Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château des Onglées (Acigné)

Dossier IA35028098 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesécurie, chapelle, parc, fossé, ferme, pavillon
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Cesson-Sévigné
AdresseCommune : Acigné
Lieu-dit : les Onglées
Cadastre : 1985 B
Le château construit en deux campagnes, 17e siècle et 18e siècle, fut remanié au 19e siècle. Il s'agit d'un remarquable exemple d'une noble 'maison des champs' au pourtour de la ville de Rennes siège du Parlement de Bretagne jusqu'à la Révolution. D'après un témoignage oral, le pavillon isolé au nord aurait abrité les écuries, et l'actuel logis de ferme un pavillon de chasse. Les Coniac seigneurs d'Alineuc et de Toulmen possesseurs des lieux depuis 1632 furent probablement les maîtres d'ouvrage de la demeure, cependant que les armes des Léon de Tréverret propriétaire depuis la Restauration ornent la façade ouest.
Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

Le château réunit quatre édifices distincts : le château lui-même disposé du nord au sud ; en alignement, au nord, s'élève un pavillon isolé ; vers l'est est édifiée la chapelle enfouie sous les bosquets ; au nord de l'allée la ferme du château ; les toits sont à longs pans, en pavillon, à l'impériale.

Mursgranite
schiste
calcaire
moellon
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée
Protectionsinscrit MH, 2012/01/23
Précisions sur la protection

L'inscription MH concerne: la chapelle en totalité, les façades et toitures du logis, le parc paysager et son terrain d'assiette.

Annexes

  • Description par Jeannick le Goux lors d'un pré-inventaire en 1974 :

    Le château se compose de trois corps de bâtiments en enfilade. Au sud du premier se font suite deux corps de bâtiments perpendiculaires au premier, aux toits à croupe. Le premier d'entre eux abrite l'escalier.

    Le premier corps, le plus important, est allongé du nord au sud ; sa façade principale orientée à l'est présente sept travées régulières surmontées chacune d'une lucarne en plein cintre. Une corniche modillonnée court sous le toit. De part et d'autre de la porte d'entrée, un oeil-de-boeuf. Les ouvertures ont des encadrements de granite au rez-de-chaussée, en calcaire à l'étage et au grenier.

    La façade postérieure est flanquée de deux tourelles à toit en pavillon.

    La façade sud du pavillon qui s'élève à l'extrémité du château présente trois travées. Les lucarnes de l'étage sous comble interrompent la corniche à modillons et le toit ; elles sont surmontées d'un fronton triangulaire dont le décor probablement refait au 19e siècle, s'inspire des modèles du 17e siècle.

    La façade ouest présente en particulier deux tours carrées à trois niveaux ; le toit élevé est surmonté d'épis faîtiers.

    La tour centrale présente, sur sa face principale, une travée à trois niveaux. Les ouvertures sont en encadrement calcaire. La porte d'entrée, en anse de panier, est flanquée de pilastres supportant une corniche à larmier. Une fenêtre -ancienne porte- de la façade ouest du corps principal est du même style. Ces deux ouvertures sont du même type que la porte de la chapelle.

    Le pavillon de plan carré à un étage est couvert d'un toit en dôme dit à l'impériale. La façade présente au rez-de-chaussée des baies disposées en triplet ; la porte centrale à appareillage en bossage est surmontée d'un oculus. Malgré des remaniements, au dessus s'esquisse un fronton cintré. Au deuxième niveau, la fenêtre est surmontée d'un fronton brisé à profondes moulures.

    La ferme du château est composée d'une pavillon carré à un étage surmonté d'un toit brisé, à croupes. Il est flanqué à l'est et à l'ouest de deux corps de bâtiments symétriques.

    Le pavillon présente une travée centrale dont la porte -à encadrement de granite- porte sur son linteau la date : 1670.

    Cette porte était autrefois encadrée de deux oculi -une fenêtre à droite de la porte a remplacé l'un deux-. Les deux oculi qui étaient placés sur les façades des corps latéraux ont également disparu, et des fenêtres ont remplacé les portes.

    La chapelle est située à l'angle nord-est du corps principal. Son chevet est à l'est. Elle est de plan rectangulaire, presque carré. Les faces nord et sud sont percées de fenêtres en arc en plein cintre à encadrement calcaire.

    Face ouest se trouve la porte d'entrée en plein cintre, flanquée de deux pilastres supportant un fronton calcaire ; celui-ci est percé d'une ouverture que ferme, à l'intérieur, un petit volet de bois ancien. A gauche de la porte, un bénitier de granite.

    A l'intérieur : la plafond est un lambris sans décor. L'autel de bois à panneaux supporte un retable à un seul corps comportant un décor polychrome de guirlandes rapportées ; il est surmonté d'une poutre de Gloire.

  • 20033511289NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • 9. ACIGNE (I.-et-V.). -Le Château des Onglées. Carte postale, [s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi).

  • 912. ACIGNE (I.-et-V.). -Château et Etang des Onglées. Carte postale, Rennes : E. Mary-Rousselière, édit., [s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi Acigné).

  • Châteaux de Bretagne. 156. Les Onglées près Acigné. (I.-et-V.). Appartient à M. de Tréverret. Carte postale, Rennes : [s.n.], [s.d.], collection A. Dechelette. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi Acigné).

  • Plan géométrique parcellaire de la commune d'Acigné, section B3 dite de Monthélon. Plan levé par Beuscher géomètre, [1819], échelle 1/2500e. (A. D. d'Ille-et-Vilaine : 3 P 5234).

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927.

    t. 1, p. 29-30 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • RACINEUX, Alain. Histoire d'Acigné et de ses environs, 2e édition revue et augmentée. Rennes : imprimerie Média Graphic, 2000.

    p. 30

Liens web