Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écart de Lalaire (Marcillé-Raoul)

Dossier IA35049561 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Antrain
AdresseCommune : Marcillé-Raoul
Lieu-dit : Lalaire

L’écart de Lalaire se situe à cheval sur le territoire de la commune de Marcillé-Raoul, au nord-ouest et de Noyal-sous-Bazouges. L’ensemble de l’écart est assez important mais la partie présente à Marcillé-Raoul se compose d’une ferme et de trois maisons.

La ferme ne présente pas un grand intérêt, son logis et ses dépendances ont été assez remaniés, il s’agit de bâtiments datant de la deuxième moitié du 19e siècle, elle possède un second logis qui pourrait avoir été bâti au début du 20e siècle ; cette ferme ne figure donc pas sur le relevé du cadastre napoléonien de 1823. A l’entrée de cette ferme, se trouve un ancien logis désaffecté beaucoup mieux conservé. Ce bâtiment semble dater du 17e siècle. Il possède également des dépendances : une petite soue à cochons située à l’arrière de la maison et une dépendance assez basse accolée à la façade en retour perpendiculaire. La maison se compose d’un rez-de-chaussée, d’un étage carré et d’un comble. La façade principale présente des ouvertures soignées en pierre de taille de granite : l’encadrement de la porte d’entrée est orné d’un cavet et son linteau d’une accolade. Un escalier en vis se trouvait peut être dans l'angle antérieur de cette maison, en effet un petit jour est percé au-dessus de la porte d’entrée, celui-ci servait peut-être à éclairer la montée de l’escalier. L’encadrement de la dépendance accolée est également intéressant. En effet, il est décoré d’un cavet mais, de plus, une pierre située en bas de l’encadrement est ornée d’une hache. Ce décor se rencontre en grand nombre sur la commune de Bazouges-la-Pérouse. Il s‘agit du symbole des sabotiers, beaucoup d’entre eux travaillait dans la forêt de Villecartier. Cette maison est figurée sur le cadastre napoléonien mais elle était prolongée de deux autres bâtiments à l’est et aujourd’hui disparus.

La seconde maison située non loin de la première est également un bâtiment assez bien conservé malgré sa désaffectation. Il s’agit d’un bâtiment ayant été construit vers la fin du 16e siècle. Ce bâtiment possède une très belle porte en plein cintre à double rouleau ornée d’un tore. Une pierre de l’encadrement est ornée d’un écusson. La fenêtre située à côté de la porte a un encadrement chanfreiné. Le bâtiment possède encore une très belle cheminée avec corniche et un placard mural. Ce sont tous ses éléments encore en place qui permettent de dater cet édifice de la fin du 16e siècle. Par contre, nous ne sommes pas en mesure de connaître le commanditaire de celui-ci, s’agissait-il d’une ferme ou d’un logis de notable (présence de l’écusson).

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Statut de la propriétépropriété privée