Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écart dit village de Kergo (Belz)

Dossier IA56005443 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesmaison, port, oratoire, mégalithe
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Belz
HydrographiesRivière d'Etel
AdresseCommune : Belz
Lieu-dit : Kergo
Cadastre : 2003 AH

Une stèle néolithique existe au sud d'une parcelle du Haut Kergo. Ce village côtier compte seulement cinq maisons (ou fermes) et annexes en 1845. Il connaît un fort développement suite à la construction du pont Lorois (1844) et à la création des routes départementales D 9 vers Auray et D 781 vers Carnac. Dans la seconde moitié du 19e siècle puis au cours du siècle suivant des aménagements portuaires sont réalisés dans l'anse de Porh-Niscop, tandisque se développe sur site une activité de construction navale. Au nord de l'anse, la cale et son terre-plein sont achevés en 1927, par Le Huédé, entrepreneur à Etel. Au sud, un second terre-plein destiné également à l'armement et au désarmement des thoniers, est adjugé à Quellenec, entrepreneur à Etel en juin 1939 (AD56, S 663 et 806). Pendant la guerre de 1939-1945 le village a souffert des bombardements qui visent la destruction du pont. L'oratoire consacré à Notre-Dame, Etoile de la mer est élevé en 1952 par les familles de marins pêcheurs qui habitent Kergo et les villages voisins de cette partie orientale de la commune (Danigo, 1986).

Période(s)Principale : Préhistoire
Principale : Epoque contemporaine

Kergo est situé sur un promontoire côtier dominant la rivière d'Etel, dont les pentes s'infléchissent au sud vers l'anse de Porh-Niscop. L'urbanisme s'est développé à partir du hameau ancien. Ainsi les limites nord de l'écart sont constituées par les parcelles dominant topographiquement la RD 781 et sa jonction avec la RD 9. Seules deux maisons situées anciennement en contrebas, aujourd'hui impasse de Kergo, sont incluses dans l'écart (fig. 7). Au sud-ouest, des constructions récentes rejoignent désormais le rivage et Porh-Niscop. Le port d'échouage de Porh-Niscop présente de simples infrastructures : côté nord, un terre-plain aménagé de quais et d'une cale abritée (fig.4), et au sud, un quai avec également cale de mise à l'eau. Ces ouvrages sont en pierre de taille. Dans le fond de l'anse des enrochements récents accompagnés de remblais ont comblé une partie du rivage naturel. Au nord, à proximité de l'oratoire Notre-Dame (non repéré) subsistent les hangars d'un ancien chantier de construction navale (non repéré), avec cale de mise à l'eau. L'habitat repéré est en majorité constitué de maisons de pêcheurs. 14 maisons sont repérées parmi lesquelles on trouve 6 maisons à pièce unique sous comble à surcroît (AH 36, 324-325, 393, 280, 1468). Dans cette première catégorie on retiendra des maisons couvertes d'un toit à un seul pan semblables à des annexes mais dont la tradition orale confirme qu'il s'agissait de logement pour une famille (fig.16). Le n°8 rue du Haut-Kergo est constitué de deux maisons jumelles à pièce unique (fig.11). Les maisons à deux pièces symétriques sous comble à surcroît, repérées, sont au nombre de 5 (AH 40, 468, 780, 794, 16). Le n°1 impasse Le Bideau, bien que remanié de lucarnes à la capucine est un intéressant exemple de ce type, datant du début du 20e siècle. Par ailleurs elle confirme une organisation spatiale caractéristique des villages de pêcheurs : La maison perpendiculaire à la voie principale présente une servitude de passage devant sa façade, avec jardin au sud. L'annexe à gauche servait d'écurie à une ou deux vaches (fig.12).

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • 20065604523NUCA : Archives communales de Belz

    20065604524NUCB : Archives départementales du Morbihan, 5 Fi.

Références documentaires

Bibliographie
  • DANIGO Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz. Bannalec, 1986.

    p. 35