Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Sauveur (Saint-Sauveur-des-Landes)

Dossier IA00006911 inclus dans Le village de Saint-Sauveur-des-Landes réalisé en 1969

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

L'édifice est hétérogène et remanié, présentant quatre campagnes de construction :

-La première campagne est du 12e siècle. De cette époque demeurent les arcades de la nef, le chœur, ainsi que les chaînages d'angles du bras nord du transept et de la chapelle des fonts baptismaux, et le chapiteau remployé comme console dans la chapelle des Fonts. L'église romane avait les dimensions de l'édifice actuel, sa nef était flanquée de deux bas-côtés (celui du nord a disparu à une date indéterminée) et recoupée par un transept.

-La deuxième campagne remonte au 16e siècle. De cette époque date la construction de la chapelle des Fonts, la réfection du mur sud de la nef (deux fenêtres Est et portail sans les contreforts), la construction d'une nouvelle façade occidentale, actuellement disparue, et qui portait la date 1592.

-La troisième campagne date du 17e siècle. Il s'agit d'une campagne de restauration du chœur, difficile à déterminer. Il s'agit de la transformation de la croisée, l'arcade sud est rétrécie avec remploi de pierres tombales.

-La quatrième campagne date du 19e siècle. Il s'agit en fait de plusieurs campagnes de construction ou de restauration qui s'échelonnent de 1837 à 1880. Les éléments plus importants sont la construction de l'actuel clocher-porche occidental (1864) et la construction du bras nord du transept avec ses annexes (1880).

Genrede bénédictins
Précision dénominationprieuré cure
VocablesSaint-Sauveur
Parties constituantes non étudiéesenclos
Dénominationsprieuré, église paroissiale
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Fougères Sud
AdresseCommune : Saint-Sauveur-des-Landes
Lieu-dit : Cadastre : 1987 AB 42

L'église actuelle semble être l'ancienne église priorale, fondée à Saint-Sauveur-des-Landes en 1040 par l'abbaye de Marmoutier et devenue paroissiale en 1325. Elle se composait primitivement d'une nef avec une abside romane demi-circulaire appuyée sur des contre-forts plats, de deux collatéraux et d'un transept

De l'époque romane subsistent les arcades de la nef, l'appareillage du mur sud, la moitié du bras sud ainsi que l'abside du choeur et ses quatre fenêtres. De la fin du 15e siècle ou du début du 16e siècle datent la chapelle des fonts au sud-ouest et le mur nord de la nef. La sacristie a été ajoutée à l'angle du bras sud et du choeur au 17e siècle. La tour porche a été construite en 1864 avec remploi du portail gothique. Le bras nord du transept et sa chapelle sont construits en 1880 en style néo-roman.

La nef nord est abattue, ainsi que les deux absidioles, et son toit a été abaissé, au 16e siècle et au 17e siècle. La façade occidentale date du 19e siècle, ainsi que la flèche qui la surmonte. Au fond du chœur est placé un retable du 18e siècle en bois doré, dont il ne subsiste que des fragments.

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 12e siècle , (?)
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1837, daté par source, daté par travaux historiques
1864, porte la date
1880, daté par source

L'église de Saint-Sauveur-des-Landes présente un plan en croix latine orientée. Elle est située au centre du bourg, sur un placître surélevé bordé de routes à l'ouest et au sud, de bâtiments au nord et à l'est. Le placître était occupé par le cimetière.

Elle est maçonnée en petit et moyen appareil irrégulier de granite, avec de place en place, quelques moellons de grès et schiste. Les encadrements d'ouvertures, les chaînages d'angles et les contreforts sont en moyen et en grand appareil plus régulier. La toiture est ardoisée et le sol dallé en granite.

I / Description extérieure

1.Ouest - clocher :

La façade ouest présente un clocher-porche en hors-œuvre, flanqué au sud de la chapelle des fonts. Il y a des traces de reprises à la jonction des deux constructions. Les élévations latérales sont aveugles, et l'élévation ouest a une partie centrale en avant-corps. La façade compte deux niveaux : un grand portail en arc-brisé et oculus, surmonté de la date 1864.

