Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre (Prat)

Dossier IA22017383 réalisé en 2011

L'église paroissiale Saint-Pierre à Prat

L'église paroissiale de Prat est dédiée à saint Pierre. Ce saint avait la capacité d'ouvrir et de fermer les portes du Paradis grâce à deux clés (l'une en or, céleste, l'autre en argent, terrestre).

L'édifice primitif construit en 1620-1622 (selon les millésimes situés à mi-hauteur de la clocher-tour) s'avère vite trop petit par rapport au nombre de fidèles. De cette époque subsiste le clocher-mur, d'inspiration Beaumanoir : la flèche recouverte de plomb a cependant disparu.

Des travaux importants ont lieu dans la seconde moitié du 17e siècle comme l'attestent des inscriptions accompagnées de millésimes : "M: [Monseigneur] MA: IOLLIVET [Jollivet] R. [Recteur] DE PRAT 1684" ; "1685" ; "MIre FRANCOIS LE FILLOUX Pr." et "YVES: POVES 1684 / FAB : [Fabrique] DE PRAT" (balustrade). Sur un des piliers du clocher, on peut voir un monogramme du Christ (IHS) et l'inscription "S:PIERRE".

L'église est inspectée en 1708 par Olivier Jégou de Kervilio, évêque de Tréguier. Il est accompagné par le recteur de Boqueho, Dom Armand James qualifié de "très intelligent pour les réédifications et réparations des églises". Le porche sud a été élevé en 1718 (millésime) dans un style Renaissance, la longère nord en 1728 (millésime) tandis que le chevet porte l'inscription et le millésime : "F.[Fait] P. [Par] LES SOINS DE A.[Antoine] CLECH RECTEUR 1731". Sous le porche sud, des niches pour les statues des apôtres.

Des bas-cotés sont créés au sud en 1811 afin d'accueillir les fonts baptismaux : les murs sont également rehaussés à cette occasion. Des armoires sont visibles au sommet de l'aile sud.

A signaler des huisseries et portes anciennes remarquables.

Le clocher du 17e siècle est inscrit au titre des Monuments historiques depuis 1926.

Mobilier :

- statues anciennes en bois polychrome de la sainte Vierge, sainte Anne, saint Pierre (avec la tiare et la tenue de pape), saint Paul (un ouvrage sous le bras...), saint Yves, saint Jean-Baptiste (en manteau drapé, appuyé sur un bâton cruciforme et un agneau à ses pieds symbole du sacrifice à venir du Christ...)

- maître-autel (autel principal) et retable de la Vierge (18e siècle) ;

- autel et retable nord (18e siècle) ;

- retable baroque sud portant l'inscription et le millésime suivants : "M:MA: / IOLLIVET / R[Recteur] : DE PRAT / 1674" et des armoiries (non identifiées) ;

- chaire suspendue (18e siècle). L'abat-voix (dôme ou dais, placé au-dessus de la chaire afin de renvoyer la voix du prédicateur) est orné d'une colombe, symbole du Saint-Esprit.

- clôture des fonts baptismaux ;

- bannière de procession représentant saint Pierre tenant deux clés (fin du 17e siècle) ;

- orgue de tribune du facteur Carl Awald Jules Heyer (1818-1900), daté de 1866 : il est constitué de 10 jeux et de 697 tuyaux, dont 40 en bois. Durant sa carrière, Heyer a notamment collaboré en 1847-1848 avec Aristide Cavaille-Coll pour l'orgue de la cathédrale Saint-Corentin à Quimper. L'orgue de l'église de Prat (uniquement la partie instrumentale) est classé au titre des Monuments historiques depuis 1984.

Dénominations église
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Roche-Derrien (La)
Adresse Commune : Prat
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : C 247
Période(s) Principale : 17e siècle
Secondaire : 1ère moitié 18e siècle
Dates 1620, porte la date
1622, porte la date
1684, porte la date
1685, porte la date
1718, porte la date
1728, porte la date
1731, porte la date
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit MH, 1926/12/17
Précisions sur la protection

Clocher (cad. C 247) : inscription par arrêté du 17 décembre 1926.

Annexes

  • L'église Saint-Pierre par René Couffon (Répertoire des Églises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, 1940)

    "En forme de croix, elle comprend une nef, avec bas-côtés de six travées et clocher mur, et un chœur. Au droit de la dernière travée de la nef, deux chapelles en ailes forment la croix.

    A l'exception de la tour, elle date du 18e siècle.

    En 1708, en vue de ces réparations, l'évêque de Tréguier était accompagné de dom Armand James, recteur de Boqueho, "très intelligent pour les réédifications et réparations des églises".

    Le porche sud porte la date de 1718, la longère nord celle de 1728, et le chevet l'inscription : F. P. LES SOINS DE A. CLECH RECTEUR 1731.

    La tour porte à mi-hauteur les deux dates rapprochées de 1620 et 1622 ; puis, à la reprise, l'inscription : Mre. A IOLLIVET R. DE PRAT 1684, et le même nom sur l'encadrement d’une fenêtre au départ de la flèche avec la date de 1685. Sur le départ d’une autre fenêtre, autre inscription : MIre FRANCOIS LE FILLOUX Pr. Sur la balustrade : YVES POVES 1684.

    Mobilier : trois autels du 18e siècle ; chaire du 18e siècle et clôture des fonts en bois, d'un très beau travail et décorée des armes de Mgre [monseigneur] Le Mée. Statues anciennes de la sainte Vierge, sainte Anne, saint Pierre, saint Paul, saint Yves ; bannière du 17e siècle".

Liens web