Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, la Goizière (Saint-Christophe-de-Valains)

Dossier IA35049312 inclus dans Le village de Saint-Christophe-de-Valains réalisé en 2011

Fiche

  • Vue sud du logis
    Vue sud du logis
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cellier
    • étable à vaches

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéescellier, étable à vaches
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Saint-Aubin-du-Cormier
AdresseCommune : Saint-Christophe-de-Valains
Lieu-dit : la Goizière
Cadastre : 1833 A2

En 1833, lors de la levée du premier cadastre communal, il semble qu'il existait quatre propriétés différentes à la Goizière ; le lieu est d'ailleurs mentionné comme un "village" sur le premier cadastre. Ce bâtiment correspond au bâtiment le plus au nord (parcelle 1057 du cadastre ancien). Ce bâtiment a été construit au cours des années 1660 ainsi qu'en témoigne la date de 1666, portée sur le linteau de la fenêtre du rez-de-chaussée. Son architecture est tout à fait représentative de cette époque de construction. Ainsi, la façade en pierre de taille, la forte pente de toiture, le décalage entre la hauteur de la porte et de la fenêtre, la présence d'un escalier en vis dans un angle... sont des éléments qui sont propres à l'architecture de cette époque et que l'on retrouve sur d'autres bâtiments de la commune datant peu ou prou de la même époque (Launay, la Haute Haye... ) Toutefois, ici, les baies sont quadrangulaires alors que sur les exemples cités précédemment, les portes sont en plein cintre ou en arc en anse de panier. A partir de la seconde moitié du 17e siècle, progessivement, les portes en plein cintre laissent place à des portes à linteaux droits. Ce bâtiment est également très représentatif d'une typologie que l'on retrouve dans la commune à cette époque, à savoir le logis composé de deux pièces à feu superposées, avec desserte de celle de l'étage par un escalier en vis. Des logis de ce type existent encore à Launay et à la Haute Haye. Nous ne connaissons malheureusement pas le nom ni la fonction du commanditaire de ce bâtiment, toutefois, la qualité de l'architecture, la présence d'une pièce à feu à l'étage et d'équipements de confort tels que les cousièges ou encore le lave-mains de l'étage témoignent de son rang. Le bâtiment a probablement été déclassé en ferme au 19e siècle, les autres bâtiments se trouvant au sud de la cour ont alors servi de dépendances. Des photographies du bâtiment à la fin des années 1960 nous permettent de voir qu'à l'époque, la fenêtre d'origine avait été transformée en porte et que la porte avait été transformée en fenêtre. Ce cas de figure est fréquent à cette époque car, la pièce unique d'origine était souvent divisée en deux afin de créer une salle et une chambre. Le cloisonnement se faisait entre la porte et la fenêtre ; la salle se trouvait dans la partie possédant la cheminée. Comme traditionnellement la fenêtre se trouvait du côté de la cheminée, sa transformation en porte était nécessaire afin de permettre un accès direct dans la salle sans avoir à passer par la chambre. Le cadastre de 1833 témoigne du fait que les dimensions de ce bâtiment étaient plus importantes à l'origine, en effet, à l'ouest, il existait une partie dont la façade était en retrait par rapport au bâtiment qui existe toujours actuellement. Des traces de ce bâtiment existaient encore dans les années 1960 lors de la réalisation d'une précédente enquête d'inventaire du patrimoine.

Période(s)Principale : 3e quart 17e siècle
Dates1666, porte la date

Ce bâtiment est implanté au bord de la rivière la Minette. Il s'élève sur plusieurs niveaux puisqu'il possède une cave, un rez-de-chaussée, un premier étage et un comble. Il est construit en granite, sa façade sud est même élevée en pierres de taille. Le toit à longs pans est couvert d'ardoise ; il présente une très forte pente. La façade sud est percée d'une porte de cave dont l'encadrement est chanfreiné ; la porte et la fenêtre du rez-de-chaussée sont quadrangulaires. Le linteau de la fenêtre porte la date de 1666. L'étage est percé d'une fenêtre centrale. La façade nord est percée d'une fenêtre équipée de coussièges au rez-de-chaussée et d'une autre fenêtre à l'étage, sous laquelle se trouve l'évacuation du lave-mains. A l'intérieur, il existe un pièce à feu par niveau (rez-de-chaussée et premier étage) ; la cheminée du rez-de-chaussée est sur le pignon est alors que la cheminée de l'étage se trouve sur le pignon ouest. Elles sont toutes deux réalisées en granite. L'accès à la pièce à feu de l'étage se faisait grâce à un escalier en vis en bois logé dans l'angle nord-ouest de la construction. Un jour en éclaire la montée en façade nord.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20113506155NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103507781Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_6.

    20103507799Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_9.

    20103507800Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_9.

    20103507787Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_7.

    20103507788Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_7.

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Saint-Christophe-de-Valains, Canton de Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 1er juin 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Poulard, Maire et sous la direction de Mr Lambert, Directeur des Contributions, Mr Lesné, Géomètre en chef, par Mr Maudet, Géomètre du Cadastre, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).