Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre, le Bourg (Plougras)

Dossier IA22016823 réalisé en 2010
Dénominations église
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Plougras
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : AB 35

Amédée-Aimé Guillotin de Corson (Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, vol. 5, 1880-1886) mentionne une église à Plougras en 1330. De cette époque il ne reste rien de l´édifice hormis, vraisemblablement, les remplages de la fenêtre de la chapelle sud. Le 27 avril 1505 un procès verbal des prééminences dans l´église paroissiale est dressé avant démolition de celle-ci (cf. Couffon qui ne cite malheureusement pas ses sources). L´église est reconstruite à la fin du 15e siècle et du début du 16e siècle (porche sud) et restaurée en 1613 comme l´indique la date sur le corbeau de la septième travée. La porte du porche sud daterait de la fin du 15e siècle. Le porche ouest serait de la fin du 16e siècle. Une inscription sur une pierre près de la porte donnant accès à la tribune signale peut-être le début des travaux du clocher "S. GALL. N. GVILOVS. 1616". Le clocher-mur porte l´inscription : "PETRAM 1681" et la date de 1687. Le clocher-mur ainsi que les deux premières travées de l´église sont reconstruits en 1978 suite à l´effondrement de la tour dû à la foudre. Choeur du 17e siècle dont le lambris de couvrement est refait en 1786 par Jehan Lohou et Yves Le Mat sous la direction de Guillaume Penven, recteur de Plougras, puis restauré en 1990. Les prééminenciers de l´église de Plougras étaient les seigneurs du Ménez en Plougras. Les sablières du porche sont repeintes en 1975. La sacristie construite en 1762 par Jean-François Le Diouris recteur de Plougras entre 1760 et 1782, porte les inscriptions suivantes : au sud "D : I : LED : R DE PLOUGRAS" soit Discret Jean Le Diouris recteur de Plougras et à l´est "I.H.S. Mre GUILLO CURE 1762".

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 4e quart 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Dates 1613, porte la date
1616, porte la date
1681, porte la date
1687, porte la date
1762, porte la date

Edifice de plan en croix latine. Gros oeuvre en pierre de taille de granite. Sol couvert de dalles de schiste et de granite. Clocher de style Beaumanoir, flanqué d´une tourelle d´escalier, avec premier étage de cloches ajouré ceint d´une balustrade en encorbellement supportant une seconde chambre de cloche ajourée, également ceinte d´une balustrade, surmontée d´une flèche octogonale ornée de crochets. Porte ouest en plein cintre surmontée d´un fronton triangulaire, soutenu par deux colonnes engagées (en demi-relief) et orné d´une niche à coquille reposant sur la base du fronton et abritant une statue. Chevet à trois pans flanqué au sud d´une sacristie de plan carré communiquant avec la chapelle latérale sud par un petit couloir. Porche sud hors oeuvre avec bénitier logé à l'extérieur dans le contrefort ouest. Porte en arc brisé à voussures multiples soulignant crochet et fleurons et flanquée de deux colonnettes à pinacles. Au bas des rampants à crochets, deux lions. Le porche abrite la statue d'une Vierge de Pitié du 15e siècle et des sablières et lambris polychromes. On note la représentation exceptionnelle de la mort transportant le défunt dans une brouette (Karrigell an Ankou) sur la sablière polychrome est. Nef à trois vaisseaux de six travées au nord et de sept au sud. Arcades en arc brisé soit pénétrant directement dans les colonnes soit reposant sur les chapiteaux des piliers octogonaux. Cinq chapelles latérales formant faux transept, la première au nord au niveau de la quatrième et cinquième travée, la seconde au sud au niveau des sixième et septième travées, flanquée d´une autre chapelle séparée par deux arcades. Deux chapelles latérales sud séparées par deux arcades et une chapelle latérale nord formant faux transept. Nef et bas-côtés couverts d´un lambris couleur bois. Nef avec six entraits à engoulants. Blason non identifié sur un entrait.

Typologies clocher de style Beaumanoir
Techniques sculpture
Précision représentations

1613 (inscription sur un corbeau de la septième travée) ; S. GALL. N. GVILOVS. 1616 (inscription sur une pierre près de la porte donnant accès à la tribune) ; PETRAM 1681 ; 1687 (clocher-mur) ; D : I : LED : R DE PLOUGRAS ; I.H.S. Mre GUILLO CURE 1762 (sacristie).

Les sablières décorées et sculptées sont remarquables : une représentation d´une querelle entre deux mégères qui se tirent les cheveux, un hommes donnant à manger à des porcs et une saynète de chien portant un collier.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit MH, 1930/03/22
Précisions sur la protection

Eglise (AB 35) : inscription par arrêté du 22 mars 1930.

