Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Centrale hydroélectrique des Ponts Neufs (Morieux fusionnée en Lamballe-Armor en 2019)

Dossier IA22002352 réalisé en 2003

Fiche

Appellations centrale hydroélectrique des Ponts Neufs
Parties constituantes non étudiées salle des machines, bassin de retenue, bief de dérivation, barrage
Dénominations centrale hydroélectrique
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Lamballe
Hydrographies Gouessant (le)
Adresse Commune : Lamballe-Armor
Lieu-dit : Morieux, Ponts Neufs (les)
Cadastre : 1982 B2 616 ; Hillion 2002 B4 694
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Hillion
commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Morieux

La centrale électrique des Ponts Neufs est édifiée en 1894 par la Société Anonyme d'énergie électrique dont le siège social se situe à Saint-Brieuc (22). Quatre ans plus tard, la salle des machines est agrandie de façon à recevoir une turbine hydraulique développant 75 ch. En 1904, un magasin et un logement sont édifiés sur le site. Le barrage de l'étang des Ponts Neufs est réglementé par arrêté préfectoral du 15 juin 1911, lequel précise les conditions d'utilisation de la force motrice empruntée, par la Société d'énergie électrique de Saint-Brieuc, à l'étang des Ponts Neufs pour la mise en activité de l'usine. Le débouché libre du déversoir est fixé à 18, 50 m et celui du vannage de décharge à 4, 50 m. Avec une surface de 15 ha environ, l'étang des Ponts Neufs est alimenté par les rivières du Gouessant, de l'Evron et par le ruisseau de Gouranton. Cet étang constitue une réserve d'eau destinée à la production, par la force hydraulique, de l'énergie électrique nécessaire pour assurer l'éclairage de la ville de Saint-Brieuc. Une simple digue en terre, longue de 90 m et haute de 38, 14 m, sépare l'étang de la centrale. En 1914, la Société Anonyme d'énergie électrique vend l'établissement à la Compagnie centrale d'éclairage par le gaz Eugène Lebon et Cie dont le siège social est à Paris (75). Le matériel hydraulique est alors remplacé par des appareils modernes. En 1920, la centrale hydroélectrique est reconstruite et fait l'objet d'une restructuration importante avec des travaux destinés à améliorer l'utilisation de la chute d'eau et par là même à augmenter sa puissance. Elle connaît deux campagnes de rénovation en 1950 et en 1978. La conduite forcée possède un répartiteur à trois branches ; elle mesure 25 m de longueur et présente une section de 2, 50 m2. Devenue la propriété d'EDF, la centrale hydroélectrique est toujours en activité. En 1894, la centrale hydroélectrique se compose de deux turbines de 125 ch chacune, de deux dynamos avec excitateurs, d'une chaudière et d'une machine à vapeur. En 1925, elle comprend trois groupes turbo-alternateurs, dont un a disparu. Actuellement, la centrale fonctionne avec deux turbines Francis H issues du constructeur Singrun. L'une tourne à 426 t/mn et est couplée à un alternateur Hillairet d'une puissance de 320 kVA ; la seconde, double, tourne à 570 t/mn et est couplée à un alternateur Schneider d'une puissance de 160 kVA.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1894, daté par travaux historiques
1898, daté par travaux historiques
1904, daté par travaux historiques
1920, daté par travaux historiques
1950, daté par travaux historiques
1978, daté par travaux historiques

Reconstruite et remaniée à plusieurs reprises depuis sa toute première implantation, l'actuelle centrale hydroélectrique date de 1920 ; la salle des machines consiste en un bâtiment édifié en briques à ossature métallique, en partie rivetée, couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Elle est flanquée de la "salle de relayage", corps de bâtiment de construction plus récente, en béton armé recouvert d'enduit et surmonté de sheds. L'ensemble est accolé aux vestiges de l'ancienne centrale édifiée en moellons de granite et de schiste à la fin du 19e siècle.

Murs granite
schiste
brique
béton
enduit
moellon
béton armé
Toit tuile mécanique
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
shed
Énergies énergie électrique
produite sur place
turbine hydraulique
Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables machine énergétique

Annexes

  • 20032207625NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 1 E 497.

    20032207623NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 84 S 50.

    20032207610NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 84 S 50.

    20032207621NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 84 S 50.

    20032207624NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 21 S 1 (5).

    20032207629NUCB : Mairie de Morieux, Non coté.

    20032207591NUCB : Mairie de Morieux, Non coté.

    20032207628NUCB : Mairie de Morieux, Non coté.

    20032207592NUCB : Mairie de Morieux, Non coté.

    20032207590NUCB : Mairie de Hillion, Non coté.

    20032207622NUCB : Collection particulière

    20032207620NUCB : Collection particulière

    20032207589NUCB : Collection particulière

    20032207599NUCB : Collection particulière

    20032207630NUCB : Collection particulière

    20042203083NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, Série Fi.

    20042203084NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, Série Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 5 M 40. Administration générale et économie (an VIII-1940). Santé publique et hygiène. Etablissements dangereux, insalubres et incommodes, de Le Gouray à Paimpol, 1808-1926.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 159 (6). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Morieux, matrice des propriétés bâties, 1882-1911.

  • AD Côtes d'Armor. Série P ; sous-série 3 P : 3 P 159 (7). Fonds du cadastre ancien. Documentation cadastrale par ordre alphabétique de communes. Morieux, matrice des propriétés bâties, 1911-1931.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 21 S : 21 S 1 (5). Service hydraulique. Versant de la Manche. Bassin du Gouessant. Le Gouessant, 1806-1934.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 84 S : 84 S 50. Service hydraulique. Versant de la Manche. Bassin du Gouessant. Le Gouessant, 1858-1930.

Bibliographie
  • AD Côtes d'Armor. Série 5 Bi 511. Electrification de la Bretagne. Les Usines et les Réseaux de la Société Lebon & Cie. L'illustration économique et financière. Numéro spécial Les Côtes-du-Nord, 1926, n°8, p. 47-48.

  • DUAULT, Guy. L'électricité de Quintin. Le Quintinais, 1990, p. 24.