Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Sainte-Croix, rue de la Paix (Quimperlé)

Dossier IA29003442 réalisé en 2008
VocablesSainte-Croix
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonFinistère - Quimperlé
AdresseCommune : Quimperlé
Adresse : Rue de la
Paix
Cadastre : 1981 AR 325

L´abbaye bénédictine est fondée vers 1050 par Alain Canhiart, comte de Cornouaille. Entre la fin du 11e et le début du 12e siècle, son fils Benoît, évêque de Nantes et abbé de Sainte-Croix, est sans doute à l´origine de la construction de l´église, également destinée à abriter le tombeau du premier abbé, Gurloës. De cette époque subsistent, outre le plan, la crypte et la partie inférieure de l´ancien choeur des moines. En 1476, sous l´abbatiat de Guillaume de Villeblanche, modification du bras nord afin d´aménager un accès depuis la rue principale de la ville : remplacement du couvrement de l´époque romane par des voûtes en arc brisé couvertes d´une charpente à chevrons portant fermes, construction d´un pignon découvert côté rue, aménagement d´une terrasse (sans doute réservée aux interventions publiques de l´abbé) accessible par un escalier en vis et mise en place de grandes baies superposées destinées à éclairer les orgues. Vers 1523, l'abbé Daniel de Saint-Alouarn dote l´édifice d´un important mobilier religieux dont témoigne encore un retable en pierre calcaire commandé en 1541 ; à l´origine, il était placé entre les piles nord du vaisseau central, face à la principale porte d'accès depuis la ville. En 1660, le peintre Rome semble réaliser de « belles peintures à la fresque » dans une des chapelles de l´église. En 1665, la congrégation des bénédictins de Saint-Maur prend possession de l´abbaye et initie un renouveau qui affecte surtout les bâtiments conventuels. Entre 1668-1712, à l´initiative de Guillaume Charrier, abbé de Sainte-Croix, reconstruction totale des bâtiments conventuels dont la sacristie qui sera dotée, en 1704, de lambris de hauteur. Entre 1679-1681, suivant le projet de Thomas Jouneaux, prieur de Saint-Croix, mise en place d´une tour-clocher qui, posée au-dessus du vaisseau central, fragilisera l´édifice. En 1728, renforcement des piliers du vaisseau central qui montre des signes de faiblesse depuis la mise en place de la tour. Entre 1730 et 1733, transformation du bras ouest : reconstruction des parties hautes, percement d´une porte d´accès et transfert du retable daté 1541 qui, diminué et restauré, sera placé contre le mur occidental. Réaménagement du vaisseau central (rehaussement du sol, abaissement du bas-côté annulaire, emmarchements, accès latéraux à la crypte), peut-être d´après un projet de l´ingénieur Isaac-René Robelin. Vendue comme bien national, l´abbatiale devient église paroissiale en 1802. Le cadastre de 1824 fait état de logements qui se greffent sur le bas-côté nord. En 1836, les premiers relevés de l´édifice par l´architecte Joseph Bigot précèdent le classement parmi les monuments historiques intervenu en 1840. Afin de sauver le monument roman, Jean-Baptiste Lassus, inspecteur des bâtiments civils, préconise en 1848 le démontage de la tour. Face aux refus de la municipalité et du clergé, on opte pour une consolidation qui n´intervient qu´en 1862. Au cours des travaux de consolidation, notamment le décintrement des échafaudages des doubleaux, la tour s´effondre en mars 1862, causant la mort de deux personnes. La crypte et la partie inférieure de l´ancien choeur des moines ainsi qu´une partie du bras ouest échappent au sinistre. A défaut d´étaiements, le bras nord du 15e siècle s´effondre à son tour, alors que l´architecte des monuments historiques, Emile Boeswillwald, avait plaidé en faveur de sa conservation. Les archives des monuments historiques et les archives diocésaines de Quimper conservent une série de relevés et de photographies qui permettent de connaître les éléments majeurs de l´édifice avant leur disparition complète et de mesurer l´ampleur des dommages. Une série de onze chapiteaux de pierre calcaire est conservée au musée départemental de Quimper, d´autres ont été remployés dans plusieurs églises des environs (Saint-David, église de Tréméven). Selon les dossiers de la reconstruction, peu de chapiteaux d´origine sont encore en place, la crypte mise à part. Entre 1864 et 1868, sous la direction de Boeswillwald, la reconstruction est confiée à Joseph Bigot, secondé par son fils Gustave. Sainte-Croix devient alors le plus important chantier de ce type jamais réalisé dans le département. A l´exception de la crypte et d´une partie du choeur des moines, Bigot reprend le monument depuis ses fondations et en fait un édifice néo-roman. Il fait également rehausser le sol du vaisseau central en inventant une plate-forme accessible par des escaliers latéraux et crée, par le changement des niveaux, un nouvel espace voûté très bas par lequel on accède désormais à la crypte. Vers 1880, mise en place d´un clocher-peigne à l´ouest, probablement d´après le dessin de Joseph ou Gustave Bigot. En 1903, construction d´une tour-clocher isolée de style néo-roman à l´est du chevet d´après le dessin du chanoine Jean-Marie Abgrall.