Le clocher en charpente passe en hors-d’œuvre dans l'axe de la nef, en retrait par rapport au nu de la façade ouest. Sa souche est carrée, la chambre de cloche carrée ajourée de deux baies jumelées sur chaque face. Sa flèche est octogonale et très aigüe.

2.Sud :

Cette façade comprend le mur du bas-côté, avec à l'ouest la saillie de la chapelle des Fonts, à l'Est la saillie du bras de transept flanqué d'une sacristie.

Chapelle des Fonts : son mur pignon sud comprend une plinthe et des rampants moulurés et sommés d'une croix, sous la pierre d'assise Est. Une gargouille en ronde-bosse, figure un félin. La fenêtre axiale rectangulaire possède un encadrement mouluré d'un cavet et d'un tore (linteau, piédroits et appui). Le mur porte trois blasons. Son mur-gouttereau ouest est aveugle.

Bas-côté : Des traces de reprises sont visibles au départ occidental du mur, et de part et d'autre du portail du bas-côté. Sa corniche est en cavet. Cette élévation est scandée par quatre contreforts, deux encadrant le portail et deux autres à l'est de celui-ci. Elle compte quatre pans de mur ajourés : trois fenêtres en plein cintre (celle de l'ouest étant trilobée), un portail (deuxième travée) en anse de panier avec archivolte en accolade sous gâble triangulaire aveugle frappé d'un écu muet et surmonté d'une croix. Les deux contreforts Est, à deux ressauts en talus, encadrent quatre pierres tombales adossées au mur (cf sous dossier), ces deux contreforts portent des écus.

Bras de transept et sacristie : Ces deux constructions séparées par une reprise verticale, sont comprises sous le même toit. Le mur ouest, oblique et aveugle, remploie des pierres tombales. Le mur-pignon sud est sommé d'une croix monolithe, ajouré dans l'axe du bras de transept d'une petite fenêtre trilobée, et dans l'axe de la sacristie d'une fenêtre rectangulaire.

3.Est :

Cette façade est celle du chœur. Il comprend une courte partie droite et une partie semi-circulaire. Quatre fenêtres en arc plein-cintre sont dispersées sur le chœur : sur les parties droites au nord et au sud et les deux premiers quarts tournants au nord et au sud. On trouve deux contreforts plats au sud-est et au nord, et un contrefort en fruit, dans l'axe de la nef.

4.Nord :

Cette façade comprend le mur de la nef et le bras de transept flanqué à l'ouest d'une travée du bas-côté, et à l'est d'une sacristie.

Mur de la nef : Des traces de reprise sont visibles aux deux extrémités du mur. Ce mur compte deux contreforts et trois fenêtres identiques en arc brisé. Son contrefort ouest porte un écu muet. Sa corniche Est porte un écu muet.

Ensemble départ du bas-côté, bras de transept, sacristie : Cet ensemble est homogène et moderne.

5.Toiture :

La nef et le bas-côté sont couverts d'une toiture à deux versants dissymétriques, de même hauteur, sans rupture de pente sur le bas-côté.

Le versant sud est pénétré à moindre hauteur par les toitures à deux versants de la chapelle des Fonts, du gable surmontant le portail et de l'ensemble bras de transept et sacristie.

Le versant nord est pénétré par la toiture à deux versants couvrant sacristie et bras de transept et par la toiture en appentis couvrant le départ du bas-côté.

Le chœur est couvert d'une toiture à deux versants symétriques, de même hauteur que la nef mais avec une pente plus forte. Ce changement de pente se fait à l'aplomb de l'arc diaphragme, la croupe est ronde à l'est.

II/ Description intérieure

L'église est orientée et son plan est en croix latine. Elle comporte un vaisseau central très allongé, prolongé par un chœur en hémicycle. La nef est flanquée au sud d'un bas-côté séparée d'elle par une file de cinq arcades. Le transept est flanqué au sud comme au nord de deux sacristies.

