Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame et enclos paroissial de Trédrez, rue Saint-Yves (Trédrez-Locquémeau)

Dossier IA22002727 inclus dans Le bourg de Trédrez (Trédrez-Locquémeau) réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Vocablesvierge
Parties constituantes non étudiéesmur de clôture, cimetière, ossuaire, croix de cimetière, croix monumentale
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Plestin-les-Grèves
AdresseCommune : Trédrez-Locquémeau
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : rue
Saint-Yves
Cadastre : 1806 A 62 ; 1813 C1 141, 142 ; 1848 C2 462, 463, 464 ; 1987 AD 85

L'église Notre-dame, autrefois dédiée à saint Laurent, est classée au titre de la législation sur les monuments historiques depuis le 19 janvier 1911. Elle a été construite à partir de l'année 1500 par l'architecte Philippe Beaumanoir et conserve des éléments du 15ème siècle (arcades du bas-côté et du faux transept sud). La flèche, détruite dans la nuit du 10 au 11 février 1881, fut reconstruite à l'identique peu après. La date de commencement des travaux est connue par une inscription en breton gravée sur un des piliers nord de la nef : an bloaz mil pemp cant au dit an ti ma a renovelat ("En l'an 1500 cet édifice se renouvelait"), ainsi que par une inscription gravée en lettres gothiques sur la sablière nord : Jouhaff hoc fecit MVC ihesus, maria ("Jouhaff a fait cela en 1500, Jésus Maria"). René Couffon signale que Jean Jouhaff était un charpentier connu dans la région et qu'il était notamment l'auteur en 1484 de la charpente de la librairie de la cathédrale de Tréguier. Toujours selon René Couffon, la chapelle des fonts baptismaux fut rebâtie en 1858 (date portée). Les élévations du bas-côté sud furent restaurées en 1865 (ces derniers travaux furent exécutés par un dénommé Le Bellec, maçon à Trédrez). La voûte du porche et la porte intérieure furent restaurées en 1957. La partie du mur de clôture comprise entre l'ossuaire, au sud-ouest, et la croix située au nord, près de la sacristie, est contemporaine de la construction de l'église.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1500, porte la date
1699, daté par source
1856, daté par source
1865, daté par source
1881, daté par source
1957, daté par source
Auteur(s)Auteur : Beaumanoir Philippe architecte attribution par analyse stylistique
Auteur : Jouhaff Jean charpentier attribution par analyse stylistique

Eglise de style gothique construite dans un enclos surélevé. L'édifice, de plan irrégulier, est composé d'un vaisseau principal terminé par une abside à trois pans, flanqué au nord, sur la longueur de la nef, d'un collatéral et d'une sacristie accostant le choeur, et flanqué au sud de la chapelle des fonts, du porche, du bas-côté réduit à trois travées et du faux transept. Le gros-oeuvre est appareillé de granite en pierre de taille (grand, moyen et petit appareil). Elévation extérieure : L'édifice présente à l'ouest et à l'est les caractéristiques de l'architecture Beaumanoir. Le massif occidental, de type Beaumanoir, est composé d'une tour centrale de plan en H portant une galerie à balustrade et le clocher à trois baies sommé d'une flèche octogonale. Cette tour est flanquée à droite d'une tourelle hors-oeuvre terminée par une lanterne et abritant un escalier en vis en maçonnerie. Une porte à arc en anse de panier en accolade, surmontée d'une archivolte à crochets et fleuron retombant sur des pilastres couronnés de pinacles, ouvre la nef. L'élévation nord, restaurée à la fin du 19ème siècle, est rytmée par cinq lucarnes à gâbles ornés de crochets et fleurons, et par une sacristie en retour d'équerre. L'élévation est se caractérise par la présence d'un chevet de type Beaumanoir, à trois pignons et noues multiples prolongées par des gargouilles. L'élévation sud présente sur toute sa longueur une succession de pignons. Le porche est ouvert d'une porte en arc brisé, à deux voussures, et d'une porte intérieure de même composition que celle du massif occidental. Le couvrement est formé par une voûte sur croisée d'ogives. Toutes ces élévations sont ornées de baies moulurées en arc brisé conservant leur remplage, de gargouilles, de rampants à crochets, de fleurons et crossettes figurées. Elévation intérieure : L'espace intérieur de la nef est couvert par une charpente lambrisée en berceau brisé avec entraits à engoulants apparents et sablière sculptée. Le collatéral nord est également couvert d'un lambris en demi-berceau. L'élévation intérieure est formée au nord par cinq grandes arcades en arc brisé, à deux voussures, retombant par pénétration directe sur un pilier cylindrique et quatre piliers octogonaux, au sud par la chapelle des fonts baptismaux, le porche, trois arcades et un arc-diaphragme en arc-brisé retombant par l'intermédiaire de chapiteaux sculptés sur des colonnes et colonnettes. Une tour circulaire massive, intégrée à l'espace intérieur de la chapelle des fonts, abrite un escalier en vis desservant l'accès à une ancienne secrétairerie aménagée au-dessus du porche (cette tour était autrefois à l'extérieur de l'édifice comme l'atteste les plans cadastraux du 19ème siècle). La partie du mur de clôture comprise entre l'ossuaire et la croix érigée près de la sacristie, au nord, est appareillée en maçonnerie de granite en pierre de taille (grand et moyen appareil). Ce mur, présente à proximité de l'ossuaire, un banc aménagé à mi-hauteur. Il est ouvert d'un portail au sud. Trois croix sur socle et soubassement flanquées d'échaliers et précédées d'un emmarchement à plusieurs degrés interrompant ce mur sont placées aux points cardinaux (sud, est et nord).

Mursgranite
moellon
grand appareil
moyen appareil
petit appareil
Toitardoise, pierre en couverture
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
lambris de couvrement
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesflèche en maçonnerie
toit à longs pans
noue
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Typologiesstyle gothique. Clocher et chevet Beaumanoir. Elévation à pignons multiples. Porche à étage. Faux transept
États conservationsrestauré

Edifice protégé. L'étude est souhaitable.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1911/01/19
inscrit MH, 1925/03/06
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 19 janvier 1911. Ossuaire et mur de clôture du cimetière : inscription par arrêté du 6 mars 1925.

Annexes

  • 20032206116NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/18, Numplan 2.

    20032206109NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/48, Numplan 9.

    20032206307NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi, Trédrez-Locquémeau.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/29.

    Numplan 1, plans par masse de cultures, section A
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/18.

    Numplan 6, section C, 1ère feuille
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/48.

    Numplan 9, section C, 2ème feuille
Bibliographie
  • BARBIER, Pierre. Le Trégor historique et monumental. Etude historique et archéologique sur l'ancien évêché de Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1960.

    p. 322-325
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1939.

    p. 537-539
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier : cinquième fascicule (supplément) . Bulletins et mémoires de la Société d'Emulation des Côtes-du-Nord, 1959, 87.

    p. 102

Liens web