Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Kerouil (Primelin)

Dossier IA29010111 réalisé en 2019

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesdépendance, maison, écurie, étable, bergerie, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCap Sizun - Pont-Croix
AdresseCommune : Primelin
Lieu-dit : Kerouil
Cadastre : 2018 AW 28

Les fermes isolées sont assez rares dans le Cap-Sizun. Il s’agit souvent d’anciens manoirs comme ici, à Kerouil. D’autres exemples existent dans les communes voisines : Mespirit en Goulien et Keridiern ar maner en Cléden-Cap-Sizun.

Aujourd’hui disparu, le manoir de Kerouil se devine à travers de nombreux réemplois visibles sur les bâtiments de la ferme : corniche du toit imposante, tête sculptée sur l’angle sud-est du toit, deux cheminées aux piédroits soigneusement sculptés et de nombreuses dalles de granite disposées dans la cour et dans le couloir du logis principal.

L’organisation des bâtiments qui figure sur le cadastre de 1837 est à peu près identique à celle que l’on observe aujourd’hui avec cependant une évolution notable : la création d’un nouveau logis à l’est de l’alignement d‘origine.

Ce nouveau logis bâti dans la seconde moitié du 19e siècle ne porte pas de date, contrairement aux autres bâtiments de la ferme. L’ancien logis devenu écurie porte la date de 1806, une crèche à l’ouest de l’alignement celle de 1819 et une maison isolée au sud-est de la cour celle de 1786.

Cette maison devenue dépendance agricole est le bâtiment le plus ancien de la ferme, remontant probablement à une époque où le manoir existait encore. Un dossier complet lui est consacré.

La ferme appartient à la même famille depuis 1703 (archives privées), comme le montrent les nombreux linteaux sculptés observés sur les bâtiments : JEAN HEURTE : HELENE JOURDAIN // HEURTE // GILLE HEURTE // JEAN HEURTE.

En 1953, la ferme de Kerouil a fait l’acquisition d’une porcherie moderne. Elle comprend huit à dix cellules et deux fours pour cuire les pommes de terres. Ce bâtiment en ciment accolé à la grange, au nord de l’alignement principal, est le plus récent de la ferme, comme le grand hangar agricole voisin construit à la même époque.

Aujourd’hui, la ferme n’est plus en activité. Les bâtiments sont restés dans la famille et sont restaurés petit à petit. Quelques petites évolutions récentes sont à mentionner tout de même : les ouvertures du rez-de-chaussée du logis ont été agrandies dans les années 1980 et le toit de l’étable, menaçant de tomber, a été ôté au début des années 2010.

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1786, porte la date
1806, porte la date
1819, porte la date

Située à une centaine de mètres au sud de la départementale menant à la pointe du Raz, à l’entrée est de Primelin, la ferme de Kerouil est accessible par une allée bordée de hauts chênes et de petits murets de pierres sèches. Cette allée, large de 8 mètres avec une chaussée de 5 mètres (ce qui est important pour l’époque), débutait par deux pilastres qui furent démolis pour faciliter le passage des tracteurs (archives privées).

L’alignement principal, long de 45 mètres, est composé d’est en ouest d’une maison à étage, d’une écurie (qui était l’ancien logis), d’une étable et d’une crèche qui abrita successivement des génisses et des brebis.

Le logis et l’écurie attenante présentent les mêmes caractères architecturaux : façade antérieure en pierres de tailles et élévation à travées (cinq pour le logis, deux pour l’écurie). Les effets décoratifs sont portés sur une imposante corniche du toit moulurée en cavet avec une tête sculptée sur l’angle sud-est et des souches de cheminées chanfreinées.

D’après les archives de la famille, l’ancien logis devenu écurie comprenait une fenêtre de chaque côté de la porte et trois fenêtres à l’étage. Celui-ci a donc été amputé de sa partie est afin de permettre la construction de la maison neuve.

Devant la façade sud se trouvent un puits totalement remanié, une auge monolithe et de larges plaques de granite que l’on retrouve également dans le couloir du logis.

Quelques éléments intéressants ont été observés à l’intérieur de ces deux bâtiments : une porte est ouverte sur le mur nord du logis dans l’axe de la porte sud, les six premières marches de l’escalier sont en pierre et la cheminée de l’écurie (un réemploi de l’ancien manoir probablement) se trouve à l’étage.

Les autres dépendances de l’alignement sont en moellons et ne portent pas de décor particulier, au même titre que la grange à porte charretière située au nord. Notons cependant le nombre important de trous d’attache disposés dans la maçonnerie de la grande étable. Comme souvent dans le Cap-Sizun, les pierres utilisées ici sont des galets.

Une curiosité a été observée à l’intérieur de l’écurie : une grande pierre plate se trouve dressée contre le pignon est du bâtiment. Selon les archives de la famille, il s’agit d’une sortie de secours : Cette pierre communique avec un trou aménagé dans l’âtre du logis et, en cas d’incendie, peut être facilement dégagée de façon à quitter en urgence le bâtiment par l’écurie. Cet aménagement serait la conséquence d’un drame qui eut lieu au village de Kervédan qui vit un membre de la famille coincé dans une maison en flammes sans possibilité de s’échapper.

Mursgranite pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier dans-oeuvre
Typologiesplan allongé, type ternaire,logis à deux pièces par étage, charpente sans poinçon
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Cadastre de la commune de Primelin, 1837 : Section C 2 de Saint-Tugen. Série 3 P 230

    Archives départementales du Finistère : 3 P 230/1/7
(c) Communauté de communes Cap Sizun - Pointe du Raz ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Serre Fabien