1.Le clocher-porche

On entre par le clocher-porche, de plan rectangulaire. Au sud est aménagé un escalier en bois menant à la chambre des cloches. Le bénitier est situé dans l'angle sud-ouest.

2.La nef

Le porche occidental s'ouvre sur la nef par une porte en arc-brisé.

Cinq arcades régulières espacées et identiques séparent la nef du collatéral sud. Ces arcades en plein cintre à deux rouleaux fourrés retombent sur un pilier carré cantonné sur ses faces est et ouest d'une demi-colonne engagée à chapiteau, sur sa face sud d'un pilastre. Le rouleau supérieur se prolonge directement sur le pilier, le rouleau inférieur retombe sur les demi-colonnes par l'intermédiaire d'un chapiteau. Les chapiteaux ont une structure identique, tailloir, corbeille et astragales sont taillés dans un bloc unique. Le tailloir est de plan rectangulaire, la corbeille et l'astragale sont de plan semi-circulaires, le passage du plan carré au plan circulaire est adouci par des motifs aux deux angles supérieurs de la corbeille. Le décor de chaque chapiteau est différent.

Le vaisseau principal est couvert d'un lambris en berceau interrompu à l'entrée du chœur par un arc diaphragme, et non pénétré par les couvertures des bras de transept.

Le mur nord de la nef comporte trois fenêtres en plein cintre régulièrement espacées et de nombreuses traces de reprises.

3.La chapelle des Fonts

La chapelle des Fonts s'ouvre sur le bas-côté par une arcade en plein cintre retombant sur des demis-colonnes engagées à chapiteau.

La chapelle des Fonts est de plan carré, son plafond est voûté en berceau profilé en anse de panier. La chapelle communique avec le clocher-porche et avec le bas-côté. Sur son mur sud se trouve une fenêtre rectangulaire à arrière-voussure en segment et profond ébrasement. Dans son mur ouest, il y a une niche en plein cintre dont la console emploie un chapiteau roman du même type que ceux de la nef.

4.Bas-côté sud

Le mur du bas-côté sud comporte (d'ouest en est) : une fenêtre en arc brisé trilobé, une porte en anse de panier (flanquée à l'est d'un bénitier), deux fenêtres en arc plein cintre. Sur le bas-côté, le lambris est en demi-berceau irrégulier.

5.Transept

-Bras de transept sud : Sur le bras sud, le lambris en berceau est perpendiculaire au vaisseau principal. Épaulement par des contreforts.

-Bras de transept nord : Le bras de transept nord compte deux travées inégales.

6.Sacristies

Les sacristies, de plan rectangulaire, s'ouvrent sur les bras de transept. Elles sont en hors-œuvre au nord et au sud, dans l'angle de chaque bras de transept et du chœur.

7.Chœur

L'entrée du chœur est marqué par un arc diaphragme. Le chœur comprend une partie droite et une partie en hémicycle, plus étroite, le passage étant marqué par une colonne engagée à chapiteau. Le chœur est éclairé par quatre fenêtres en plein cintre à profond ébrasement (deux sur les parties droites nord et sud, deux sur la partie tournante). Sous la fenêtre nord se trouvent une porte obturée et une niche rectangulaire.

Le pavage de l'église est en grande partie constitué de dalles funéraires, parmi lesquelles une douzaine porte des inscriptions. On note sur l'une le millésime MCCC. À l'extérieur, contre le mur sud, quatre de ces pierres tombales ont été dressées au début du 20e siècle, ainsi malheureusement exposées aux intempéries. Elles proviennent des enfeus des seigneurs et dames de Chaudeboeuf. L'une d'elle porte le texte suivant « Ci-gist le corps de François Pinel, chevalier de l'ordre du Roi, en son vivant seigneur de Chaudeboeuf, fondateur de cette paroisse, décédé le 1er jour de décembre 1574.»

Mursgranite
grès
schiste
appareil mixte
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages2 vaisseaux
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
pignon découvert
croupe
noue
Typologiesclocher en façade, chevet arrondi
États conservationsrestauré
Techniquessculpture
Précision représentations

Armes de Chaudeboeuf.

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • 19933500916XB : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 6Fi.

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).