Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Sainte Marie-Madeleine, puis octroi, place de La Madeleine (Vannes)

Dossier IA56004096 inclus dans Place de La Madeleine (Vannes) réalisé en 2004
Vocables Sainte Marie-Madeleine
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Vannes
Adresse Commune : Vannes
Adresse : place de La Madeleine
Cadastre : 1844 G1 3, 4 ; 1980 CV 453, 454

Chapelle (disparue) bâtie pour les lépreux, reconstruite par l'évêque Henri Tors en 1302 sur l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien. En 1682, elle est sans couverture et reçoit alors quelques réparations : charpente, couverture, vitrerie. En 1717, on supprime 25 pieds du bas de la nef (environ 1/4 de sa longueur) pour sauver le reste. La chapelle est vendue comme bien national le 2 octobre 1793 au citoyen Le Corps et transformée en atelier. En 1878, une demande d'alignement est faite par un nommé Penhouet pour construire devant la chapelle. Elle est détruite par un incendie en 1880. Cependant, des vestiges devaient subsister, car le 9 mai 1881, une demande d'alignement est faite par l'architecte voyer (Lamarzelle ?) afin de construire un nouveau bureau d´octroi et un pont à bascule à la Madeleine, suite à la décision du conseil municipal de changer le lieu de l´octroi de la route d´Auray et de l´installer à la Madeleine, "à la suite de l´ancienne chapelle". Cet octroi a lui-même disparu, remplacé par de nouveaux bâtiments vers 1970.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 14e siècle
Principale : 19e siècle
Auteur(s) Personnalité : Tors Henri, commanditaire, attribution par travaux historiques

Edifice de plan rectangulaire construit à l'angle de deux rues : la rue Jean Gougaud et l'avenue Roosevelt. Le cadastre de 1807-1809 signale des contreforts aux angles. Le texte du chanoine Mahé de 1825 mentionne une chambrette et un jardinet.

Murs pierre
Plans plan allongé
États conservations détruit

Parmi les trois édifices marquants le paysage ouest de la ville avant son urbanisation, la chapelle de la Madeleine est le plus ancien connu.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait de : DUBUISSON AUBENAY. Itinéraire de Bretagne. In : Société des Bibliophiles bretons, 1848, T. IX. Nantes, Grimaud.

    "...A main gauche, est une rue où les cordiers travaillent entre deux murailles, au bout desquelles, bien loin du faubourg, ils ont deux ou trois maisonnettes et la chapelle de la Magdelaine qui est à eux. Ils naissent cordiers et le sont de race.

    Ils sont en quelque sorte exclus de la société ordinaire des autres hommes et ne s'allient guères que par entre eux ; vont à l'église, mais se tiennent au bas, à part ; et on leur administre aussy les sacremens à part, en leur dite chapelle, dont l'évesque, en sa visite, a soin et fait bonne enqueste par leur bouche.

    On les tient pour meseaux et ladres de naissance. Néanmoins, comme il y en a qui sont fort riches, ils trouvent à se marier et converser dans les autres maisons de la bourgeoisie de Vennes, et ainsy s'épandent par toutes les paroices. Ils ne sont pas tenus pour excommuniés, ni si infâmes qu'ils sont à St Brieu et à Kimper Corentin".

  • AD Morbihan Q 99. Procès verbal d'estimation de la chapelle de la Madeleine, 7 novembre 1791.

    "Nous soussigné Vincent Joseph Le Claire expert ayant ? en justice et justice et nommé par les administrateurs directeurs du district de Vannes pour procéder à l'estimation de la chapellenie de la magdelaine situé près l'entrée du chemin de Vannes à aurai certiffions ? Etre ce jour sept novembre mil sept cent quatre vingt onze transporté au dit lieu de la magdeleine et nous rapportons que la chapelle est construite de maconne a deux longeres et deux pignons avec couverture d'ardoises qu'au pignon du levant est un petit jardin ayant ses murs levant midi et nord, que dans le dit jardin se trouve pratiqué une petite celule aussi construite de maconne, couverture d'ardoise et cheminée que le tout contient ? Fond six cordes vingt pieds que nous estimons au denier vingt deux valoir de principale la somme de quatre cent cinquante un livres cy 451 fait et arreté à Vannes le dit jour et an".

  • Extrait de : MAHE, chanoine. Essai sur les Antiquités du département du Morbihan. Vannes : Galles Aîné, 1824. In : Bulletin des Amis de Vannes, 1995, n° 20.

    "Sur la route d'Auray et assez près de Vennes, il existe une autre chapelle nommée la Magdeleine et accompagnée aussi d'une chambrette et de son jardinet. C'étoit un autre ermitage. Un juif, devenu chrétien, y a terminé sa vie, et le dernier hermite qu'on y ait vu avoit quitté l'état militaire pour s'y retirer et mourut peu de temps avant la révolution...".

  • 19985600348XA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C704/24.

    20075601249NUCA : Archives départementales du Morbihan

    19975601157X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20085605910NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3 P 297/43.

    20045605234NUCA : Archives municipales de Vannes, 9 Fi.

    20075601178NUCA : Archives départementales du Morbihan, S 245.

    20065606470NUCA : Archives départementales du Morbihan, S 245.

    20075601170NUCA : Archives départementales du Morbihan, S 246.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan S 245. Alignements Vannes. 1820-1880. 18 octobre 1878. Plan de la demande de Penhoet pour construire à l´angle de la RN 165 et de l´ancienne route de Baud. Plan.

  • A. D. Morbihan. S 246. Alignements Vannes. RN 165. 1881-1900. 9 mai 1881. Plan pour la construction d´un bureau d´octroi et d´un pont à bascule à la Madeleine, signé de l´architecte voyer (Lamarzelle ?). Le 9 mai, le conseil décide le changement de lieu de l´octroi de la route d´Auray et de l´installer à la Madeleine, à la suite de l´ancienne chapelle située à la bifurcation des deux routes partant vers le Champ de foire. L´arbre qui se trouve sur le chemin du pont à bascule devra être abattu.

Documents figurés
  • A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la commune et plan par sections. Delavau (ingénieur) ; Dreuslin (géomètre). Plan aquarellé, 99,5 x 67,41 cm.

    Archives municipales de Vannes : 21 FI
Bibliographie
  • La Bretagne, d'après l'itinéraire de Monsieur Dubuisson-Aubenay. Suivi de Profil de la Bretagne, par Jean-Baptiste Babin (1663). Coordonné par Alain Croix. Presses universitaires de Rennes ; Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, Rennes, 2006.

  • TAYLOR J., NODIER Charles, DE CAILLEUX Alph. Voyages pittoresques dans l'ancienne France. Paris : Firmin Didot frères imprimeurs. 1845. 259 p. ; in folio.

    p. 200
  • LE MENE, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Genève-Spézet, Slatkine-Coop Breizh, 1994, réédition de Vannes : imprimerie Galles, 1891-1894. Vol. 1 : 552p ; vol. 2 : 538p. In 8°.

    p. 435
  • THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e édition, 1975.

    p. 81
  • LAINE Claire, TOSCER Catherine. Vannes quartiers ouest. Edition ville de Vannes ; Animation du patrimoine. 2008.

    p. 12
  • BARTHOMEUF, Anne. Un quartier de Vannes : le quartier Bondon-Madeleine. 2000. 27 p. Ill.

    p. 4
Périodiques
  • MAHE, chanoine. Essai sur les Antiquités du département du Morbihan. Vannes : Galles Aîné, 1824. In : Bulletin des Amis de Vannes, 1995, n° 20, p. 5-38.

    p. 29