Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château, rue du Château (Saint-Aubin-du-Cormier)

Dossier IA35049230 inclus dans Ville de Saint-Aubin-du-Cormier réalisé en 2011

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Aubin-du-Cormier
Adresse Commune : Saint-Aubin-du-Cormier
Adresse : rue du Château
Cadastre : 1833 C1

Le château aurait été élevé entre 1223 et 1225 à l'emplacement d'une chapelle primitive dédiée à saint Aubin, évêque d'Angers au 6e siècle. Le vocable de cette chapelle a donné son nom à la ville. En 1122, cette chapelle dépendait du prieuré de Saint-Jean-sur-Couesnon qui lui même dépendait de l'Abbaye Saint-Florent de Saumur. Le château se composait d'un quadrilatère de 86 et 96 mètres de longueur sur 30 mètres de largeur ; il était flanqué de 10 tours circulaires et d'un donjon au sud-ouest du quadrilatère. Ce plan est encore très visible sur le premier cadastre de la commune réalisé en 1833. Le château aurait été élevé par le duc Pierre Mauclerc pour tenir en respect les barons de Vitré et de Fougères et fermer la frontière entre la Bretagne et la France. Ce château était complété de deux enceintes, la première datant du 13e siècle avait été chemisée par une seconde enceinte au 15e siècle. Des vestiges de ces enceintes subsistent à proximité du château. Le donjon, pièce maîtresse du château, avait été édifié entre 1223 et 1225 par le Duc Pierre Mauclerc. Pierre Mauclerc était proche du roi de France Philippe Auguste, dont il soutint le combat contre l'Angleterre. C'est vraisemblablement la raison pour laquelle l'architecture de ce château est tout à fait en phase avec l'architecture royale française de l'époque. L'architecture "philippienne" se caractérise en effet par la généralisation des donjons circulaires au détriment des donjons carrés et par l'apparition de tours circulaires pour protéger les courtines. La tour du Louvre construite vers 1200 ou encore le château d'Angers construit à partir de 1227 sont des modèles de ce type de châteaux. Le donjon de Saint-Aubin-du-Cormier possède des murs de 3, 5 mètres d'épaisseur ; il s'élève sur cinq niveaux et mesurait 50 pieds de haut, soit environ 15, 5 mètres. Le rez-de-chaussée est complètement aveugle ; au premier étage, il existe une cheminée équipée d'un four. La salle du premier étage, niveau par lequel se faisait l'entrée dans le donjon, est dotée d'une cheminée et d'une fenêtre à cousièges. Des latrines se trouvent au second étage tandis que le troisième étage, probablement ajouté au 14e siècle, possédait un chemin de ronde. Les logis qui se trouvaient à l'ouest avaient été reconstruits dans les années 1430 ; ils étaient composés d'une salle basse, d'une chambre et d'une chapelle au rez-de-chaussée alors que l'étage abritait une salle haute, une chambre de parement ainsi qu'une autre chambre. De 1435 à 1437, le duc Jean V de Bretagne fit refaire la porte du donjon et construire deux nouvelles tours. Il fait également édifier une chapelle éclairée par quatre fenêtres et surmontée d'une chambre de parement qui lui était réservée. En 1449 et 1464, dans un mouvement général concernant toutes les fortifications des Marches de Bretagne et face à l'appétit annexionniste du Roi de France, le duc François II fit augmenter les défenses du château. Au sud, le château était protégé par l'étang, à l'ouest, par une douve et au nord et à l'est par une vallée et un terre-plein maçonné flanqué de trois grosses tours en demi-lunes ; celle du milieu renferme une casemate percée d'une meurtrière. En 1225, Saint-Aubin fut érigé en châtellenie et possédait un droit de haute justice. Le château appartenait depuis sa fondation aux ducs de Bretagne puis, à partir de la fin du 15e siècle, aux rois de France jusqu'en 1789. Le parc du château est aujourd'hui la propriété du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. Le château fut assiégé en 1231 par les troupes françaises en guerre contre Pierre Mauclerc. Le 4 juillet 1231, Pierre Mauclerc signa une trêve de trois ans et mit le château en dépôt entre les mains de Philippe Hurepel, comte de Boulogne et oncle du Roi. A la mort de ce dernier en 1234, Pierre Mauclerc reprit possession du château mais dut le remettre en dépôt pour trois ans entre les mains du Roi. En 1341, suite à la mort sans descendant direct du duc Jean III, s'engage en Bretagne une guerre de Succession ; les partisans de Charles de Blois s'emparent du château de Saint-Aubin en 1342. Le château fut remis au nouveau duc, Jean IV, en 1381. Le roi Charles VIII fit raser le château et partiellement détruire le donjon après sa victoire définitive sur la Bretagne en 1488. Le donjon fut alors miné et démoli par la moitié en hauteur, c'est pourquoi il est éventré aujourd'hui.

Période(s) Principale : 1er quart 13e siècle
Principale : 2e quart 15e siècle
Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations mauvais état
Statut de la propriété propriété du département
Protections inscrit MH, 1926/12/15, 2017/10/03
Précisions sur la protection

Restes de la tour (cad. E 187) : inscription par arrêté du 15 décembre 1926.

Par arrêté du 3 octobre 2017, inscription au titre MH du château avec ses deux enceintes (section E, parcelles 169 à 171, 189 à 193, 203, 204, 645, 646, 844 et 848).

Annexes

  • 20113506164NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Saint-Aubin-du-Cormier, Canton de Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 1er septembre 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Provost, Maire et sous la direction de Mr Lambert, Directeur des Contributions, Mr Lesné, Géomètre en chef par Mr Beucher, Géomètre du Cadastre, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

Liens web