Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Doris de pêche côtière

Dossier IM22005089 réalisé en 2002

Fiche

Dénominations bateau de pêche
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
Adresse Commune : Saint-Cast-le-Guildo
Lieu-dit : Saint-Cast

Ce doris "moderne" est le digne héritier des doris des bancs, construits en série par les charpentiers de la vallée de la Rance. Le propriétaire de ce doris, dont nous ignorons la provenance, a cependant possédé un doris, construit par le charpentier de marine de Saint-Cast : Jules Toutain (1912-1997). Celui-ci a construit nombre de doris, dont le premier en 1940. Ses premiers doris étaient réalisés selon la technique traditionnelle du clin, avec un assemblage bout à bout des bordées. On clouait les 6 membrures, constituées d'une varangue et d'un genou curieusement assemblés par rivetage sur des plaques de zinc ou de fer galvanisé. Les doris étaient construits en bois du Nord, sauf le galbord en peuplier et le plat bord en orme, ployé à chaud. Les pièces de force sont en orme ou en chêne. Des gabarits de chaque pièce sont réalisés avant la mise en forme. La sole incurvée reçoit l'étrave et la contre-étrave ainsi que l'écusson et sa courbe. Par la suite, Jules Toutain a simplifié la construction, en faisant se chevaucher les membrures, boulonnées. Le Premier doris de Jules Toutain a été construit pour Ange Fromont, dit "Gourite", célèbre marin-pêcheur et dernier pilote de Saint-Cast. Les doris de Jules Toutain se distinguaient des autres par leurs formes porteuses, plus incurvées au niveau de la sole et de l'étrave. Ils étaient aussi plus tonturés. Jules Toutain a ensuite innové dans la construction, en s'inspirant des plates de Charente, importées par les conchyliculteurs de Charente, arrivés dans les 1950-60. A leur demande, il a conçu des grandes plates, inspirées de la technique de construction charentaise et de celle des doris. Il a aussi conçu un doris particulier, appelé "Houari", peut-être pour rappeler les grands doris de Saint-Pierre et Miquelon, qui portent ce nom. Ces doris disposaient d'un grand tableau, pouvaient être pontés, motorisés. Les frères Frélaux ont commandé ce type de doris pour commencer la pêche aux praires, à la drague. Les doris sont des embarcations polyvalentes par excellence. Leur fond plat et leur moindre encombrement leur permettent de manoeuvrer dans peu de profondeur d'eau, à la voile ou aux avirons, ou encore avec un moteur hors-bord. Leurs qualités marines en font des bateaux aptes à naviguer dans des mers dures. Sur toute la côte nord Bretagne, ce type d'embarcation a connu beaucoup de succès pour les pêches côtières et aujourd'hui la plaisance.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle

Coque construite à clins, rivetée (trois bordées à clins), longue de 6 mètres, avec une sole et un tableau, en forme d'écusson. La ceinture extérieure est tonturée. Le doris est muni dec trois bancs de nage, avec l'emplacement des tolets, sur le plat bord. L'écusson a été percé pour mettre un moteur hors bord.

Catégories charpente
Structures non ponté
Matériaux bois
Précision dimensions

l = 600 ; la = 170. Longueur de coque : 6 mètres ; largeur : 1,70 m.

Précision inscriptions

Titre : Mormac'h.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée