Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château, dit malouinière du Montmarin (Pleurtuit)

Dossier IA35005133 réalisé en 2000

Fiche

  • Le Montmarin vers 1782
    Le Montmarin vers 1782
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • communs
    • chapelle
    • orangerie
    • parc
    • moulin
    • cour
    • bassin de radoub

Œuvres contenues

Bien que construit pour un malouin, le Montmarin, se démarque totalement de l´architecture des malouinières. Outre le charme de son site et de son implantation ce château qui s´apparente davantage à une "folie", est tout à fait remarquable par la qualité et l´originalité de son architecture, et ce, à plusieurs titres. D´abord l´ordonnancement de son élévation sur jardin, avec arcades, décalage de niveaux entre le corps de logis et les pavillons et contrastes de toitures, ensuite par l´association dans le gros oeuvre de matériaux comme le bois, employé pour les balustrades, à la base des toits ou certaines clefs d´arcs. D´autre part, bien que modifiée au 19e siècle, sa distribution intérieure reste très intéressante, et bien plus encore, les exceptionnels décors de boiseries du grand salon central, uniques du genre en Bretagne, probablement exécutés par des artistes ayant travaillé pour les cabinets intérieurs de Versailles. Il faut signaler enfin le jardin qui, malgré ses aménagements du 19e siècle, a conservé la plupart de son tracé et de ses terrasses d´origine qui, à la fin du 18e siècle en faisaient un des jardins les plus remarquables de toute la contrée. L'allure générale du Montmarin, trois pavillons réunis entre eux par des ailes couvertes à l'origine en terrasse, le rattache plus aux folies construites autour de Paris qu'aux "malouinières" du Clos-Poulet. Il se peut que cette architecture dont le toit en carène est d'ailleurs étonnant autour de 1760, reprenne comme modèle l'ancien château du Colombier, construit à Paramé en 1715 et décrit à la Révolution comme "un corps de bâtiment flanqué de deux pavillons en terrasse pavés de pierres plates et surmontés chacun d'un autre petit pavillon". L'édifice présente aussi la particularité d'utiliser le bois dans le décor d'architecture : agrafe de la porte centrale, balustrades du toit. Dans la cour, sur les arcades des communs, les clefs de granite, en retrait, devaient également être recouvertes par des muscarons de bois sculpté.

Parties constituantes non étudiéescommuns, chapelle, orangerie, parc, moulin, cour, bassin de radoub
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Dinard
AdresseCommune : Pleurtuit
Lieu-dit : le Haut Créhen, le Montmarin
Cadastre : 1982 ZH 324-333
Château construit en 1758 pour Aaron-Pierre Magon du Bosc, terminé en 1763. Vendu en 1782 à Benjamin Dubois, armateur de Saint-Servan, qui transforme l´anse de Créhen, en contrebas, au sud du château, en chantier naval avec bassin à flot. La chapelle semble construite à la même époque. Importants travaux à la fin du 19e : le corps de logis est transformé du côté de la cour par l´extension des ailes de part et d´autre du corps central ; la distribution intérieure est modifiée, en particulier par la suppression de l´escalier principal dans le vestibule ; suppression des allées séparant le corps de logis principal des pavillons ; déplacement et reconstruction des escalier latéraux. Ajout dans la cour d´un bassin de marbre provenant de la Basse Flourie à Saint-Servan, construction d´une ligne d´arcades doublant le mur de la cour du côté du chemin et remontage à l´envers, d´un portail du 17e, couvert d´un arc plein cintre. Transformation de la moitié inférieure du jardin en parc paysager à l´anglaise.
Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1758, daté par travaux historiques

Château : corps de logis, entre une cour à l´ouest et un jardin en terrasse à l´est, qui descend vers la Rance. Couverture composée d´un assemblage complexe de différentes toitures : toits en pavillon et à l´impériale accolés sur le corps central, toit brisé sur les extrémités du logis, toits à longs pans de faible pente jumelés couvrant les ailes avec chêneau intermédiaire. Sur le jardin frontons sur les trois pavillons et arcades dans le rez-de-chaussée des ailes. Communs de part et d´autre de la cour, constitués de rangs d´arcades. Portail du côté ouest de la cour avec alignement d´arcades de part et d´autre. Chapelle dans le prolongement du pavillon nord. Pavillons en rez-de-chaussée au deux extrémités de la terrasse bordant la Rance.

