Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Carrière de kaolin de la Société Kaolinière Armoricaine (SOKA), Meudon (Quessoy)

Dossier IA22002327 réalisé en 2003

Fiche

  • Vue générale aérienne.
    Vue générale aérienne.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • excavation
    • atelier de fabrication
    • entrepôt industriel
    • magasin industriel
    • bureau
    • laboratoire
Précision dénomination carrière de kaolin
Appellations carrière de la Société Kaolinière Armoricaine (SOKA)
Parties constituantes non étudiées excavation, atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, bureau, laboratoire
Dénominations carrière
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Moncontour
Adresse Commune : Quessoy
Lieu-dit : Meudon
Cadastre : 1985 C2 468, 487 à 499, 516 à 541, 889 à 891

Une première carrière de kaolin, appartenant à François Le Dù, est déclarée le 5 décembre 1898 près de Meudon. Il s'agit alors d'une exploitation de terre réfractaire et de kaolin qui consiste en une excavation à ciel ouvert de 5 m sur 5 m sur une profondeur de 7 m. En 1908, l'excavation, à peu près circulaire, atteint 8 m de diamètre. L'actuel gisement de Quessoy, situé à proximité, a été découvert en 1951 ; la majorité des bâtiments d'exploitation, dont l'usine de lavage, est édifiée à cette époque. Aujourd'hui, la carrière s'étend sur 20 ha et présente une profondeur de 40 m ; après exploitation, l'aire d'extraction est reconstituée avec les terres végétales et reboisée. Le kaolin brut est extrait à l'aide de pelles hydrauliques avant d'être transporté par des convoyeurs à l'usine de lavage où il est débarassé du sable et du mica. A l'usine, le kaolin fait l'objet d'un process spécifique qui s'organise en cinq étapes principales : délayage et classification, décantation, filtre-presse et séchage, enfin broyage et ensachage. La production distingue deux grands types de kaolin : le kaolin céramique et le kaolin de charge. Le premier, livré brut ou en morceaux, trouve des débouchés dans les industries de la céramique (sanitaire, réfractaire et carrelage). Le second, livré en poudre et désigné sous les marques Sialite, Sokalite P ou Blankalite, est principalement utilisé comme charge inerte ou comme support de produit chimique dans des secteurs très variés comme les industries de la peinture, des adhésifs, colles et mastics, l'industrie phytosanitaire, l'industrie de l'alimentation animale, enfin l'industrie des caoutchoucs et plastiques ; les deux types peuvent être indifféremment utilisés par l'industrie du ciment. La production annuelle totale est de 100 000 t dont 60 % sont exportés. L'implantation du site à proximité d'un port est un atout pour les marchés internationaux. A 15 km du port de Saint-Brieuc-Le Légué, l'entreprise dispose de stockages couverts sur les quais dont deux nouveaux de près de 80 m de longueur. Outre ses installations portuaires, elle dispose de structures de chargement situées dans une gare à 6 km de l'usine, facilitant l'expédition par chemin de fer. La SOKA, toujours en activité, est également équipée pour des livraisons par voie routière. Actuellement, la SOKA emploie quarante sept salariés.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1898, daté par travaux historiques
1951, daté par travaux historiques

Couvrant une superficie supérieure à 120 hectares dont seulement une trentaine est valorisée à ce jour, ce gisement de kaolin provient de la transformation d'une partie du massif granitique. Le site se compose, d'une part de l'excavation et, d'autre part de l'unité de transformation. Le kaolin extrait est acheminé à l'aide d'un convoyeur à bandes à l'usine de lavage, située à proximité des quatre bassins de décantation, de l'atelier abritant les filtres et presses et de l'atelier de broyage et d'ensachage. Ces bâtiments sont construits en béton armé, recouverts d'un essentage de tôle et sont surmontés de toits à lons pans à pente douce. L'entrepôt de stockage, en essentage de tôle, est de construction récente, ainsi que les bureaux et le laboratoire édifiés dans le même bâtiment surmonté d'une terrasse.

Murs béton
métal
essentage de tôle
béton armé
Toit métal en couverture, tôle ondulée
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
toit à longs pans
appentis
Énergies énergie électrique
achetée
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20032207785NUCB : Mairie de Quessoy, Non coté.

    20042203071NUCAB : Collection particulière

    20042203072NUCAB : Collection particulière

    20042203073NUCAB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (257). Mines. Contrôle de l'industrie minérale et métallurgique. Gisements (dossiers classés par commune), an XI-1936.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel, travaux d'exploitation, contentieux, 1898-1939.