Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, anciennement manoir, la Touche Louvel (Breteil)

Dossier IA35028585 réalisé en 2003

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéescellier, étable à vaches, étable à chevaux, four, grange, porcherie
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Montfort-sur-Meu
AdresseCommune : Breteil
Lieu-dit : la Touche Louvel
Cadastre : 1845 E2 ; 1992 ZL
Le cadastre napoléonien, achevé pour 1845, représente les bâtiments qui constituent cet ensemble. La quasi totalité des constructions représentées sur le cadastre ancien est encore en place actuellement. Par ailleurs, ce lieu est cité par Paul Banéat. Il indique qu'il existait une chapelle à cet endroit. Cette chapelle aurait été située à l'emplacement de la croix de chemin actuelle. De plus, les seigneurs de ce lieu possédaient une chapelle privée dans le collatéral nord de l'église de Breteil. Le logis actuel est situé à l'ouest, en fond de cour, il date de 1821, comme l'indique la date portée sur la façade. La façade est également ornée d'armes ainsi que de têtes sculptées recouvertes par l'enduit actuel. Ce logis est divisé en trois travées, l'étage est éclairé de trois fenêtres et le comble de trois lucarnes. Le toit du logis possède une forme de croupe, il est muni d'épis de faîtage et d'un coyau. Il existe, par ailleurs, deux souches de cheminée, une dans chaque pignon. Des dalles de schiste ornent le sol de la cour devant l'entrée. A l'intérieur, l'escalier est situé face à la porte d'entrée, il possède une balustrade en bois décorée. La façade arrière du logis est percée de deux fenêtres à l'étage et d'un oculus à l'origine dont le but était l'éclairage de l'escalier. Au sud, il existe une partie plus ancienne de 1799 qui est accolée au logis de 1821. Cette partie abrite une cellier, surmonté d'une chambre, elle même équipée d'une cheminée en pierre. La partie nord est composée d'un logis à l'ouest. Il existe un accès à l'étage par l'arrière. En effet, une porte avec une main courante et un escalier parallèle à la façade permettent d'accéder à l'étage. A l'est, dans le même alignement, se trouvent une étable, une écurie et un cellier possédant une cheminée et un emplacement réservé au pressoir. Ce bâtiment possède également une date portée sur le linteau d'une porte, cette date est 1833. Des portes hautes et des portes hautes pendantes sont percées dans le comble à surcroît de ce bâtiment situé au nord. Au sud, s'élèvent un four, une porcherie et un ancien hangar, tous ces bâtiments sont reliés entre eux par des murs en terre. A l'est, se trouve le portail d'entrée permettant d'accéder à la cour. En dehors de l'enclos, il existe un autre bâtiment en terre qui abrite une grange et une remise. Enfin, des douves sont présentes à l'ouest, au fond du jardin, comme le montre le cadastre napoléonien. De plus, ce document nous indique également l'existence d'un point d'eau à proximité du portail d'entrée et du four.
Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1799, porte la date
1821, daté par source
1833, daté par source

Cet ancien manoir possède des bâtiments construits à des époques différentes. Les bâtiments sont élevés en terre sur un solin de schiste et de poudingue, ils sont couverts d'ardoise. Ils forment une cour close à l'est du logis. Un jardin clos existe également à l'ouest, à l'arrière du logis.

Mursterre
schiste
poudingue
enduit
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Canton de Montfort. Commune de Breteil. Section E, dite de l'Abbaye, 2e feuille . Dessin, Ferré, géomètre de première classe, [1845], échelle : 1/2000e.

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886.

    p. 244
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 215 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)