Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Notre-Dame-de-Kermassac'h (Lanmodez)

Dossier IA22013857 réalisé en 2008

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • mur de clôture
    • logement
    • croix monumentale
    • fontaine
    • lavoir

Œuvres contenues

Voir

Vocables Notre-Dame
Appellations dite chapelle Notre-Dame de Kermassac'h
Parties constituantes non étudiées mur de clôture, logement, croix monumentale, fontaine, lavoir
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
Adresse Commune : Lanmodez
Lieu-dit : Kermassac'h
Cadastre : 1827 A1 492 ; 1984 A1 485

La chapelle Notre-Dame-de-Kermassac'h fut fondée dès 1463. En 1750, Louis-Marie Cillart, comte de la Villeneuve en Lanmodez, achète l'édifice en ruine et les terres qui en dépendent. Il reconstruit la chapelle en 1753 (date portée). En 1807, le nouveau propriétaire, Le Tallec, fait fouillé le tombeau du seigneur de Derval, placé sous l'autel. Il n'y trouve qu'une lance en ébène. Longtemps conservée au château de la Villeneuve, elle a disparu au début du 20ème siècle. Un testament de Clothilde Le Pommelec, daté de 1860, fait donation de la chapelle et de ses dépendances à la fabrique de l'église paroissiale. Le vitrail de la chapelle, réalisé en 1990 par le maître verrier Budet, est le seul élément qui commémore la bataille du 2 février 1591, qui opposa les ligueurs protestants de paimpol et les catholiques de Tonquédec et de Coatfrec, dans l'espace marécageux où se situe la chapelle. Le seigneur de Derval et 60 catholiques furent inhumés, selon la tradition orale dans la plaine nommée depuis Kermassac'h (le lieu du massacre, en breton). Le toit de la chapelle a été emportée par une tempête en le 26 décembre 1999. En 2003, la chapelle a été restaurée par l'association de sauvegarde du patrimoine communal (toiture, charpente et murs intérieurs). La statue de saint Maudez provenant de l'Île Maudez a été placée dans l'édifice.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1753, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Cillart Louis-Marie, dit(e) Comte de la Villeneuve,
Louis-Marie Cillart , dit(e) Comte de la Villeneuve
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source

Construite au centre d'un placître comprenant une fontaine et un lavoir attenant, la chapelle Notre-Dame de Kermassac'h est une chapelle de plan rectangulaire à vaisseau unique et à chevet plat construite en moellons de granite et schiste. Elle est couverte d'un toit à longs pans et pignons découverts à rampants à crossettes. Les murs nord et sud, épaulés de contreforts à ressaut et ouverts d'une porte au centre, sont ajourés de trois fenêtres en plein-cintre. Le chevet est également ajouré d'une fenêtre en plein-cintre. Le mur-pignon ouest, construit en pierre de taille, est ouvert d'un portail architecturé sommé d'une niche à coquille (vide). Il est couronné d'un clocher à une baie. Le couvrement de l'espace intérieur est formé par une charpente lambrisée en berceau plein-cintre. La toiture de la chapelle a été entièrement restaurée. Dans la chapelle, on peut remarquer plusieurs statues polychromes, une huile sur toile, datée de 1920, réalisée par Guillaume Hellequin (ancien Cap-hornier et pêcheur à Islande), représentant un trois mâts carrés et l'ancienne cloche de la chapelle (cassée), datée de 1899. Une croix monumentale, en mauvais état (fracturée à la base) est située quasiment au droit de l'entrée sud. Elle présente un soubassement en pierre de taille à corniche débordante et un socle à griffes portant un fût monolithe sommé d'une croix en ferronnerie. Dans l'angle sud-ouest du placître se trouve un logement de plan rectangulaire massé, à pièce unique au rez-de-chaussée et à accès antérieur latéral.

Murs granite
schiste
moellon sans chaîne en pierre de taille
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 vaisseau, rez-de-chaussée
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
États conservations bon état, restauré
Techniques maçonnerie
sculpture
Représentations écu

La chapelle mérite d'être signalée pour son bon état de conservation et son ancienneté. Elle accueille régilièrement des expositons artistiques et des concerts.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • La bataille de Kermassac'h

    Le 2 février 1592, la commune de Lanmodez fut attaquée par terre et par mer par les Anglais alliés aux protestants, débarqués auparavant à l'île Maudez. Le jeune seigneur Derval vint au secours des gardiens de la côte avec une compagnie de cavalerie et des détachements des garnisons de Tonquédec et de Coatfrec, où commandait La Fontenelle. Les paysans furent contraints de reculer face aux soldats anglais mieux armés jusqu'à Pellazou en Pleubian. Le seigneur de Derval fut tué au combat au lieu dit 'Kermassac'h' où il fut enseveli sur la terre bénie par le révérend père Le Bescond, prêtre.. Le capitaine anglais Symoneau', lieutenant de La Tremblaye et les Anglais tués, furent inhumées en terre non bénite, près du bourg de Lanmodez, portant le nom de 'Berret Symoneau'. Une école, aujourd'hui désaffectée, fut construite sur ce site. Il subsiste une croix de forme celtique, en schiste, élevée sur le talus, au bord de la route départementale n° 33. En 1598, fut construite la première chapelle de Kermassac'h, consacrée à la Vierge Marie. Une fondation fut établie par MM Boisdauphin et de Saint-Laurent, en vertu de laquelle, un moine de l'île Verte, s'obligeait à venir dire une messe chaque semaine dans la chapelle de Kermassac'h, pour le repos de l'âmede Deval et de ses compagnons d'infortune.

  • 20092205268A0 : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/34, Numplan 2.

    20082213593NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/22. Plan par masse de culture de 1827.

Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1939.

    p. 200