Annexes

  • Notice des Monuments Historiques extraite de la base Mérimée (PA00089480 ; 1992)

    "Cette église date, majoritairement, de la fin du 15e et du début du 16e siècle. Les fenestrages du 14e siècle ont été réemployés dans la chapelle du midi. Au 17e siècle, construction du clocher, daté de 1681 à 1687, ainsi que du choeur. Il s'agit d'un édifice à plan cruciforme, avec appendices constitués par le porche sur la face sud et la sacristie. Le chevet est à pans coupés. Appareil de granit irrégulier. La porte d'entrée, en plein cintre, est ornée à son sommet d'un fronton triangulaire soutenu de chaque côté par des colonnes cylindriques en demi-relief. Le sommet du fronton est coupé par une niche à coquille qui repose sur la base du fronton et dans laquelle se trouve une statue. La tour carrée du clocher est ornée à son sommet d'un balcon modilloné et ajouré de petites arcades. A la hauteur de ce balcon se trouve la chambre des cloches, constituée de deux arcades ouvertes. Au sommet de la chambre des cloches se trouve un autre balcon, à balustres duquel part la flèche de pierre à crochets. Le long de la tour, de la base au premier balcon, est accolée une tourelle ronde permettant l'accès au clocher. Ce clocher s'est effondré en 1978. Le porche d'entrée présente un arc légèrement brisé, mouluré, dont la moulure supérieure est ornée de motifs sculptés. De chaque côté sont placées des colonettes surmontées de pinacles. Les rampants du pignon sont ornés de motifs sculptés. La base de chaque rampant s'agrémente de gargouilles. L'intérieur du porche renferme des fresques représentant un cortège funèbre. A l'intérieur, les lambris de la voûte sont peints et les sablières sculptées".

  • La petite cloche porte l´inscription suivante : "L'AN 1745 MI REF LE DIOGVEL R R DE PLOUGRAS PHILIPPE CVRE R LE COZ P RE PAREIN & MAREINE CH LE LEER & MARG.TE LE LIRZIN". La cloche est fondue en 1745 sous le ministère de François Le Diouguet et achetée sûrement par la fabrique, comme l´indique le statut de roturier du parrain et de la marraine ainsi que l´absence de blason. L´autre cloche s´est brisée avec l´effondrement du clocher en 1978, reconstituée en 1982, elle porte les inscriptions suivantes : "L´AN 1767 TRES HAUT ET TRES PUIS (S) ANT SEIGNEUR LOVIS LE PELTIER MARQUIS DE ROSAMBO & CONSEILLER DU ROY EN TOVS SES CONSEILL ANCIEN PRESIDENT DV PARLEMENT DE PARIS PAREIN ET FONDATEUR TRES HAVTE ET TRES PVISSANTE DAME MARIE LOVISE DE PLOESQUELLEC DAME MARQUISE DE LOCMARIA DU GVERRAND MAREIN I. FRANCOIS LE DIORIS R R DE PLOUGRAS CHARLE CLOAREC & YVES LE NEVDER PROCVREVR SPESIAUX I. B. JACOB FONDEVR".

  • En 1481 un vol a lieu dans l´église. Trois voleurs dérobent un calice, un sacramentaire d´argent, une chasuble et de l´argent. Pourchassés puis emprisonnés, deux d´entre eux seront exécutés, l´un à Guingamp, l´autre à Quintin.

  • Pouillé

    "Dénombrement de tous les bénéfices ecclésiastiques situés dans un domaine géographique donné. On peut ainsi avoir le pouillé d´une paroisse, d´une abbaye, d´un doyenné, d´un diocèse, etc. Le pouillé est dressé pour l´assiette et la perception des redevances fiscales et peut inclure les montants des revenus des bénéfices, le nombre des redevables ou même la liste complète de ces redevables avec les montants payés. Dans quelques cas, on appelle pouillé un registre dans lequel sont transcrits les actes concernant une église, abbaye, etc. et la description de ces biens.

    On peut utiliser également le terme "polyptyque" (inventaire détaillé des biens fonciers d´un grand propriétaire ou le dénombrement de tous les bénéfices ecclésiastiques situés dans un domaine géographique donné)".

    Références :

    Wikipédia, L'encyclopédie libre, [article consulté le 07/01/2011].

  • 20102211370NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 3P217.

    19802201141ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD 22. E 935, E 1014, E 1843.

  • AD 44 B. 2299. - 2308-2408.

Bibliographie
  • BARBIER, Pierre. Le Trégor historique et monumental : étude historique et archéologique sur l´ancien évêché de Tréguier. Saint-Brieuc, 1960.

  • COUFFON, René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1939-1947, 779 p.

  • DESBRIERE, Michel, Plougras, Une église et des Hommes, Première partie : Les bâtisseurs, Imprimerie du Roudour, sans date, 55 p.

  • DUHEM, Sophie. Les sablières sculptées en Bretagne, Presse Universitaire de Rennes, Coll. Art et Société, 385 p.

    p. 43, 48, 223
  • LEGRAND (A.). Les vies des Saints de la Bretagne armorique, Quimper 1901.

  • LONGNON (A.), Pouillé.

  • OGEE, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, 1779.

Liens web

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Fauchille Gwénaël - Lécuillier Guillaume