie correspond au logis double construit à l´est de la maison de maître à une date ultérieure. Un linteau, qui surmontait initialement une des deux portes d´entrée, porte la date de 1796. Cette construction correspond bien à la typologie des maisons de cette époque. On note cependant la présence d´éléments architecturaux antérieurs à cette date, tels que l´appui saillant sur une des fenêtres et les encadrements d´ouvertures à chanfreins. Ces éléments du 17e siècle sont un remploi d´une construction plus ancienne, probablement in situ. Une première campagne d´inventaire en 1978 nous montre la façade avant remaniement. Cette photographie permet de lire l´organisation originelle du bâtiment : logis double avec pièce de vie au rez-de-chaussée et chambre à l´étage. La « croix de Chalonge » citée par les sources écrites correspond en fait à la croix qui se trouve aux Cours Coupées, ornée d´un Christ en granite et portant l´inscription « HH Maturin Houson et ces anfants ». La croix se tenant à l´entrée du Chalonge est récente et se trouve à l´emplacement d´une croix plus ancienne qui avait disparu.

Période(s)Principale : 2e moitié 17e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1796, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Michelet Anne

La maison de maître Cette maison présente un plan rectangulaire. Sa maçonnerie est constituée de moellons de granite disposés de manière très soignée et régulière en façade, et d´une part importante de pierres de taille de granite dans la partie basse de la façade, autour des ouvertures et au niveau des chaînages d´angles. Les chaînages d´angles présentent en outre une disposition particulière, propre à ce secteur, où les pierres sont doublées en alternance. Le toit à longs pans est couvert d´ardoise. Le bâtiment comprend un rez-de-chaussée surmonté d´un étage carré et d´un grenier. La porte d´entrée est flanquée de part et d´autres de fenêtres, mais à l´origine la fenêtre de droite était une porte, qui donnait probablement accès à un cellier. On note une différence de niveau entre les parties droite et gauche. A droite, le plafond du cellier était plus bas que dans les pièces de vie de gauche. Cela peut être dû à la présence d´une cave sous la pièce de vie. Les encadrements de baies de la façade reprennent pour la majorité des éléments d´une construction plus ancienne. Ainsi, la porte d´entrée présente un encadrement chanfreiné. Son linteau, droit, est surmonté d´un arc de décharge, comme c´est le cas également sur l´ancienne porte devenue fenêtre. La Métairie Seule une allée carrossable sépare les deux bâtisses. Le logis double présente un plan rectangulaire et une envergure générale proche de la maison voisine. La maçonnerie est constituée de moellons de granite et de schiste et de pierres de taille de granite dans les encadrements et les chaînages d´angles. Les chaînages sont également constitués d´un doublage des pierres. Le toit à longs pans, percé de deux lucarnes, est couvert d´ardoise. Les deux logis étaient constitués à l´origine d´une pièce au rez-de-chaussée et d´une chambre à l´étage. Des remaniements ont été effectués à la fin du siècle dernier. Sur la partie ouest, la porte et la fenêtre ont été interverties. Le linteau sculpté, portant l´inscription « Fait par Anne Michel et Enfans 1796 », se retrouve donc aujourd´hui au-dessus de la fenêtre. Cette même fenêtre présente un appui saillant. Cet élément est un remploi d´une construction antérieure car ce type de décor n´est plus d´usage dans les constructions de la fin du 18e siècle. Une petite ouverture a été ajoutée sur la partie ouest lors des derniers travaux et fait écho à l´ouverture de la partie est.

Mursgranite
schiste
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 2, p. 508-510
  • CHALMEL, Théodore. Monographie de la commune de Noyal-sous-Bazouges, Anciennes familles. Rennes, Imprimerie Simon, 1908.

  • CHALMEL, Théodore. Noyal-sous-Bazouges, Ille-et-Vilaine Rennes, 1939.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    p. 357 à 361
  • L'architecture traditionnelle dans le canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.