Logo ={0} - Retour à l'accueil

Calvaire (Dinéault)

Dossier IA29004437 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationscalvaire
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Châteaulin
AdresseCommune : Dinéault
Adresse : Bourg : enclos de l'église paroissiale

Les parties les plus anciennes de ce calvaire remontent au milieu ou à la seconde moitié du 16e siècle (statues géminées de saint Pierre et saint Jean, statues géminées de saint Sébastien et de la Vierge, groupe de la Vierge de Pitié et saint évêque). L'ensemble a été modifié et complété entre 1648 et 1650 (dates portées sur le socle et le fût), à l'initiative de A. Le Bullier et L. Garo, sans doute des fabriciens dont les noms sont gravés sur le socle et le fût. A cette époque semble remonter le couronnement de la croix figurant le Christ en croix (ouest) et le Christ souffrant (est), sculptures provenant de l'atelier de Roland Doré, de Landerneau. La traverse est datée 1696 et porte les noms de I. Horellou, fabricien et M. Kauden (Keraudren ?), recteur ; de cette période dateraient également les statues de sainte Marie-Madeleine et saint Jean posées sur le socle.

Période(s)Principale : milieu 16e siècle , (?)
Secondaire : milieu 17e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Dates1648, porte la date
1650, porte la date
1696, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Horellou I. commanditaire signature
Personnalité : Keraudren M.? commanditaire signature

Réalisation en kersantite, à l'exception du soubassement, en granite. Table d'offrande adossée à la face ouest du soubassement. Socle, face ouest : sainte Marie-Madeleine, saint Jean, moine (saint François d'Assise ?). Elévation ouest : Vierge, évêque, Marie-Madeleine, saint Jean, Christ en croix, anges recuillant le sang du Christ dans un calice. Socle, face est : sainte Face. Elévation est : saint Pierre, saint Sébastien, groupe de la Vierge de Pitié, Christ souffrant.

Murskersantite
granite
États conservationsremanié, bon état
Techniquessculpture
Mesuresh : 560.0

Cette composition de qualité témoigne de la conservation d'éléments du 16e siècle lors d'un renouveau un siècle plus tard. L'apport de Roland Doré ou de son atelier au milieu du 17e siècle demeure limité et intervient sans doute suite à la perte du couronnement initial.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère, 1980, Quimper, p. 65-67.