Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme de Teirgoën (Plounérin)

Dossier IA22017054 réalisé en 2010

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesdépendance
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
AdresseCommune : Plounérin
Lieu-dit : Teirgoën

Ancienne ferme isolée construite à partir de la première moitié du 17e siècle (logis). Dépendance datant probablement du 18e siècle, très remaniée à la fin du 19e siècle. Depuis 1834, deux dépendances et le fournil ont été détruits. Suite à la construction d´un nouveau logis au sud, l´ensemble a été déclassé en dépendance à la fin du 19e siècle.

Période(s)Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle

Logis de plan allongé, orienté nord-ouest/sud-est, avec dépendance en retour d´équerre au sud-est. Gros-oeuvre en granite en grand appareil régulier pour le logis, plus irrégulier et rehaussé de moellon pour le logis ; baies en pierre de taille de granite à l´exception des ouvertures du pignon sud-est de la dépendance surmontées d´un linteau en bois. Logis à avancée (en rez-de-chaussée, toit rampant) qui conserve plusieurs éléments anciens : une porte en plein cintre moulurée sur chaque façade, un fenêtre moulurée à traverse sur le pignon sud. Dépendance en retour d´équerre au sud-est du logis (fonction initiale indéterminée) reconvertie tardivement en porcherie.

L´apothéis marque l´influence de l´architecture léonarde (maison à avancée) au 17e siècle dans l´ouest du Trégor (limite est) qui se traduit par un Kuzh Gwele abritant le lit clos. Ce modèle n´existe plus aux siècles suivants. Un puits de plan carré est encastré dans un mur de grand appareil.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Kuzh Gwele

    Kuzh Gwele

    Dénomination vernaculaire signifiant littéralement "cache lit" en breton. Dans les maisons rurales et les fermes, cette niche ou alcôve destinée à recevoir le lit-clos est aménagée près de la cheminée soit dans l'épaisseur du mur de la salle, soit en léger décrochement dans le mur postérieur (le plus souvent donc au nord, mur dépourvu de fenêtre). Elle mesure le plus souvent entre 160 et 180 cm de longeur pour une profondeur variant entre 40 et 80 cm.

    On parle également d'appentis arrière pour désigner le décrochement dans le mur postérieur en raison de son toit à une seule pente couvert quelquefois en dalle de granite. A première vue, il s'agit d'un détail architectonique fréquent pour les édifices du 17e siècle et de la première moitié du 18e siècle dans l'ouest du Trégor.

    A ne pas confondre avec le Kuzh Taol qui signifie "cache table" / ou Apothis Taol "avancée de la table" (apoteiz) et qui désigne l'espace intérieur destiné à accueillir la table et les bancs.

    Références :

    DOUARD, Christel. Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique. In Situ, revue des patrimoines [en ligne], 2007, n° 8 [article consulté le 05/01/2011].

    HERVÉ, Patrick. Maisons rurales de Bretagne, Skol Vieizh, n° 72-73, avril-septembre 1981, 80 p.

    MEIRION-JONES Gwyn I. La maison-longue en Bretagne (III), Archéologie en Bretagne, n° 29, 1981, p. 49-67.

    MEIRION-JONES, Gwyn I. La maison et le "kuz gwele" en Bretagne, Archéologie en Bretagne, n° 30, 1981, p. 57-83.

    OLIER, Ernest et Yvonne. L'escalier extérieur en pierre : une caractéristique de la maison de tisserand, Maisons et décors : Bretagne et pays de Loire, n° 155, octobre-novembre 1981, p. 7-13.

    OLIER, Ernest et Yvonne. La maison de tisserand à porche extérieur surélevé dans le haut Léon, au 17e siècle, Bulletin de la Société archéologique et historique du Finistère, t. 109, 1981, p. 289-309.

    PICHOURON, Patrick. Notices de l'Inventaire préliminaire des communes littorales des Côtes-d'Armor, 2003-2007.

  • 20112205794NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Fauchille Gwénaël - Lécuillier Guillaume