Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château fort puis fort dit "Fort La Latte" (Fréhel)

Dossier IA22002995 inclus dans Capitainerie de Matignon : ensemble fortifié réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

LE FORT LA LATTE. BAIE DE LA FRESNAYE

Ancienne forteresse médiévale située à quatre grandes lieues à l´ouest de Saint-Malo, le fort juché sur son éperon rocheux commande la baie de la Fresnaye. Reprenant une ancienne construction (937 selon la légende), les sires de Goyon seigneurs de Matignon, édifièrent au 14e siècle un château-fort quasiment imprenable jusqu´à l´apparition du canon en Bretagne. Assiégé plusieurs fois en 1379 et 1490, le château est brûlé et démantelé en 1597 par les troupes de Mercoeur durant les troubles de la Ligue.

Remanié par Garengeau, ingénieur de Louis XIV, le château médiéval en partie ruiné est transformé en un ouvrage de défense côtière. D´après le plan du fort La Latte, établi à Saint-Malo par Garengeau le 4 novembre 1691, il s´agissait en priorité de créer une batterie en fer à cheval au ras de l´eau et deux échauguettes pour les sentinelles. "Le roi a fait de ce château depuis l´année 1689 pour environ 26 000 livres de dépense soit en réparation des murs de son enceinte, ponts-levis et dormants, logements, qu´en batterie haute et basse". Le donjon constitué d´épais murs percés d´archères et de canonnières autrefois protégé par herses et pont-levis (aujourd’hui disparu) constituerait l´ultime réduit en cas d´attaque et une formidable tour d´observation à mi-chemin entre les tours du Cap Fréhel (1700) et des Hébihens (1695-1697). Garengeau, profitant de la résistance des vieilles voûtes sous croisées d´ogives en fait le magasin à poudre du fort. Des batteries de canons à barbette (c´est à dire tirant au dessus du parapet) protégées des tirs de la mer par un mur perpendiculaire sont élevées sur les hauteurs du fort tandis qu´une écurie surmontée d´un corps de garde et des créneaux de mousqueterie sont aménagés "sur l´avancée" après le premier pont-levis.

Vauban, dans son plan de défense de Saint-Malo, écrivait en mai 1694 : "le commandant du château de La Latte ci-devant capitaine du régiment d´Hoquincourt et qui a servi en Irlande est là depuis trois ans, sans avoir touché un sol de ses appointements. Il a même une jambe cassée depuis dix-huit mois dont il n´y a pas d´apparence qu´il guérisse. [...] Son maître canonnier est un manchot, de sorte que les deux seuls officiers de ce fort n´ont que la moitié des bras et des jambes qu´il leur faut. Quand j´ai fait la visite, il y avait pour garnison cinq misérables paysans, détachés du prochain corps de garde de la côte, ce qui n´est pas contentement pour un lieu comme celui-là, qui pourrait être surpris par une descente de deux chaloupes... ". Enfin, l´ingénieur "chef d´orchestre" précisait qu´il fallait encore mettre "trois ou quatre grosses pièces de canon dans le château de La Latte et un mortier, le tout avec même quantité de munitions de guerre et de bouche qu´à l´île Harbourg et à la Conchée".

Pendant la révolution, un four à boulets desservant les batteries de canon est construit au pied de l´ancien donjon. Arme dissuasive, un seul boulet "rouge cerise" tiré "droit au but" pouvait couler bas un vaisseau...

Déclassé en 1890, le fort fut vendu par l´Administration des Domaines à un particulier. Passant un temps de main en main mais classé Monument Historique en 1925, il est racheté en 1931 par Frédéric Joüon des Longrais qui le fit restaurer. Depuis, la famille Joüon des Longrais veille sur le fort, continuant d´assurer sa vie en ouvrant le site aux visiteurs. En 2005, un canon de 18 livres de balle sur affût pivotant de type Gribeauval a été réinstallé au fort. L´histoire de la forteresse continue".

Appellations Fort La Latte
Destinations musée
Parties constituantes non étudiées corps de garde, batterie
Dénominations château fort, fort, batterie, corps de garde, caserne
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Fréhel
Lieu-dit : Plévenon
Adresse : La Latte

Fonction : observer et protéger la baie et le mouillage de la Fresnaye. Système défensif de Saint-Malo.

Période(s) Principale : 14e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1689, daté par source
1691, daté par source
1697, daté par source
1715, daté par source
Auteur(s) Auteur : Jean-Siméon Garangeau, ingénieur militaire, attribution par source
Murs granite
terre
pierre de taille
moyen appareil
petit appareil
moellon
Toit pierre en couverture, terre en couverture, ardoise
Plans système bastionné
Étages rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures terrasse
toit à deux pans
États conservations restauré, bon état
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, site archéologique, à étudier, à signaler
Protections classé MH, 1925/08/11
classé MH, 1934/02/28
Précisions sur la protection

Fort : classement par décret du 11 août 1925 ; Terrain avoisinant le fort, pour leur partie délimitée par l'enclos (cad. B 161, 163 à 169, 171, 172, 174, 175, 151p, 157p, 162p, 182p, 183p) : classement par arrêté du 28 février 1934.

