Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Demeure (malouinière), la Ville Gorioux (Plerguer)

Dossier IA35044521 réalisé en 2006

Fiche

Destinations ferme
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Plerguer
Lieu-dit : la Ville Gorioux
Cadastre : 1849 C1 ; 1982 C1
Cette demeure appartenait, selon Paul Banéat, à la famille Uguet, seigneurs de Larchez et passa, par succession, aux de la Montelière au début du 16e siècle. La construction de ce bâtiment semble remonter à la première moitié du 18e siècle ; la régularité des percements de la façade, les linteaux cintrés des baies, la forme des lucarnes, le décor des balustres de l'escalier sont entre autres des éléments qui permettent de faire remonter la construction à cette époque. L'architecture de ce bâtiment est stylistiquement très proche des malouinières (travées en façade, toits à croupes, épis de faîtage en terre cuite, escalier en bois à balustres de section carrée...), demeures de plaisance d'armateurs ou bien de négociants malouins au 18e siècle. Toutefois, le bâtiment présente certains éléments qui semblent être des remplois provenant peut-être d'un bâtiment antérieur. Ainsi, la cheminée monumentale en granite qui se trouve dans la partie nord de la construction ainsi que la porte située sur le mur est, sur l'appentis postérieur, semblent plutôt remonter à la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle. Le moellon utilisé pour la maçonnerie de ce bâtiment témoigne de l'existence d'un enduit à l'origine, seuls les encadrements de baies et les chaînages d'angle, en pierre de taille, étaient apparents. Après la Révolution française vraisemblablement, le bâtiment a été déclassé en ferme, c'est la raison pour laquelle il existe des dépendances au sud de la demeure. En effet, à l'est, se trouvent une étable et à l'ouest, une porcherie. Au moment de l'établissement du cadastre de 1849, le bâtiment était déjà devenu une ferme semble-t-il car des dépendances se trouvaient au sud. Par ailleurs, ce document ancien nous permet de savoir qu'il existait une autre construction, relativement importante, à l'est. La tradition orale nous a rapporté qu'il s'agissait de la métairie du lieu. La tradition orale nous a également rendu compte d'un phénomène intéressant, ainsi, au début du 20e siècle, les propriétaires du lieu louaient les bâtiments à des fermiers et venaient parfois sur leurs terres. Lorsque les propriétaires venaient à la Ville Gorioux, ils étaient hébergés à l'étage, partie qui leur était réservée. Ainsi, ce phénomène rappelle celui de la maison de retenue dans le pays de Rennes, dans laquelle le propriétaire d'un lieu se réserve un bâtiment ou une partie de bâtiment qu'il habite lorsqu'il vient sur ses terres.
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 1ère moitié 18e siècle

Ce bâtiment est élevé en moellon de schiste et de granite ; il possède par ailleurs un toit à croupes couvert d'ardoise. La façade principale est percée de six travées composées de baies à linteaux légèrement cintrés, composés de plusieurs claveaux. Quatre lucarnes à linteaux cintrés en granite donnent accès au comble. La partie arrière est moins élevée, l'accès à cette partie se fait grâce à une porte en plein cintre située à l'est. Le bâtiment est double en profondeur, la partie sud fait 6, 4 mètres de profondeur, alors que la partie nord n'en fait que 5, 15. La partie est de la partie nord du bâtiment ne possède pas de cheminée alors que la partie ouest possède une cheminée sur le mur gouttereau sud. Cette cheminée monumentale en granite possède des piédroits décorés de motifs végétaux. La partie sud du bâtiment, la plus profonde, est divisée en trois pièces principales au rez-de-chaussée et à l'étage. Les pièces de l'étage sont desservies par un escalier monumental en bois à balustres de section carrée. La pièce sud-est du rez-de-chaussée conserve sa cheminée d'origine, il s'agit d'une petite cheminée dont le foyer possède un encadrement de bois mouluré.

Murs granite
schiste
moellon
Toit ardoise

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI maison à travées
STYL autre
MURS1 granite ; schiste ; moellon
SCLE1 16e siècle ; 1ère moitié 18e siècle
DISTRIB double en profondeur
ORDO -1
ELEV 6
ETAG 1
COMBLE comble à surcroît
MOUV à porte haute pendante
RDC -1
ACCESA 2
ACCESP ?
NATUA porte bâtarde décentrée
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL sélection possible
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20063513452NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Plerguer. Section C du Bourg en quatre feuilles, 1ère feuille. Cuault, Géomètre de 1ère Classe, [1849], échelle 1/2000 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 115 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. LES MALOUINIERES, Ille-et-Vilaine. Inventaire Général, 1984, (Images du patrimoine, numéro 8).

  • TREVINAL, Maurice. Histoire générale de Plerguer. Tome 1 : Histoire du site de Beaufort. Plerguer : Editions Maurice Trévinal, 1982.

    p. 115
  • TREVINAL, Maurice. Histoire générale de Plerguer. Tome 2 : Les Plerguerrois. Plerguer : Editions Maurice Trévinal, 1982.

    p. 115