Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Saint-Théa, Lothéa (Quimperlé)

Dossier IA29000554 réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Vocables saint Théa
Parties constituantes non étudiées enclos, croix monumentale
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Quimperlé - Quimperlé
Adresse Commune : Quimperlé
Lieu-dit : Lothéa
Cadastre : 1981 BT 120

D´après Bernard Tanguy, un monastère, mentionné dès 1050, serait à l´origine d´une paroisse dont on trouve la mention « monasteriolum sancti Taiaci », puis « locus Thadei » ou encore « Saint Te » (appellation locale). La paroisse de Lothéa, sans véritable noyau urbain, rattachée à Quimperlé en 1791, occupait une surface d´environ 1800 hectares dont une partie importante correspondait à l´ancienne forêt royale de Carnoët. La nef séparée du bas-côté sud par des piles circulaires portant des arcs brisés, la chapelle seigneuriale au sud, les fonts baptismaux et peut-être le petit porche sud, remontaient au 16e siècle. Le massif occidental et le clocher semblaient dater du 17e siècle. On signale la sépulture d´un prêtre, Cariou, recteur de Lothéa, mort en 1691. Le village et la chapelle figurent, d´une manière schématisée, sur un document de 1731. L´édifice, progressivement abandonné, est en ruine en 1960. La reconstruction totale, d'après les plans de l'architecte Le Tenneur et achevée en 1995, a été menée à terme avec l´aide d´une association locale. La croix, remaniée, porte les dates de 1912 et 1938.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Dates 1691, daté par travaux historiques
1912, daté par source
1938, daté par source
1995, daté par source
Auteur(s) Auteur : Le Tenneur, architecte, attribution par travaux historiques

La flèche carrée servant de chambre de cloche est couverte d'un toit en pavillon. Nef et porche sud couverts de toits à longs pans.

Murs granite
schiste
moellon
Toit ardoise
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
flèche carrée
toit en pavillon
États conservations reconstruit à l'identique

L'édifice a été reconstruit en grande partie à l'identique, mais on constate quelques différences entre le dessin de Louis Le Guennec (vers 1930) et l´état actuel, notamment en ce qui concerne le porche sud et la couverture de la flèche. Contrairement au clocher, plus tardif et probablement remanié à plusieurs reprises, le choeur à chevet plat et l´ancienne chapelle seigneuriale aménagée au sud, dispositifs comparables à ceux de la chapelle de la Madeleine à Mellac, confèrent à l´édifice une silhouette typiquement cornouaillaise.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • 20032901441NUCA : Archives nationales, A.N. N IV 1.

    20032901442NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

    20032901443NUC : Archives départementales du Finistère, Fonds Le Guennec, 34 J 145, cahier 10.

    20002900419X : Archives départementales du Finistère, 1 Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.N. Finistère, N IV. Plan géométrique de la forêt royale de Carnoët, par Jean-Baptiste Robert, géomètre, 1731.

  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824, section C2 dite de Québlen.

  • A.D. Finistère, 34 J 145. Fonds Le Guennec.

  • A.D. Finistère, 1 Fi. Cartes postales.

Bibliographie
  • COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

    p. 360 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Douarnenez : Ar-Men - Le Chasse-Marée, 1990.

    p. 186