Annexes

  • Garangeau (alias Garengeau) d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, 1981, 2 tomes.

    "Famille de bourgeoisie parisienne.

    1678, Siméon Garangeau

    Né à Paris vers 1647.

    Père : Sieur François Garangeau, bourgeois de Paris, maître menuisier.

    Mère : Demoiselle Marie Dubois.

    Soeurs :

    - Françoise, aînée, épouse de Jacques gousse.

    - Marie, épouse de Jean Rémy et belle-mère d´un apothicaire.

    - Françoise, cadette, épouse de Charles Courtois, maréchal des logis de la dauphine (toutes trois habitant Paris ; mortes avant leur frère).

    Célibataire.

    Mort à Saint-Malo le 25 août 1741, âgé de 94 ans.

    Ingénieur ordinaire, département de la Marine, à 31 ans en 1678 ; affecté à Brest.

    Ingénieur en chef à Saint-Malo en 1691 ; ayant le soin de Saint-Malo, du fort en dépendant et du château du Taureau.

    Directeur des fortifications de Haute-Bretagne au début du 18e siècle.

    Capitaine réformé au régiment de Champagne à une date inconnue, chevalier de Saint-Louis en 1712. Mort en activité.

    Services de guerre inconnus.

    Très remarquable architecte auquel on doit de très nombreux travaux, en particulier les suivants :

    - Les forts de l'île d'Harbour, de la Latte en Plévenon, du Petit Bé, de la Conchée, de l'Ile aux Moines.

    - Les travaux au château du Taureau et à la tour de Solidor,

    - La canalisation du Couësnon, celle des marais de Dol,

    - Plusieurs batteries et tours à feux,

    - Les hôpitaux de Morlaix et de Cézembre,

    - Les églises de Saint-Louis de Brest, de Saint-Servan, de Cancale, la chapelle Saint-Sauveur de Saint-Malo,

    - Les répartitions des remparts de Brest et de Dinan,

    - Les accroissements de Saint-Malo,

    - Les projets de Saint-Servan,

    - Plusieurs malouinières (maisons de campagne de Saint-Malo)".

  • 19832200320PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19832200319PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19832200321PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19832200290PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19832200314PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    20042205109NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20042205110NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20042205111NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20042205112NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20042205113NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20042205114NUCA : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (CRMH), 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique).

    20062210139NUCA : Musée de l'Armée, Paris, K_12788_N.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service Historique de l´Armée de Terre, Château de Vincennes. Archives du Génie. Article 4 : Frontières de France, Section 2 : Frontières maritimes. Paragraphe 3 : Côtes de Bretagne depuis la rivière de Couësnon jusqu´à la baie de Bourgneuf (4 cartons, 1683-1831). Carton 1 : Fortifications de Bretagne, 1683-1759. Pièce n° 23 : 13 janvier 1734. Mémoire sur les ouvrages provisionnels faits ou continués pendant les dernières guerres, non seulement aux environs de Saint-Malo aux dépens de la province de Bretagne, même dans l'étendue de la côte de ce département qui commence à la rivière de Morlaix et finit à celle du Couësnon par Garangeau. "Château de La Latte : Il est situé à quatre grandes lieues à l´ouest de Saint-Malo et très avantageusement pour la navigation en ce qu´il a une bonne rade sous le feu de son canon et que tous les navires qui veulent entrer à Saint-Malo ou qui en sortent y mouillent toujours les uns pour y attendre le reste de leurs équipages, soit pour s´apprêter à en partir de grand matin pour passer de jour les dangers. Il a pour gouverneur monsieur de Gouïllon de Vauxrouhault et dépend de Saint-Malo, il n´y a que des milices qui y montent la garde en temps de guerre, il n´y a présentement que trois canons dont l´un hors de service, on y envoie huit de Saint-Malo de 24 et 36 lors de la guerre et on le fera encore, il serait nécessaire de huit affûts au moins moitié de 24 et de 36 et de quatre plate-forme pour la batterie haute les six autres pour la basse et rasante ayant leur plate-forme de pierres de taille en très bon état".

Documents figurés
  • Base Mémoire. Titre série 1996/096 - Fonds photographique du Centre de Recherche des Monuments Historiques.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine : 1996/096/ Architecture militaire : four à boulets (époque classique)
Bibliographie
  • PLAYOUST-LEQUETTE (V.). La défense avancée de Saint-Malo au temps de Siméon Garengeau (1689-1741). Mémoire de doctorat d´Histoire de l'Art de l´Université Paris IV, Sorbonne, sous la dir. de Antoine Schnapper, Paris, 1997, 4 vol., 960 p. (Bibliothèque Serpente, Paris, cote BUT 4020).

  • LÉCUILLIER, Guillaume. La route des fortifications en Bretagne et Normandie. Paris, éd. du Huitième Jour, coll. Les étoiles de Vauban (dir. N. Faucherre), 2006, 168 p.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume