Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble fortifié : 4 redoutes et blockhaus (Stützpunkt "Le Conquet") (Re 40-55), Plage des Blancs Sablons (Le Conquet)

Dossier IA29001510 inclus dans Capitainerie de Brest : ensemble fortifié réalisé en 2003

Œuvres contenues

LE CONQUET ET SES RETRANCHEMENTS.

LES BLANCS SABLONS

in La route des fortifications en Bretagne et Normandie de Guillaume Lécuillier, coll. les étoiles de Vauban, Paris, éditions du Huitième jour, nov. 2006, 168 p.

"On établit en même temps un autre camp d'infanterie au Conquet, un autre à Bertheaume avec un quartier de dragons à Saint-Renan.... [...] On fit aussi bâtir un petit fort dans l'île de Cézon pour s'assurer du port d'Aber Wrac'h, un autre petit à Bertheaume, raccommoder les redoutes du Conquet [Plage des Blancs Sablons] et celles du dit Bertheaume... [...]", Vauban, Fortification du goulet de Brest, novembre 1695.

Aux Blancs Sablons, il s'agit pour Vauban de défendre la plage d'une tentative de débarquement... visant l'arsenal et la ville de Brest. Faute de moyens, la fortification commencée en 1689 est dite de "campagne". Reprenant d'anciens ouvrages défensifs, elle se compose essentiellement de palissades, retranchements, batteries de canons et redoutes pour abriter les hommes... Ces ouvrages s'inspirent de plans-types (pour les corps de gardes, les hangars, magasins et retranchements...) et recommandations générales établies par Vauban "commandant de la place de Brest" interarmes en 1694. Les batteries seront composées de terre, fascine et gazon avec de vieux bordages de vaisseaux en guise de plates-formes réparties sur les deux rives du goulet. [...] Derrière et au plus près de chaque batterie, on fera un bâtiment de 8 toises de long et de 3 et demie de large divisé en trois parties : un petit magasin pour la poudre, un hangar pour mettre bragues, palans et armements des pièces à couvert, et un corps de garde. Les redoutes des Blancs Sablons quant à elles sont à rapprocher de celles construites de 1689-1699 sur la côte de la Hougue dans le Cotentin. Les redoutes de Vauban (mises en oeuvre par l'ingénieur Mollart) y compris celles de l'Ilette et de Kermorvan sont conservées et modernisées au 18e siècle mais reconstruites au milieu du 19e siècle sur des modèles-types de 1846. D'autres batteries plus ou moins de campagne (et plus ou moins "temporaires") ont été installées autour de Brest (dans et hors de la rade) sur les directives de Vauban pointe du Renard, Sainte-Barbe, Saint-Mathieu, Guini, Neven, sur l'île Longue, à Plougastel, ou pointe du Corbeau.

AppellationsDispositif des Blancs Sablons, Stützpunkt Le Conquet
Parties constituantes non étudiéesfort, redoute, batterie
Dénominationsensemble fortifié, abri, blockhaus
Aire d'étude et cantonBretagne Nord
HydrographiesAnse des Blancs Sablons
AdresseCommune : Conquet (Le)
Lieu-dit : Plage des Blancs Sablons

Fonction : défense de la plage des Blancs Sablons. Les blockhaus du Stützpunkt "Le Conquet" sont numérotés du nord au sud de Re 40 à Re 55.

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1694, daté par source
1695, daté par source
Auteur(s)Auteur : Vauban ingénieur militaire
États conservationsdésaffecté
Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvrevestiges de guerre, intérêt botanique, à signaler

Annexes

  • Mollart (de) (alias de Mollard, du Mollard, du Mollart) d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, 1981, 2 tomes.

    "Famille de l'élection de Meaux fixée quelque temps (1ère partie du 17e siècle) en Touraine. Maintenue dans sa noblesse par arrêt du Conseil du roi le 22 juillet 1669 sur preuves de 1477. Seigneurs de Marcilly, de Dieulamant, du Plessis.

    1661, Augustin-François de Mollart, écuyer, sieur du Plessis.

    1703, François-Joachim de Mollart, écuyer sieur du Plessis et de Dieulamant.

    16..., François de Mollart, écuyer, sieur de Marcilly.

    1669, Paul-Louis de Mollart, écuyer sieur de Dieulamant.

    Né à Paris, paroisse Saint-Sulpice, en 1649.

    Père : François.

    Mère : Claude Le Vest.

    Frère et neveu : les ingénieurs qui précèdent.

    Marié en secondes noces à Brest le 27 février 1710 avec Jeanne des Lis native de La Rochelle, 50 ans, veuve de David Viet.

    Enfant (du 1er lit ; nom de la mère inconnu) :

    - Claude, écuyer, sieur de Dieulamant,

    - Marie, fille majeure en 1712.

    Mort à Brest le 18 août 1713, âgé de 64 ans.

    Ingénieur ordinaire, département de Colbert, à 20 ans en 1669 ; affecté en Bretagne.

    A port-Louis en 1683, détaché à Léon l'année suivante.

    Revenu à Brest en 1685 puis à Port-Louis en 1686.

    Ingénieur en chef en 1687 ; chargé "des ouvrages de la ville de Brest, de l'arsenal de la marine, des batteries du côté de l'eau, des redoutes du Conquène [Le Conquet : redoutes des Blancs Sablons] et de l'île d'Ouessant".

    Mort en activité.

    On ignore son assimilation militaire et s'il eut des services de guerre".

  • 20082910355NUC : Bundesarchiv, Koblenz, Deutschland

    20082910356NUC : Bundesarchiv, Koblenz, Deutschland

    20082910357NUC : Bundesarchiv, Koblenz, Deutschland

Références documentaires

Bibliographie
  • Le Conquet, plage des Blancs Sablons DELECLUZE (E.), "Défense du Conquet en 1624-1625", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, IX, 127, 1883-1884, 1884-1885.

  • GURY (J.), "Raids anglais sur le Conquet", Les cahiers de l´Iroise, 1973, p. 252-253.

  • OLIER (F.), "Le Conquet, garnison du bout du monde, La vie militaire au Conquet au XVIIIème siècle", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CXV, 196, p. 287-314.

Périodiques
  • TABURET (G.), "Vauban au Conquet", Les cahiers de l´Iroise, 1956, 2, p. 12-17.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume