Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, la Ville Hermessan (Saint-Père-Marc-en-Poulet)

Dossier IA35045709 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesgrange, cellier, étable, écurie, porcherie, dépendance
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine
AdresseCommune : Saint-Père-Marc-en-Poulet
Lieu-dit : la Ville Hermessan
Cadastre : 1982 A4
Cette ferme semble dater de la fin du 18e ou du début du 19e siècle comme l'indiquent, notamment, la pente de toit assez forte et l'encadrement chanfreiné de certaines baies. De plus, les bâtiments sont représentés sur le cadastre de 1848. Les ouvertures du logis ont été remaniées au 19e siècle comme en témoignent les carrées de bois. Au milieu du 20e siècle, la pièce à l'est du logis principal a été transformée en pièce d'habitation. A l'origine, cette ferme ne formait qu'une seule propriété avec la ferme voisine comme l'atteste le cadastre de 1848. Dans son ouvrage sur la commune de Saint-Père-Marc-en-Poulet, datant du début du 20e siècle, Théodore Chalmel décrit la Ville-Hermessan en ces termes : Cette demeure noble devint le berceau des sires de Saint-Père. Abandonnée à l'époque de la Guerre de Cent Ans, elle tomba de vétusté et fut remplacée, au XVIe siècle, par une massive construction, bâtie en moellons, recouverte de pierres plates. La façade, percée de poulains à pigeons, atteste la noblesse de son possesseur. Cette métairie, située entre cour et jardin, comprenait au rez-de-chaussée, deux vastes pièces dallées, cheminée à montants, manteau et corbeaux de taille, fenêtres latérales grillagées ; même distribution à l'étage, grenier sur le tout. Une suite de bâtiments ferment la cour quadrangulaire. Dans l'épaisseur du mur entourant le jardin, se voit le puits, à double margelle aux bords usés, attestant les longs services rendus. A l'angle nord gisent, épars sous les ormeaux, les restes d'une ancienne chapelle domestique dont le bénitier sert d'abreuvoir aux volailles. Aux environs s'étendent les vergers, la desserte, la chènevière, les bois, les taillis, les pépinières, les rabines, le fournil, les landes, les prés, le vivier, les terres labourables..
Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 19e siècle

Les bâtiments de cette ferme sont construits en moellon de granite et couverts de toits à longs pans en ardoise et matériau synthétique. Les encadrements des baies du logis sont en pierre de taille de granite chanfreiné, en brique ou forment des carrées de bois. Le logis s'élève sur deux niveaux : rez-de-chaussée et comble à surcroît. L'escalier se trouve à gauche de la porte chanfreinée. Le logis possède une pièce à feu au rez-de-chaussée surmontée d'un grenier. A l'ouest du logis sont accolés l'écurie, l'étable, le cellier et la grange. A l'est du logis se trouvent une porcherie et une autre dépendance dont l'encadrement de la porte est chanfreiné.

Mursgranite
bois
moellon
pierre de taille
Toitardoise, matériau synthétique en couverture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 69;71 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CHALMEL, Théodore. Saint-Père-Marc-en-Poulet. Rennes : SIMON, 1931, rééd. Rennes : Recto Verso, 1983.

    p. 367