Logo ={0} - Retour à l'accueil

Espace portuaire de Morgat (Crozon)

Dossier IA29004160 inclus dans Écart de Morgat (Crozon) réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesmaison, atelier, atelier de réparation
Dénominationsport
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Crozon
Lieu-dit : Morgat

L´anse sableuse de Morgat était depuis des siècles un site naturel d´échouage pour les petites barques locales et d´escale pour de plus gros navires, éventuellement une escadre. En raison de sa position d'écart, Morgat étant à 20 minutes de marche du bourg de Crozon, ce n´est qu´à partir du milieu du 19e siècle qu´un port structuré a été aménagé. Avant d´être une station balnéaire Morgat fut un port de pêche actif dont l´urbanisation s´est développée essentiellement durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le site portuaire se trouve dans la partie sud de l´anse de Morgat, au débouché d´un loch (étang aux rives marécageuses), abrité de la houle et des vents du large par la pointe de Morgat. Les éléments de l´histoire maritime et portuaire de Morgat sont donc localisés sur le trait de côte entre les actuels boulevard de la Plage et quai Kador, ainsi qu'en arrière de cette zone, de part et d'autre de l'ancien étang. Au début du 19e siècle, il n´existait sur le site que quelques remises de pêche, utilisées aussi pour la presse des sardines, séparées par de minuscules venelles. L´une des dernières représentantes de ces remises de pêche est la Bras Maison, située dans le plus vieux quartier de Morgat (rue du Cap de la Chèvre). Elle servait tant au logement, qu´à entreposer le matériel de pêche et à préparer le poisson. Mais les presses à sardines abritées dans ces bâtiments, très actives depuis le 18e siècle, disparaissent peu à peu avec l´essor des conserveries de poissons, à la fin du 19e siècle. A Morgat il y eut 3 conserveries, dont les derniers témoins sont l´usine Poriel située rue de la Fontaine (transformée en restaurant-crêperie depuis quelques années) et l´usine Caradec dont il ne subsiste aujourd´hui que la maison de maître, dominant la plage et le quai Kador. Quant au port, il s'est développé progressivement au sud du débouché du loch. La première infrastructure portuaire est une construction sommaire de pierres délimitant un bassin, utilisé comme pêcherie : le bassin du Goret. Au 18e siècle, cette construction ne sert plus pour la capture du poisson mais seulement comme abri précaire des chaloupes sardinières. Pour se rendre à cet abri à partir de la petite zone urbanisée, les pêcheurs construisent un premier quai (probablement au début du 19e siècle) complété d´un môle en 1845 et d´un second quai en 1887. A partir de ce moment Morgat développe une flottille artisanale de pêche sardinière, à l´instar de ce qui se passe à cette époque dans la plupart des petits ports de Bretagne Sud. En revanche, l´activité de construction navale morgatoise reste embryonnaire à la différence du port voisin de Camaret. Elle se résume à 3 entreprises. Le constructeur naval camarétois Joseph-Marie Belbéoch s´installe en 1896 sur la flèche sableuse au débouché du loch et migre rapidement (1898) sur le quai à proximité du môle, sur une concession du Domaine Public Maritime, située au niveau de l´actuel bureau de Poste et du café « le relais des pêcheurs », rue de la Fontaine. Il est aidé par deux de ses trois fils (Joseph et Louis). Et le chantier livre (entre 1900 et 1914) une moyenne de 10 bateaux (chaloupes et sloops de pêche) par an. Après la Seconde guerre mondiale, il est abandonné. Deux autres chantiers sont mentionnés sur ce quai, celui de Bernard le Moal, qui va construire 15 bateaux de 1907 à 1910 et celui de Pierre Sévellec, qui ne fonctionnera que quelques années. En ce début de 21e siècle, il n´y a plus que 2 bâtiments pour rappeler l´histoire du lieu et de ses hommes : l´Abri du Marin et les magasins de pêcheurs construits tout deux en 1904, bombardés pendant la dernière guerre et reconstruits entre 1960 et 1961. La période de l´après-guerre est marquée par le comblement du marais et l´aménagement sur les terrains récupérés, de la place d´Ys et de la construction d´une église. La dernière grande modification de l´espace portuaire de Morgat date de la démocratisation de la navigation de plaisance qui entraîna la construction d´un grand port artificiel (1971), d´une capacité sur pontons de 710 places, venant perturber durablement le transit sableux de l´anse de Morgat.

Période(s)Principale : 19e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

L'espace portuaire de Morgat peut être subdivisé en différents sous-ensembles (document 3) : un quartier de pêcheurs du 19e siècle et du début du 20e siècle de part et d'autre de l'ancien loch, un front portuaire datant essentiellement du 19e siècle le long de l'anse de Morgat et la zone portuaire Kador, à l'ouest, développée au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle et réaménagée dans les années 1970.

Annexes

  • 20082908368NUC : Archives Municipales de Brest, 2S9 n°1.

    20082908370NUC : Fonds Géomer, Non coté.

    20082908378NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 42/12.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. 4 S 1395 & 1396. Dossiers spécifiques sur le port de Morgat.

    Dossiers des occupations du Domaine public maritime : 4 S SUPPLEMENT 18
Périodiques
  • CADIOU, Didier. Evolution des infrastructures portuaires de Morgat. Crozon : Avel Gornog, 1994, n° 2.

    p. 2-7
  • CHANTEREAU, Loïc. Construction navale à Morgat, de 1910 à 1944. Le chantier Belbéoch. Crozon : Le Presqu´îlien, La construction navale en Presqu´île, hors-série, juillet 2002.

    p. 17-18
  • KERDREUX, Jean-Jacques ; BARAER, Michel. La construction navale morgatoise de 1896 à 1948. Crozon : Avel Gornog, n° 15, juillet 2007.

    p. 75-88