Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Erdeven)

Dossier IA56001304 inclus dans Village dit Bourg d'Erdeven réalisé en 1976

Fiche

Vocables Saint-Pierre et Saint-Paul
Parties constituantes non étudiées parvis, enclos, croix monumentale
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Belz
Adresse Commune : Erdeven
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 2001 AB 161

Les Talhouët, seigneurs de Keravéon sont fondateurs de l'église paroissiale. On retrouve leurs armes (losanges en bannière) en divers endroits sur l'édifice. D'après le chanoine Danigo (Danigo, 1986), d'importants travaux sont exécutés au milieu du 18e siècle : couverture, mur nord, décor intérieur et lambris de couvrement. La tour-clocher porte la date 1755 sur sa face sud. Les armes martelées et la couronne comtale figurées sur les faces intérieures et extérieures de cette tour, sont celles du comte Georges-René de Talhouët (1679-1761), seigneur de Keravéon et dernier du nom. On peut rapprocher de cette campagne de rénovation de l'ancien sanctuaire, la mise en place du retable majeur, connu par d'anciennes photographies. L'église est agrandie de deux collatéraux entre 1832 et 1833, suivant la décision du conseil de fabrique (Danigo, 1986). Ce que confirme la comparaison des deux plans cadastraux de 1811 et 1845, ainsi que la date portée 1833, à l'angle sud-ouest du bas-côté sud. En 1896, l'église est entièrement vitrée par Laumonnier, peintre verrier à Vannes. Dans les années 1960, l'élargissement de la Départementale 781, provoqua l'alignement et l'amputation de l'édifice d'une partie de son chevet et de la sacristie. L'ensemble des trois retables situés dans le choeur et les transepts fut détruit à cette époque.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1755, porte la date, daté par travaux historiques
1833, daté par travaux historiques

Edifiée au centre du bourg, chevet et sacristie sur la départementale 781. Enclos au nord et à l'ouest, planté correspond à l'ancien cimetière. Eglise de plan en croix latine, chevet plat, doté d'une tour-clocher sur porche occidental en demi-hors-oeuvre. Nef séparée des collatéraux par des piles cylindriques et deux piliers rectangulaires à la croisée du transept. Murs sud et nord percés d'une porte et de trois baies cintrées à ébrasements intérieurs et extérieurs. A l'exception du pignon est, aux rampants de béton, et de la tour en pierre de taille, l'église construite en moellons est enduite. La tour-clocher entièrement appareillée en pierre de taille repose sur un porche anciennement voûté de pierre. En retrait d'un large corniche, le tambour octogonal abrite la chambre des cloches, au dessus duquel la flèche en forme de dôme pyramidal étiré se termine par un lanterneau lui-même coiffé d'un petit dôme en pierre. A l'intérieur, un escalier de pierre adossé au mur séparant le porche de la nef, correspond à la montée d'une ancienne tribune seigneuriale. La sacristie accolée à l'église, au sud-est, communique avec le transept par une porte récente (fin 19e siècle ?). Elle a été reconstruite après l'alignement des années 1960, en remployant des éléments anciens telle la corniche à modillons.

Murs granite
enduit
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau
lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
dôme polygonal
pignon découvert
Typologies plan en croix latine. Porche à étage. Tribune seigneuriale
États conservations remanié
Techniques sculpture
Représentations armoiries
Précision représentations

Ecu à losanges en bannière (Talhouët de Keravéon) dans maçonnerie des murs intérieurs est, des deux bras du transept (cachés par les retables à la Révolution). Couronne sur mur intérieur ouest de la nef, sous oculus. Couronne sur mur extérieur sud du clocher, sous date sculptée 1755. Tous les autres blasons sont martelés.

C'est surtout l'intérieur de l'édifice qui a souffert des remaniements récents. Les murs dénudés de leur enduit et de leur décor, sont rejointoyés au ciment.

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • 20045604037NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 45.

    20045603493NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 369.

    20045604038NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9Fi.

    20045604140NUCB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan, Fonds R. Guillaume.

    19805600431XB : Collection particulière, 80.56.431 X.

    20045604098NUCB : Médiathèque du patrimoine, Archives photographiques, MH00059470.

Références documentaires

Documents d'archives
  • DU HALGOUËT, Hervé. Notes archéologiques sur le département du Morbihan , 2t., dactylographié, vers 1942-1952. Descriptions architecturales de l'église, des chapelles, des châteaux de Kercadio et Keravéon. Quelques mots sur le village de Keroret où il note la présence de fermes aux murs appareillés et couvertes en chaume, anciennes demeures des tenanciers du fief de Keravéon.

    p.
Documents figurés
  • Photo du retable du chevet, avant sa destruction dans les années 1960. Publiée dans : DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz, Bannalec, 1986, p36.

    p. 38
Bibliographie
  • DUHEM, Gustave. Les églises de France, Morbihan, Paris, 1932. Cite : Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul, du 18e siècle ; Chapelle de la Vraie-Croix du 16e siècle, remaniée au 19e siècle ; Chapelle de la Congrégation au bourg, du 19e siècle ; Chapelle N.-D. à Loperhet, jadis dédiée à Sainte-Brigitte, du 17e siècle ; Chapelle Saint-Germain reconstruite au 17e siècle ; Chapelle Saint-Sauveur du 18e siècle. Avec beaucoup d'imprécisions et erreurs de datation. Ne cite pas Saint-Guillaume à Lisveur, ni la chapelle des Sept-Saints (son enquête remonte au milieu des années 1920 pour certaines communes).

    p.
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz , Bannalec, 1986.

    p. 36-40