Logo ={0} - Retour à l'accueil

Enclos paroissial et église Notre-Dame et Saint-Tugen (Brasparts)

Dossier IA29003242 réalisé en 2008

Fiche

  • Vue générale sud
    Vue générale sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • enclos
    • calvaire
    • ossuaire
    • chapelle

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesenclos, calvaire, ossuaire, chapelle
Dénominationsensemble religieux, église paroissiale
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
AdresseCommune : Brasparts
Adresse : Bourg
Cadastre : 1999 AH 50

La paroisse est attestée au moins dès le 11e siècle. L´enclos paroissial englobait jusqu´à la fin du 19e siècle le cimetière entouré de murs, l´ossuaire à usage de chapelle des défunts, un second ossuaire plus petit (disparu), un calvaire (voir dossier individuel) et une croix (disparue) dans la partie est. La construction de l´église remonte, pour l´essentiel, à trois périodes. Au 16e siècle sont bâtis le le choeur (avant 1543), le massif occidental (1551), la nef flanquée de bas-côtés et le porche (1589) qui abrite une série de statues dont une porte la date de 1592. Le chantier est initié par la fabrique et la famille La Marche. Le choeur d´origine conservait une maîtresse-vitre réalisée vers 1543 qui a été remontée dans la baie nord du nouveau choeur achevé en 1724. Au 1er quart du 17e siècle sont construits ou reconstruits le bras nord du transept (1623) et la sacristie nord (1648). Au 17e siècle fut également réalisée une grande partie du mobilier monumental remarquable (statues, retables, tableaux). Le choeur a été reconstruit en 1724 (date portée sur le pan sud-est), entraînant la réfection du transept avec, au sud, remploi d´éléments provenant de l´édifice ancien (contreforts, porte ouest du bras sud) ; la sacristie sud qui semble également dater de cette époque, conserve des boiseries en partie contemporaines. Détruite par la foudre en 1816 selon certains auteurs, la flèche, dessinée par l´architecte Joseph Bigot en 1868, a été reconstruite au 19e siècle. Les baies des bas-côtés ont été agrandies au 19e siècle, probablement lors de la réfection totale de la charpente et du lambris de couvrement. L´ossuaire à usage de chapelle des morts, bâti au 16e siècle, a été restauré en 1715. La statue de saint Apolline en kersantite, placée devantla façade sud, pourrait être contemporaine des apôtres du porche (fin 16e siècle).

Période(s)Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 3e quart 16e siècle
Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Dates1551, porte la date, daté par travaux historiques
1589, porte la date
1623, porte la date
1648, porte la date
1715, porte la date
1724, porte la date
Auteur(s)Personnalité : La Marche commanditaire attribution par travaux historiques

Eglise : porche sud hors-oeuvre flanqué de contreforts latéraux à niches surmontés d'amortissement en forme de clochetons, niche du pignon surmontée d'un cadran solaire inséré dans le gros-oeuvre, intérieur couvert d'une voûte d'arêtes avec traces de polychromie, murs latéraux occupés par des niches abritant les statues des apôtres reposant sur des supports figurés. Nef basse et aveugle de six travées éclairée par les baies des bas-côtés nord et sud, édifice couvert d'un lambris de couvrement. Sacristie sud de plan hexagonal couverte d'un lambris de couvrement. Massif occidental surmontée d'une tour avec plateforme acessible par un escalier en vis placé dans une tourelle hors-oeuvre ; plateforme délimitée par une balustrade ajourée et quatre fausses gargouilles ; chambre des cloches ajourée surmontée d'une flèche en maçonnerie octogonale flanquée de gâbles et d'amortissements. Ossuaire (chapelle des morts) : pignons découverts à crossettes sculptées représentant respectivement un ange et l'Ankou (mort), phylactères portant des inscriptions (érodées) en rapport avec la mort et la résurrection, bénitier d'angle. Inscription pignon nord : JE VOUS TUE TOUS. Inscription pignon sud : REVEILLEZ VOUS/OS AR E (?).

Mursgranite pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Couvrementslambris de couvrement
voûte d'arêtes
Couverturesflèche en maçonnerie
toit à longs pans
noue
croupe
Escaliers
escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Typologiesclocher cornouaillais
États conservationsbon état
Techniquessculpture
Précision représentations

Têtes humaines, hommes montrant leur sexe (tour occidentale). Lions (crossettes du pignon ouest). Sirène, figures fantastiques, bustes d'hommes et de femmes (porche sud, frise supportant les statues des apôtres). Anges, lions, l'ankou, personnification de la mort, brandissant la faux (ossuaire).

L´édifice affiche l´alliance de deux éléments insignes de l´architecture religieuse du département : le massif occidental de type cornouaillais (mur-pignon large mais de hauteur faible, imposante tour portant la chambre des cloches et la flèche ajourée) marie, dans la structure et le décor, comme à Rumengol, l'Hôpital-Camfrout et Quimerc´h, le gothique et la Renaissance, alors que le porche sud hors-oeuvre de type léonard (pignon à niche et contreforts surmontés d'amortissements), influencé par les recueils d´architecture diffusés dès le milieu du 16e siècle, affiche des parentés avec ceux de Bodilis, Commana ou Quimerc´h. Site des Monts d'Arrée (site pluricommunal), site inscrit (arrêté du 10/01/1966).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite inscrit
Protectionsclassé MH, 1914/12/21
Précisions sur la protection

Eglise avec le calvaire et l'ossuaire (cad. AH 50) : classement par arrêté du 21 décembre 1914.

Annexes

  • 20072907927NUCB : Archives départementales du Finistère, 3 P 19.

    20072907926NUCA : Archives de l'Evêché, Quimper, 8 L XII, 47.

    20072907980NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fi 16.

    20072907981NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fi 16.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 2 Fi 16. Cartes postales.

  • A.E. Quimper, 8 L XII, 47 (Fonds Bigot). Relevé du clocher par Joseph Bigot, 1868.

Bibliographie
  • BACHELOT DE LA PYLAIE, J.-M. Etudes archéologiques et géographiques mêlées d'observations et de notices diverses. Bruxelles, 1850. Réédition : Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1970.

    p. 254, 261
  • COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

    p. 29-31 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • PEYRON, Paul, ABGRALL, Jean-Marie. Brasparts. Notices des paroisses du diocèse de Quimper et de Léon. Dans : Bulletin de la commission diocésaine d´architecture et d´archéologie, vol. I, 1904.

    p. 271-283

Liens web