Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Distillerie, brasserie et usine de boissons non alcoolisées Duault, puis cidrerie Alfred Duault et Cie, 10, 12 rue Saint-Thurian ; ruelle du Pissot (Quintin)

Dossier IA22002299 réalisé en 2003

Fiche

Appellations distillerie, brasserie et usine de boissons non alcoolisées Duault, puis cidrerie Alfred Duault et Cie
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, bureau
Dénominations distillerie, brasserie, usine de boissons non alcoolisées, cidrerie
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Quintin
Adresse Commune : Quintin
Adresse : 10, 12 rue Saint-Thurian , ruelle du Pissot
Cadastre : 1816 A 41 à 46 ; 2001 C 362, 363, 384, 450 à 452, 454, 456, 586, 587, 620, 621

En 1892, Théodore Duault fait l'acquisition d'un fonds de commerce de vins et alcools situé Place du Martray et rue Saint-Thurian, jusqu'alors tenu par J.-P. Duval-Desvallées. Th. Duault fait construire un magasin cette même année avant de partir acquérir un savoir-faire dans le Nord de la France dans le but d'adjoindre à cette activité commerciale, celle industrielle de la brasserie. A son retour, il entreprend des travaux d'agrandissement dans la ruelle du Pissot et commence par faire construire une distillerie et une remise en 1895 ; pour les besoins de son industrie, il utilise l'eau du puits dit "remise aux voitures" situé en face de l'hôpital. Trois ans plus tard, un magasin est édifié juste en face de l'usine, de l'autre côté de la ruelle du Pissot. En 1901, il développe son activité par la construction d'une brasserie à proximité de la distillerie initiale.Th. Duault décède en 1902, l'entreprise est alors reprise par son épouse Maria Seignez, originaire du Nord (59), aidée par son frère Adolphe qui quitte son emploi aux filatures Seydoux de Cateau (59). En 1908, une chaufferie destinée à l'orge est édifiée en face de la brasserie. En 1913, l'établissement poursuit son extension avec la construction d'un nouveau magasin, d'une remise et d'une écurie. En 1919, Alfred Duault fils prend la direction de l'entreprise et diversifie sa production. La bière, appelée La Cigogne, est brassée par un chef brasseur d'origine tchécoslovaque du nom de Weyroda. Dans les années 1920, débute conjointement la fabrication de limonade sous l'appellation Menhir. La distillerie, quant à elle, produit un calvados notamment exporté sur Jersey avec des liqueurs et autres alcools français. Les vins embouteillés dans l'usine et les plus vendus sont ceux des départements français d'Algérie. En 1929, A. Duault fait creuser un second puits dans le jardin de la brasserie. En 1933, un autre magasin est édifié. Pour répondre aux besoins accrus en eau de lavage et à la fabrication de limonade, l'établissement devient, en 1936, acquéreur de la source des Printiaux, située sur la route du Vieux-Bourg. Un an plus tard, l'autorisation d'acheminement de cette eau sur le domaine public est accordée pour rejoindre la brasserie par la rue Saint-Thurian, via une canalisation en acier soudé. La société Duault achète ensuite à la ville l'eau de lavage en provenance de la source du lavoir du Pissot inutilisée. En 1938, l'entreprise cesse son activité de brassage et la distillerie ne fonctionne pas plus de deux jours par an depuis 1929 environ. Une cidrerie est installée durant la Seconde Guerre mondiale à l'emplacement de l'ancienne brasserie. Malgré les difficultés d'approvisionnement, la société poursuit sa fabrication. De source orale, la SARL Alfred Duault et Cie aurait définitivement cessé son activité dans les années 1990. Le 12 juillet 1893, Th. Duault déclare une chaudière à vapeur de forme verticale à foyer intérieur et bouilleurs croisés pour l'usage de sa brasserie. Timbrée à 6kg, elle a été achetée d'occasion à Ed. Van Haërgarden, originaire de Blanc-Misseron, dans le Nord (59). En 1979, l'entreprise emploie près d'une centaine d'ouvriers.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1892, daté par source, daté par travaux historiques
1895, daté par travaux historiques
1898, daté par travaux historiques
1901, daté par travaux historiques
1908, daté par travaux historiques
1913, daté par travaux historiques
1933, daté par travaux historiques

L'établissement Duault se répartit de part et d'autre de la ruelle du Pissot et s'organise en une série de plusieurs corps de bâtiments édifiés, pour la plupart, en moellons de granite couverts de toits à longs pans en ardoises. Accolés les uns aux autres, ils comptent en moyenne un étage carré. Les bâtiments les plus récents, essentiellement des entrepôts, sont édifiés en béton armé, parfois recouverts d'un essentage métallique.

Murs granite
béton
métal
enduit
essentage de tôle
moellon
béton armé
parpaing de béton
Toit ardoise, métal en couverture, tôle ondulée
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures terrasse
toit à longs pans
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20032206853NUCB : Mairie de Quintin, Non coté.

    20032206869NUCB : Mairie de Quintin, Non coté.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série HP 22. Tablettes statistiques, administratives et commerciales des Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc, Guyon Francisque imprimeur-libraire, 13e année, 1865.

    p. 192
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 5 M 41. Administration générale et économie (an VIII-1940). Santé publique et hygiène. Etablissements dangereux, insalubres et incommodes, de Pléhérel à Rostrenen, 1821-1931.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 267 (7). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Quintin, matrice des propriétés foncières, 1823-1860.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 267 (8). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Quintin, matrice des propriétés foncières, 1861-1914.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 267 (9). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Quintin, matrice des propriétés bâties, 1882-1911.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 267 (10). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Quintin, matrice des propriétés bâties, 1882-1911.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 81 S 3 (7). Service des Mines. Appareils à vapeur : contrôle des appareils placés sur la terre ferme. Déclarations de machines à vapeur, 1894-1908.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 84 S : 84 S 59. Service hydraulique. Versant de la Manche. Bassins côtiers entre le Gouessant et le Gouët. Le Gouët (ruisseau de Kerfolben, dans le cours supérieur), 1861-1972.

Bibliographie
  • DUAULT, Alfred. La Brasserie Duault. Le Quintinais, 1979, p. 19-20.

  • DUAULT, Guy et Fred. L'eau et la brasserie. Le Quintinais, 1991, p. 24.

  • ROSSIGNOL, J.-M. et J.-Y. L'eau au quotidien. Le Quintinais, 1991, p. 14-18.