Mursgranite
enduit
moellon
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Protectionsclassé MH, 1966/07/20
classé MH, 1995/05/02
Précisions sur la protection

Façades et toitures du château et des communs, y compris le portique à l'entrée de la cour d'honneur ; boiseries de la salle à manger ; boiseries, plafond et parquet du grand salon ; cour d'honneur ; terrasses, parterres et jardins bordant la Rance (cad. C 615, 617, 621 à 624) : classement par arrêté du 20 juillet 1966. Ensemble du parc comprenant les murs de clôture, le parc (à l'exclusion des parties précédemment classées), les murs de quai avec les pavillons subsistant et la rabine d'accès (cad. C 616 à 620, 623a, 623c, 624, 1548, 1983 ; ZH 84) : classement par arrêté du 2 mai 1995 ; site inscrit.

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan topographique des ports et rade de Mont-Marin et dépendances. Levée pour l'armateur Dubois, vers 1790. (A. N., série N 1091, Ille-et-Vilaine 2).

  • Vue du château de Montmarin, de sa rade, son port et de son bassin. Gravure de Barjolle, "d'après le tableau original de 36 pouces de largeur sur 26 de hauteur qui est dans le cabinet du Roi 1787". (Coll. part. ; B.N., Cabinet des Estampes).

  • Le Montmarin, Pleurtuit, Ille-et-Vilaine. Carte postale, [s.l. ; s.n. ; s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine, Fonds Lagrée).

  • La Bretagne pittoresque, Château de Montmarin. Carte postale, [s.l. ; s.n. ; s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine, Fonds Lagrée).

  • Les châteaux de la Rance, le Montmarin. Carte postale, HLM, [s. d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine, Fonds Lagrée).

  • Montmarin en Pleurtuit. Dessin par Henri Frotier de la Messelière, [s. d.]. (A.D. Côtes d'Armor, série 60J, Fonds Frotier de la Messelière).

  • Feuille cadastrale de la section C. 1828, échelle 1/2500e (Mairie de Pleurtuit).

Bibliographie
  • Les malouinières, Ille-et-Vilaine. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Région Bretagne ; par Roger Barrié et Jean-Jacques Rioult. Rennes : APIB, 1984, rééd. 1997. (Images du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • LETIEMBRE, Isabelle, ANDRIEUX, Jean-Yves (dir.). L'Architecture civile au 18e siècle en Ille-et-Vilaine : châteaux, manoirs, malouinières. Mém. : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1993.

    t. 2, p. 30
  • HAMOURY, Maud. La statuaire en terre cuite en Ille-et-Vilaine aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mém. maîtrise : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1998.

    t. 2, p. 38
  • ROBET, Denise. Châteaux d'Ille-et-Vilaine. Paris : Nouvelles Editions Latines.

    p. 26
  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Artistes en Bretagne. Fichier Henri Bourde de la Rogerie. Rennes : APIB, 1998.

    notice 00375
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927.

    t. 3, p. 137 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
Périodiques
  • DEMORIANE, Hélène. Ce qui reste des malounières, ces châteaux bâtis en Bretagne sur les fortunes des corsaires. Connaissance des Arts, janvier 1963.

    p. 42-43
  • BAZIN DE JESSEY, Louis. Le port national de Montmarin et les divers projets de construction du port de Saint-Malo au XVIIIe siècle. Annales de la société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo. Année 1975. Bannalec : Imprimerie Régionale.

    p. 91-110
  • BARRIE, Roger. L'austère splendeur du XVIIIe. Vieilles Maisons Françaises. Ille-et-Vilaine. juillet 1989, n° 128.

    p. 51

Liens web