Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Centrale électrique, 124 rue du Légué (Saint-Brieuc)

Dossier IA22005334 réalisé en 2006

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bureau
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau
Dénominations centrale électrique
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Saint-Brieuc
Adresse Commune : Saint-Brieuc
Adresse : 124 rue du Légué
Précisions

Cette centrale électrique a été construite à proximité de l'usine à gaz. La société Lebon avait obtenu en 1866 l'autorisation de construire une usine à gaz au lieu-dit "le port favigo" sur le port du Légué. En 1913, pour répondre aux besoins de la ville de Saint-Brieuc, la Société Lebon et Cie construit une station centrale thermique à proximité du port du Légué. L'attribution du site n'est pas démontrée. A la première usine établie à la fin du 19e siècle, a succédé une usine plus moderne, maintenant abandonnée.

Période(s) Principale : 20e siècle

Le bâtiment de production le plus ancien est en rez-de-chaussée. Sa façade antérieure est en brique avec une ossature en fer, sa base est construite en moellon de grès. Elle est percée de larges fenêtres et couverte par un toit à longs pans surmonté d'un lanterneau en tôle ondulée. Ce bâtiment a été raccourci comme le montre son pignon constitué de parpaing de béton enduit et d'un essentage de tôle ondulée. On peut restituer l'ampleur de ce bâtiment car le mur de la façade antérieure conservé pour clore le site. Presque accolé à sa façade postérieure, un bâtiment enduit en ciment avec une toiture à longs pans faisait partie de l'ensemble primitif car il subsiste sur la partie supérieure de son pignon le mur en brique à ossature de fer qui a été enduit sur le reste du bâtiment. Face à ces bâtiments, le long de la route, se trouve une maison en pierre composée d'un étage carré et d'un étage de comble à surcroît. Sa toiture à longs pans couverte en tuile mécanique porte les stigmates d'un incendie. Sa façade antérieure, donnant sur la rue, est organisée de manière symétrique. Ses ouvertures ont des montants en granite taillé et ses appui et linteau sont en béton armé. Une travée de fenêtres étroites comme des meurtières amène à se demander si ce bâtiment n'a pas joué un rôle de transformateur. On peut y voir aussi les bureaux de l'usine. Derrière ce bâtiment, on trouve une partie plus récente, avec deux bâtiments accolés. Le premier, qui a deux étages carrés et un toit en terrasse, est construit en béton armé et enduit en blanc. Il présente de grandes baies vitrées à chacun de ses étages. Juste derrière se trouve un bâtiment plus bas couvert par un toit à longs pans surmonté d'un lanterneau.

Murs brique
fer
grès
béton
enduit
moellon
parpaing de béton
Toit tôle ondulée, tuile mécanique
Étages 1 étage carré
Couvertures terrasse
toit à longs pans
lanterneau
Énergies énergie électrique
produite sur place
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 936. Administration générale et économie (an VIII-1940). Commerce et industrie : statistique industrielle : instructions et correspondance ; liste des fabricants et manufacturiers ; tableau des industries ; états trimestriels ou annuels de la situation industrielle du département, etc., 1806-1913.

    p. 5
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 5 M 42. Administration générale et économie (an VIII-1940). Santé publique et hygiène. Etablissements dangereux, insalubres et incommodes, de Saint-Aaron à Tréguier, 1835-1936.

Bibliographie
  • AD Côtes d'Armor. Série 5 Bi 511. L'illustration économique et financière. Numéro spécial Les Côtes-du-Nord. Septembre 1926, n°8.

    p. 23 et 47.