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1903, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Boeswillwald Emile architecte des Monuments historiques attribution par source
Auteur : Bigot Joseph architecte départemental attribution par source
Auteur : Bigot Gustave architecte attribution par source

L´édifice est conçu suivant un plan tréflé. La partie centrale en forme de rotonde d´environ 30 mètres de diamètre est composée d´un vaisseau central carré entouré d´un bas-côté annulaire. Quatre bras en croix grecque se greffent sur la rotonde. Le vaisseau central est couvert d´une coupole en pendentifs portée par des piliers puissants entourés chacun de quinze colonnettes engagées dont trois, sur chacune de leurs faces internes, supportent la retombée des arcs de la voûte. Le bas-côté annulaire est couvert de voûtes en berceau supportées par sept colonnettes placées à la face externe des piliers. La partie orientale de l´édifice, en forme d´abside, enferme une crypte semi-enterrée de trois travées couverte de voûtes d´arêtes. L'ancien choeur des moines est couvert d´une voûte en berceau. Le clocher de 1681 était coiffé d´une tour-lanterne de forme carrée en pierre de taille ; sa plate-forme à balustrades portait un tambour octogonal surmonté d´un dôme et d´un campanile en charpenterie. Le pignon ouest est surmonté d'un petit clocher-peigne. Le clocher isolé est couvert d'un toit en pavillon coiffé d'un campanile.

Mursgranite
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan tréflé
Couvrementscoupole en pendentifs
voûte en berceau
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit conique
appentis
toit en pavillon
croupe ronde
États conservationsrestauré, reconstruit à l'identique

Malgré sa reconstruction presque intégrale achevée en 1868, l´église Sainte-Croix de Quimperlé demeure un témoin exceptionnel de l´architecture romane en Bretagne. Avec l´ancienne église de Lanleff (Côtes-d´Armor), certes bien plus modeste, elle est, en région, l´unique édifice religieux conçu suivant un plan centré qui se réfère, comme l´ont souligné plusieurs auteurs, au Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablescrypte
Protectionsclassé MH, 1840

Annexes

  • 20042903263NUC : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

    20042903266NUC : Archives départementales du Finistère, 1 J 818.

    20042903262NUC : Archives départementales du Finistère, Atlas départementaux, 1835-1836.

    20042903261NUC : Archives départementales du Finistère, Atlas départementaux, 1835-1836.

    20042903252NUC : Archives départementales du Finistère, Atlas départementaux, 1835-1836.

    20042903265NUCAB : Musée de Bretagne, Rennes

    20042903260NUC : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903264NUC : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903259NUC : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903255NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903254NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903253NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903257NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903256NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

    20042903258NUCA : Archives diocésaines de Quimper, Fonds Bigot, 8 L.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.N. N III. Finistère 1, 1-6. Plan de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, 1664.

  • A.D. Finistère, 1 J 818-823. Etat de l'abbaye et projets de reconstruction, 1664. Photographies des documents conservés aux Archives Nationales.

  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824, section F.

  • A.D. Finistère. Atlas des bâtiments départementaux, 1835-1836.

  • A.D. Finistère, 1 J 14. Albums Abgrall, fin 19e-début 20e siècle. Photographies des chapiteaux déposés au musée départemental breton, Quimper.

  • A.E. Quimper. Fonds Bigot, 8 L. 19e siècle.

Bibliographie
  • L´Abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, des origines à la Révolution. Actes du colloque de Quimperlé, 1998. Centre de recherches bretonnes et celtiques, université de Brest. Association des amis de l´abbaye de Sainte-Croix. Quimperlé, 1999.

  • COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

    p. 360-362 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • DUBUISSON-AUBENAY. Itinéraire de Bretagne en 1636. Archives de Bretagne. Recueil d´actes, de chroniques et de documents inédits, t. IX. D´après le manuscrit original, avec notes et éclaircissements, par L. Maître et P. de Berthou, Nantes, 1898.

    p. 99-102
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Finistère. Collection Images du Patrimoine n° 217, Rennes, 2002.

    p. 50-54
  • LE DUC, dom Placide. Histoire de l´abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé. Ed. R.-F. Le Men. Quimperlé, 1863.

  • LISCH, René. Sainte-Croix de Quimperlé. Dans : Congrès archéologique de France : Cornouaille. Orléans, 1957.

    p. 84-93
  • MUSSAT, André. Arts et cultures de Bretagne, un millénaire Paris : Berger-Levrault, 1979.

    p. 248