Logo ={0} - Retour à l'accueil

Canot de sauvetage "Patron François Morin" (Ouessant)

Dossier IM29005587 réalisé en 2015

Fiche

Le "Patron François Morin" est représentatif du type de canot de sauvetage dit "tous temps" à propulsion exclusivement mécanique. Il se caractérise par des équipements doubles et indépendants en particulier les moteurs et lignes de propulsion. A partir de 1946, les canots bimoteurs remplacent progressivement les canots à aviron et ceux à moteur et à voiles détruits durant la guerre. Le premier est affecté à la station de Goury (Manche) et le dernier en 1962 à Palavas (Hérault).

Bien que "Patron François Morin" soit entièrement ponté (la mécanique est incompatible dans le mauvais temps avec le concept de bateau creux, même auto videur), il présente de nombreux traits propres aux canots de sauvetage mixtes voiles et avirons :

-la coque est de forme classique, à l'arrière de chaloupe, bien qu' aménagée de deux tunnels de propulsion nécessaire à l'écoulement du flux généré par les deux hélices.

-la construction bois en bordé croisé de type coque autoporteuse reprend celle de ses prédécesseurs du début du 20e siècle.

Ce type de canot nécessite un abri pour éviter les altérations des matériaux dues à l'humidité. Il ne peut donc rester au mouillage de façon permanente.

Dans la seconde moitié du 20e, ces canots sont remplacés par des vedettes à tableau, construites en polyester sur des concepts nouveaux de surface de sustentation et de stabilité, en rupture avec les logiques précédentes. Ces nouveaux bateaux, contrairement aux précédents, ne nécessitent pas d'abri.

(source : Jean-Louis Dauga, expert pour la conservation du patrimoine maritime et fluvial)

Dénominationsbateau de service
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Saint-Renan
AdresseCommune : Ouessant
Commune : Brest

Le PATRON FRANCOIS MORIN est l'un des derniers canots à moteur tout temps de la génération d'après guerre construite entre 1946 et 1962. Lancé au chantier Lemaistre à Fécamp (76) en 1960.

La Société Centrale de Sauvetage des Naufragés l'affecte à la station de Lampaul à Ouessant en juillet 1960. Il y reste en service 36 ans avec à son actif plus de 200 sorties en mer, parmi lesquelles celles menées en 1978 lors du naufrage du pétrolier AMOCO CADIZ.

Réformé en 1996, il est acquis par le Conseil départemental du Finistère qui le cède à titre gratuit à la commune de Ouessant en 2009. Son entretien est confié à l'association de marins retraités "Patron François Morin".

restauré en 2015 par le chantier du Guip à Brest, "Patron François Morin" a retrouvé sa silhouette initiale grâce à la suppression de la timonerie en polycarbonate. Sa mise à l'eau a été effectuée lors des fêtes maritimes de Brest de 2016.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1960
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Fécamp
Auteur(s)Auteur : Le Maistre chantier naval

Construit comme tous les canots de sauvetage anciens en bois sur le principe d'une coque autoporteuse légère, souple et solide, bordée de trois épaisseurs croisées en chêne séparées par un tissu de lin, sur membrures en acacia ployé. La coque comprend quatorze caissons étanches en cuivre, et les cockpits sont auto videurs. Les deux moteurs Baudouin de 80 CV d'origine ont été remplacés en 1976 par des moteurs Renault-Couach RMD de 140 CV qui le propulsent à 9, 5 nœuds. Au cours de cette refonte à l'atelier de la SNSM à Saint-Malo, le poste de pilotage a été fermé.

Catégoriespatrimoine maritime, charpente
Matériauxbois
Mesuresla : 4.12 m
l : 14.2 m
Précision dimensions

poids = 20 tonnes dont 2 tonnes de lest ; tirant d'eau = 1,07 m.

Précision état de conservation

Le canot est resté dans son état d'origine, la seule modification étant l'allongement des chandeliers supportant les batayoles pour gagner un rang de filière par mesure de sécurité. Restauration par le chantier du Guip à Brest depuis 2006-2007. Apte à la navigation. Mise à l'eau effectuée le 14/07/2016.

Statut de la propriétépropriété publique, Propriété commune de Ouessant.
Protectionsclassé au titre objet, 2010/09/13