Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Centre d'aviation maritime (C. A. M. Penzé)

Dossier IA29001099 inclus dans Vestibule et rade de Brest : ensemble fortifié (19e siècle) réalisé en 2002

Fiche

"A partir de l´automne 1916, les sous-marins allemands se firent particulièrement nombreux sur les côtes de l´Atlantique et de la Manche. Ils coulaient tout ce qui se présentaient, depuis le cargo jusqu´au voilier de pêche. Cela inquiéta particulièrement les autorités navales alliées, car des routes maritimes dépendaient le ravitaillement de la France et de la Grande-Bretagne. La perte du contrôle de l´approvisionnement signifiait à cours terme l´asphyxie des alliés et à moyen terme leur défaite.

L´aéronautique maritime, alors armée d´hydravions, de ballons dirigeables et de ballons remorqués, fut alors chargée, en collaboration avec les navires de patrouilles, de sauvegarder la navigation. Des Centres d´Aviation Maritime (C. A. M.) furent créés sur le littoral, avec pour mission la surveillance et l´escorte des navires passant dans leurs secteurs. Tout bâtiment suspect (sous-marin) devait être attaqué. Pour cela les hydravions disposaient de bombes.

Le premier Centre d´Aviation Maritime créé en Bretagne nord fut celui de Tréguier, le 1er août 1917 (il y en avait déjà un à Camaret et un autre à Lorient). Malheureusement, celui-ci était trop éloigné du secteur de l´île de Batz, où de nombreuses attaques de la part des sous-marins furent enregistrées tout au long de l´année 1917. Le commandant du Centre d´Aviation Maritime de Tréguier, l´enseigne de vaisseau Guierre, créa donc sur la Penzé un poste de combat, chargé de surveiller plus particulièrement cette zone. Quelques hydravions y furent placés à partir d´avril 1918. Le personnel s´y relayait, car pilotes, observateurs et mécaniciens dépendaient toujours du Centre d´Aviation Maritime de Tréguier.

Le 1er août 1918, la Penzé devenait à son tour officiellement un Centre d´Aviation Maritime, et l´ensemble des hommes et du matériel y fut acheminé depuis Tréguier. Le site de Tréguier était en effet cédé à l´aviation navale américaine, mais jusqu´en novembre 1918, six hydravions français du Centre d´Aviation Maritime Penzé y furent maintenus. Des équipages du Centre d´Aviation Maritime Penzé, se rendait donc à Tréguier, par un renversement de situation.

Le Centre d´Aviation Maritime Penzé fut démonté progressivement au cours du printemps 1919. Sa dissolution définitive est datée du 24 juillet 1919, mais depuis un mois déjà il n´y avait plus rien sur place. Les seules traces encore visibles aujourd´hui, outre des photographies et quelques souvenirs, sont le fameux château d´eau toujours présent en bordure de la route Saint-Pol-de-Léon - Morlaix, et le slip-way construit pour la mise à l´eau des hydravions. En réalité, ce slip-way ne servit pas véritablement, car achevé trop tard. Jusqu´à a fin de la guerre c´est la cale du bac (également visible) qui servit à cet effet.

Organisation

Le poste de combat de la Penzé, sur la commune fut créé le 1er février 1918, à partir de celui de Tréguier, relevant du Centre d´Aviation maritime de Tréguier. Le poste de Tréguier fut transféré aux Américains le 9 septembre 1918. Le poste de la Penzé était constitué, le 3 mars et opérationnel, le 7 mars.

Personnel

En septembre 1918, il disposait de 8 officiers, de 119 officiers mariniers et matelots, plus une quantité indéterminée d´auxiliaires, dont des Algériens. Les formations américaines disposaient du double ou du triple de personnels, dont une proportion supérieure d´officiers. Des entreprises civiles sont intervenues après des marchés passés par le Génie et les Travaux maritimes pour la construction du château d´eau et du slip-way.

Infrastructure

Les hangars des appareils étaient, comme pour toute l´aviation française d´alors, des Bessonneau, fabriqués à Angers : 28 par 26 mètres au sol, haut de 7,80 mètres. Les hangars sont construits avec les mêmes matériaux que les appareils : charpente de bois et entoilage tendu, le tout arrimés au sol.

Les pilotes et personnels étaient logés dans des baraques en bois couvertes d´amiante-ciment.

Le château d´eau est un modèle type du Génie d´environ 40 mètres cubes.

Le carburant est stocké dans des bidons abrités dans des caisses d´hydravion.

L´électricité est fournie par plusieurs groupes électrogènes. Les officiers étaient logés en chambre par deux mais le commandant possédait une chambre personnelle. Les officiers mariniers logeaient par quatre, les matelots par six. Chaque homme disposait d´une armoire individuelle. A chaque extrémité des baraques se trouvaient les installations sanitaires et une salle de lecture. Dans des lits ou de simples hamacs, les hommes devaient cohabiter dans des casernements humides" (sources : documents accompagnant l'exposition de Saint-Pol-de-Léon sur le Centre d'aviation maritime de Penzé).

Parties constituantes non étudiées cale, château d'eau, atelier, garage, pigeonnier, latrine
Dénominations terrain d'aviation
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Saint-Pol-de-Léon
Lieu-dit : Penzé, Saint-Yves
Adresse :
Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1917, daté par travaux historiques
1918, daté par travaux historiques
1919, daté par travaux historiques

Étages rez-de-chaussée
États conservations désaffecté, vestiges

Introduction à l´exposition sur le centre d'aviation maritime de la Penzé. Maison prébendale. exploitation agricole. Photographies : collection Daniel Dahiot. Auteur du reportage photographique : le Q. M. Henri Poussier durant l´été et l´hiver 1918. Identification et analyses : ARDHAN, association de chercheurs, d´historiens, d´érudits, passionnés par l´Histoire de l´aéronautique navale, présidée par l´amiral Doniol depuis 1991. (texte de l'historique en italique) Thierry Le Roy (Guidel) Lucien Morareau (Saint-Paul-de-Vence) Robert Feuilloy (Versailles).

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • LE ROY, Thierry. La Guerre sous-marine en Bretagne 1914-1918 - Victoire de l’Aéronavale. Bannalec, 1990, 254 p.

Périodiques
  • LE ROY, Thierry. "Le CAM Penzé 1917-1918 - où la vie d'un centre d'avaiation maritime ordinaire". Avions, n° 41, 42 et 43, août, septembre, octobre 1996.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume