Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Demeure de notable, Carnoët (Quimperlé)

Dossier IA29000541 réalisé en 2001

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Manoir de Carnoët (ou la maison du passage)
Parties constituantes non étudiées jardin, jardin d'hiver, portail, communs
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Quimperlé - Quimperlé
Hydrographies Laïta La
Adresse Commune : Quimperlé
Lieu-dit : Carnoët
Cadastre : 1996 D 29-30

La propriété s´élève sur un terrain qui faisait partie de l´ancienne résidence ducale du 13e siècle dont subsistent des vestiges (voir dossier Carnoët : château), à proximité d´une construction désignée comme "maison du passage" sur le cadastre de 1824, peut-être l´habitation du passeur qui assurait la traversée de la Laïta. De ce passage très fréquenté jusqu´au 19e siècle subsistent les vestiges d´une cale maçonnée. Les terrains appartiennent peu avant 1870 au baron André Dannery (1832-1887), conseiller municipal de Quimperlé, qui fait exhausser le sol en bordure de rivière pour construire un mur de soutènement, en prolongement d´un mur ancien, sans doute médiéval, qui longe l´ancien chemin de halage tombé en désuétude. En 1877, il obtient l´autorisation de construire une « tourelle ornementale » de quatre mètres de haut (toujours en place), sans doute un remploi d´éléments provenant de l´ancien château, tout comme la colonne élevée à proximité, vestige d´une grande salle. Dannery fait également bâtir vers 1870 le logis actuel dont une cheminée porte les armoiries Dannery et Ruinart de Brimont. L´abri aménagé sous le jardin d'hiver, sans doute ajoutée à la fin du 19e ou au début du 20e siècle, est couvert d´un plafond de type entrevous en berceaux segmentaires en fer et briques ; ces briques, estampillées Kerolé-Lorient, proviennent de l´établissement Moulin à Ploemeur (Morbihan) dont la production porte, entre 1893 et 1926, la marque figurant un moulin à vent. Les allèges des fenêtres sont en appareil de briques portant le monogramme E.P. Les communs situés à l´est (logement, étable à chevaux) sont contemporains du logis.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 13e siècle
Auteur(s) Personnalité : Dannery André, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Ruinart de Brimont, commanditaire, attribution par source

Le gros-oeuvre, à l´origine couvert d´un enduit, est en moellon de schiste et de granite. La travée centrale est accentuée par un faux avant-corps à pignon. Les chaînages d´angle, souches de cheminée, encadrements et appuis des baies sont en appareil alterné de brique et de granite. La partie est, composée d´un sous-sol (chaufferie, cave, cuisine, monte-charge) est accessible depuis la cour et le pignon ; la partie ouest est directement construite sur le rocher qui affleure. Un jardin d´hiver se greffe sur la partie centrale du rez-de-chaussée et s´ouvre sur une grande pièce centrale double en hauteur de type « hall » et à usage de vestibule ; un escalier suspendu en châtaignier dessert l'appartements ouest du premier étage. Le décor floral peint du plafond à caissons a disparu. La cheminée monumentale est en kersantite. Les huisseries et les lambris d'appui sont en pitchpin. Cette pièce centrale, éclairée au nord par une grande baie dont le vitrail a disparu, dessert, à l´ouest, des pièces de réception, à l´est une salle à manger (avec cheminée sous-baie) qui jouxte l´actuelle cuisine. La partie est du bâtiment possède une distribution indépendante assurée par un escalier tournant en pitchpin et châtaignier qui dessert caves, cuisine, chambres et greniers. L´étage de comble abrite, outres des greniers, deux vastes pièces ouvertes sous charpente ; celle située au nord, éclairée par une grande baie, servait d´atelier.

Murs schiste
granite
kersantite
moellon
brique et pierre à assises alternées
Toit ardoise
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
noue
pignon couvert
Escaliers escalier tournant à retours avec jour, en charpente, cage ouverte
Typologies demeure de plan allongé. Type ternaire. Logis à sept pièces par étage. Niveaux décalés. Cheminée-fenêtre. Style néo-gothique
Techniques sculpture
Représentations armoiries
Précision représentations

Les armoiries Dannery et Ruinart de Brimont figurent sur le manteau de la cheminée de la pièce centrale du rez-de-chaussée.

Cette demeure aux allures de grande maison bourgeoise, construite pour le baron André Dannery vers 1870 d´après les plans d´un architecte non identifié, s´élève dans un site privilégié qui, riche en vestiges historiques, est à l´origine du choix d´un commanditaire passionné d´archéologie. Le plan qui sépare pièces de réception et appartements des maîtres de maison des pièces de service et des chambres d´enfants et de domestiques et qui réserve au "hall" central couvert d´un plafond à caissons une fonction à la fois utilitaire et d´apparat, est sans égal dans les environs de Quimperlé. Il présente toutefois quelques analogies avec Kerbertrand, demeure contemporaine construite pour la famille de Mauduit (même commune). Il est possible que le chapiteau à corbeille ornée de crochets feuillagés découvert dans les décombres du château du 13e siècle ruiné ait servi de modèle aux piédroits de la grande cheminée dont le matériau, la kersantite sombre en provenance de la rade de Brest, permet une sculpture fine. En absence d´autres exemples connus, la présence de briques estampillées « Kerolé » produites par une des plus grandes briqueteries du Morbihan, mérite une mention particulière.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • 20032901406NUCA : Archives nationales, A.N. N IV 1.

    20032901407NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

    20032901408NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

    20032901409NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

    20032901410NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

    20032901411NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

    20032901412NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

    20032901413NUCA : Archives départementales du Finistère, 7 S 51.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.N. Finistère, N IV. Plan géométrique de la forêt royale de Carnoët, par Jean-Baptiste Robert, géomètre, 1731.

  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824 section D dite de la forêt.

  • A.D. Finistère 7 S 51. Demande d'autorisation d'occuper la grève de la Laïta, 1870. Demande de construction d'une tourelle ornementale, 1877.

Bibliographie
  • ROYAN, René. La briqueterie-tuilerie Moulin-Keroulé. Dans : Bulletin de la société d´archéologie et d´histoire du pays de Lorient, 1994.

    p. 105-108
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Finistère. Collection Images du Patrimoine n° 217, Rennes, 2002.

    p. 5, 81