Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écart dit village de Crubelz (Belz)

Dossier IA56005420 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéestumulus, menhir, maison, ferme, croix de chemin
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Belz
AdresseCommune : Belz
Lieu-dit : Crubelz
Cadastre : 2003

Le village de Crubelz est réputé à la fin du 19e siècle pour son tumulus fouillé en 1864 par G. De Closmadec membre de la Société polymathique du Morbihan. Des vestiges romains (tuiles) ont également été trouvés dans le village (Le Mené, 1891-1894). Sur le plan cadastral de 1845, figure au sud-ouest du village le moulin à vent de Crubelz (disparu) ; il existe déjà en 1811 et porte alors le nom de moulin de Keryargon. L'ancienne route de Belz à Auray passait immédiatement au nord du village. Elle est maintenu partiellement sous la forme de chemins d'exploitations après la création de la D 16, ouverte en 1844. Dans le village même un nouveau cheminement nord-sud est créé au cours du 20e siècle. Dates portées sur les maisons-fermes et leurs dépendances : 1608, sur une dépendance de la ferme D 1037. 1856, sur la grange de la ferme repérée D 1238. 1885, sur la ferme repérée D 1238. 1888, sur une ferme non repérée, D 1184. Le village a subi depuis les années1960 un développement important, doublant le nombre d'habitations. Une ferme est encore en activité.

Période(s)Principale : Préhistoire
Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

Situé à l'ouest du bourg, Crubelz est, après Saint-Cado et Kerdonnech, l'un des plus gros villages de la commune. Le tumulus, aujourd'hui complètement arasé, se trouvait en un point haut - 30m d'altitude - dominant le paysage alentours (parcelles D 43 et 860). Une maison est construite à son emplacement. Il subsiste un menhir (D 806) en limite d'un ancien cheminement dans le hameau. Plusieurs anciens chemins aboutissent à Crubelz : Celui vers Kervrazic au nord-est, vers Keryargon au sud, vers l'ancien moulin à vent, au sud-ouest, ou encore celui vers Kerclément, à l'est, au débouché duquel une croix monumentale est élevée en 1857. L'habitat est en majorité constitué de fermes élevées ou remaniées à l'époque contemporaine. L'une d'elle, non repérée (D 1037), conserve une cheminée de la fin du 16e siècle, dont les piédroits sont des colonnes engagées lisses à chapiteaux prismatiques. 6 d'entre elles sont repérées. La ferme n°1 (D 1224) conserve un logis étable à deux portes sous comble à surcroît, datant de la fin du 18e siècle. Une troisième porte est percée au 20e siècle (linteau ciment) à la place d'une fenêtre ou d'un jour, voire d'un escalier extérieur. Un second corps de bâtiment en alignement à l'ouest n'est pas repéré. La remise isolée au sud (D 1225) et le fournil à l'est (D 1222) font partie de cette ferme. La ferme n°2 (D 1238) est un imposant bâtiment rénové en 1885. Il présente un logis à étage carré sous comble à surcroît, dont la façade principale est au nord. En alignement à l'est se trouve l'étable (ouvertures et pignon couvert remaniés vers 196O), surmontée d'un double grenier. La ferme n°3 (D 38) date des années 1920. Sa corniche est en ciment armé. C'est une maison à deux pièces symétriques sous comble à surcroît ouvert d'une fenêtre. Les deux appentis latéraux et l'appentis postérieur servaient de dépendances. La ferme n°4 (D 803-804) comprend un ancien logis étable à deux portes sous comble à surcroît d'origine du 17e siècle, augmenté à l'est d'un logis à étage carré, remanié vers 1950, en alignement à l'est. Etables et autres dépendances ferment la cour à l'ouest et au sud. La ferme n°5 (D 21), bien que remaniée sur sa façade sud est repérée. C'est un logis étable du 17e siècle présentant une porte ornée d'une accolade en façade sud pour la pièce habitable et une porte au nord pour les animaux. Son grenier est accessible par un escalier extérieur construit contre la façade nord. La ferme n°6 (D 987) est un logis étable avec une porte au nord et une porte et une fenêtre au sud, sous comble à surcroît.

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • Crubelz, ou mieux Crugbelz, est évidemment formé des mots crug et belz. Le mot crug [...] a un dérivé très usité ; c'est cruguel, qu'on emploi pour désigner une petite butte qu'élèvent les fourmis pour se loger, en entassant de très menus débris de végétaux. Cruguel signifie donc petite butte, petit monceau, petit tas, et le mot crug, dont il est le diminutif, désigne conséquemment un monceau plus considérable, une butte, une éminence ; et en effet les Gallois ont le mot crug, crugyn, qui signifie tumulus [...] ainsi ce village doit son nom à le présence de ce tumulus ; il a fallu y ajouter le mot belz, parce que dans les environs il pouvait y avoir d'autres crug.

    Note de Mr Croizer dans Cayot-Délandre, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Rennes, 1847, p 502.

  • 20065604391NUCA : Archives communales de Belz

    20065604392NUCA : Archives communales de Belz

    20065604393NUCA : Archives communales de Belz

    20065604390NUCB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan

Références documentaires

Bibliographie
  • CAYOT-DELANDRE. Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Rennes, 1847 : éditions du Bastion, 1990. Description de plusieurs mégalithes remarquables (tumulus, dolmen, menhir) à Crubelz, Er-Vélionec, Kernours (Lann-Mané-Rohler), Kerhuen, Kerlourde, Kerlutu. Description de l'île de Saint-Cado et de la légende qui s'y rapporte (p 503-507).

    p. 502
  • CLOSMADEC (de) G. Fouilles et découverte d'un dolmen tumulaire à Crubelz. Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, Vannes, 1864. Le dolmen néolothique à l'intérieur du tumulus présente une hauteur de remarquable de 3,30m. L'auteur évoque des similitudes avec celui de Saint-Clément en Belz également.

    p. 6-14