Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Caserne, Île-aux-Moines (Perros-Guirec)

Dossier IA22007175 inclus dans Ensemble fortifié des Sept-Îles, dit ensemble fortifié de l'Ile aux Moines (Perros-Guirec) réalisé en 2007

Fiche

Parties constituantes non étudiées puits, enceinte, chapelle, latrine, cour jardin
Dénominations caserne
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Perros-Guirec
Lieu-dit : Île-aux-Moines
Cadastre : D 2282

La caserne a été construite et aménagée entre 1741 et 1744 selon les plans des ingénieurs Garangeau et Parrocel. Une partie du bâti de la caserne a été refait ainsi que la charpente (les fermes) après la guerre 1939-45, par les services techniques de la DEE et l'aide financière de la mairie de Perros-Guirec. Les bâtiments et les murets ont été ensuite restaurés par le Conservatoire du Littoral entre 2003 et 2006. La cour devant la caserne devrait recevoir en continu un revêtement de galets ou de petits pavés posés sur la tranche, pour faciliter l'écoulement des eaux pluviales. L'association Sept-Îles 2000 participe à certains travaux d'aménagement sur le site, dont la réfection et la remise en place des deux affûts de canon.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1741, daté par source
1742, daté par source
1744, daté par source
Auteur(s) Auteur : Jean-Siméon Garangeau, ingénieur, attribution par source
Auteur : Joseph-Marie Parrocel, ingénieur, attribution par source

L'édifice de plan rectangulaire est composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage carré, avec combles à surcroît. Il est couvert d'un toit à longs pans en ciment ondulé et pignons découverts. Il représente un prototype d'architecture militaire littorale. L'escalier de distribution (en dalles de granite), situé au droit de l'entrée, est placé entre deux murs de refend montant de fond en comble et portant souche de cheminée. Il conduit à 4 chambres. Le plancher a disparu sous les combles. Les meurtrières à arbalète sont percées dans le mur du côté nord. La caserne disposait d'un cachot, d'une chapelle, d'un appartement pour le commandant de la garnison et d'un logement pour les canonniers. Les pièces du rez-de-chaussée sont couverts d'une voûte en berceau plein-cintre. La forme trapézoïdale des murs de pignon permette de soutenir cette immense voûte. Une ouverture a été percée (porte) dans le pignon ouest, actuellement murée sur le pignon est. On peut encore remarquer que la pente du toit a été modifié sur le pignon est. Le gros oeuvre est édifié en moellons de granite avec des pierres taillées (granite rose) pour les chaînes d'angle, le bandeau de surcroît et les encadrements des ouvertures. Un édifice annexe s'appuie sur le pignon est, qui servait autrefois de chapelle. Ce bâtiment, construit en moellons de granite, est couvert en ciment ondulé et dispose d'une porte avec un linteau en plein cintre. Les murs d'enceinte et les murs de soutènement de l'édifice du côté mer (au nord) sont construits en moellons de granite, avec des pierres de taille en partie (chaîne d'angle). Une courette composée de galets (d'origine) dessert la façade sud du bâtiment. Les vestiges d'un autre bâtiment situé en parallèle de la caserne sont encore apparents : une partie des murs et un four à pain (fournil). Sur le versant sud face à la caserne, les anciens jardins en terrasse et le jardin potager côté ouest. Du côté est : les latrines et du côté ouest : l'ancien puits désaffecté en bon état. Le chemin de ronde nord, desservant la caserne, est relié à la grande batterie de Cosmoguer à la caserne et à la redoute. Il est défilé par un parapet en redan (granite, pierre de taille et moellon). Un mur d'enceinte et de soutènement, donnant sur la partie maritime, protège l'édifice principal. Un second édifice en face de la caserne (à l'usage de 2ème caserne) a été profondément remanié avec le rajout d'une terrasse, pour l'usage de la DDE.

Murs granite
pierre de taille
moyen appareil
moellon
Toit ciment en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers
États conservations bon état, restauré
Techniques maçonnerie

Vestiges de guerre, l'ancienne caserne de l'Île aux Moines a été restaurée par le Conservatoire du Littoral.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables caserne, mur de soutènement, enceinte, puits, latrine
Protections inscrit MH, 1975/09/30
Précisions sur la protection

Fort de l'Île aux Moines, y compris le mur d'enceinte (cad. D 2282) : inscription par arrêté du 30 septembre 1975.

Annexes

  • Descriptif des travaux réalisés en 1740 :

    Soit un ensemble de bâtiments sur la côte nord de l'île, constitué de la cabane du gardien, d'un magasin général et du logement de canonniers.

    Le bâtiment principal comprenait au rez-de-chaussée, deux magasins, une première chambre de 4 lits, l'escalier d'accès à l'étage, un seconde chambre de 3 lits (caserne d'où on pourra entendre la messe) et la chapelle au fond de cette chambre. Un petit bâtiment accolé constituait le logement de l'ingénieur (pour la durée de la construction) tandis qu'une construction temporaire servait de baraque des ouvriers. Ces deux dernières constructions n'avaient qu'un étage.

    Au premier étage du bâtiment principal, trois salles destinées au repos des soldats, de cinq, quatre et cinq lits. ce bâtiment était chauffé par deux cheminées.

    - un puits se trouvait immédiatement à l'extérieur, tirant partie d'une source présente sur l'île.

    La première garnison, arrive pourtant à son poste au cours de ce mois de décembre 1740.

    Ce bâtiment pouvait donc abriter 21 soldats. C'est cet ensemble de bâtiments que l'on peut encore voir de nos jours sur place.

  • Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Caserne (Sept-Iles (les), Ile aux Moines) : .

  • 20062208764NUCB : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 1071.