Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cale du port (Saint-Suliac)

Dossier IA35046173 inclus dans Village de Saint-Suliac réalisé en 2006
Parties constituantes non étudiéesquai
Dénominationsport, cale, jetée
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine
AdresseCommune : Saint-Suliac
Cadastre : 1982 AH

Au début de 1857, dans une lettre adressée au préfet d'Ille-et-Vilaine, le directeur des Ponts-et-Chaussées au Ministère de l'Agriculture commande un avis sur la construction de la cale de Saint-Suliac.

Le 6 mars 1857, l'ingénieur ordinaire Bellinger envoie ses premiers plans pour la construction d'une jetée de soixante-huit mètres, la dépense est estimée à 35.000 francs.

Le 23 avril 1859, un nouveau projet, d'un montant de 10.000 francs est proposé. La cale projetée mesure toujours soixante-huit mètres de long pour trois de large, au lieu des cent dix mètres qui sont réclamés par les habitants. Bellinger, désormais ingénieur en chef, a tenté de réduire les coûts, sur demande du ministre, en ménageant dans l'épi six passages interrompant les maçonneries et couverts par des madriers de sapin. Cette conception, testée à la Houle-sous-Cancale, ne rendant la jetée accessible qu'aux seuls piétons, n'est pas retenue.

Un nouveau projet est rapidement dressé en juillet 1859 et approuvé le 20 octobre de la même année par le ministre des Travaux publics.

Le 28 février 1868, Louis Guimard, entrepreneur de travaux publics à Saint-Servan, obtient l'adjudication de ces travaux de construction de la jetée, pour un montant estimatif de 7.791,77 francs.

Le 20 mars 1869, il obtient une soumission de travaux supplémentaires pour la réalisation d'un aqueduc visant à évacuer les eaux pluviales de la rue principale de Saint-Suliac, pour une somme de 2.500 francs. Ces travaux sont terminés en 1870.

Le conseil municipal demande lors d'une séance le 17 mars 1872 le prolongement de la "jetée embarcadère".

Le 6 septembre 1872, l'ingénieur ordinaire Floucaud de Fourcroy propose dans un rapport le prolongement de la cale de soixante-dix mètres. Ce projet est accepté par le ministre de la Marine le 27 septembre, même s'il s'associe au voeu des pêcheurs qui auraient préféré un prolongement de cent mètres. Finalement le projet proposé par l'ingénieur est approuvé par le ministre des Travaux publics, le 3 décembre 1872.

Le 13 février 1874, les travaux sont adjugés à M. Sauveur. En juillet, les habitants de Saint-Suliac réitèrent cependant leur demande visant à porter le prolongement à cent mètres. Le procès-verbal de réception provisoire des travaux, du 10 mars 1876, dressé par les des Ponts-et-Chaussées, atteste de la fin des travaux.

La construction des quais de Rance et des lançonniers suivra cette installation qui se poursuivra à partir de 1909 par les quais de Villeneuve.

En 1896, des demandes de prolongement de la jetée ressurgissent. Dans leurs rapports, les ingénieurs du service maritime d'Ille-et-Vilaine discutent sur la retombées de tels travaux pour le commerce et la pêche, en revanche ils soulignent l'augmentation du nombre de touristes que les difficultés d'accès tiennent éloignés de l'anse.

En 1926, un nouvel avant-projet de travaux prévoyant le prolongement de soixante-dix mètres de la jetée de manière à la rendre accessible à toute heure de marée, ainsi que l'élargissement de trois à six mètres et l'exhaussement de cet ouvrage est proposé. La dépense est évaluée à 130.000 francs. On constate aujourd'hui sur le terrain que la cale mesure cent quatre-vingt-dix mètres de long pour six mètres de large. Ces travaux ont donc été effectivement réalisés, mais aucune source ne permet d'en connaître, à ce jour, la chronologie exacte.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1868, daté par source
1874, daté par source
Auteur(s)Auteur : Floucaud de Fourcroy Paul ingénieur des Ponts et Chaussées attribution par source
Auteur : Bellinger Auguste ingénieur des Ponts et Chaussées attribution par source

La cale de Saint-Suliac se développe dans la continuité de la rue principale du village. Elle est constituée d'un palier haut d'où partent perpendiculairement deux rampes d'accès à la grève. Le plan incliné s'étire sur près de cent quatre-vingt-dix mètres, s'enfonçant dans la Rance suivant une pente relativement faible de six centimètres par mètre.

Les murs de soutènement de la cale, du côté nord-ouest, sont élevés en moellon de granit, mis en oeuvre sur des lits de pose réguliers. Leur assise est plus aléatoire, du côté sud-est. Cette différence de parement peut s'expliquer par deux campagnes de travaux différentes, la cale ayant ayant été élargie de trois mètres (sûrement sur son flanc sud-est) vers 1926. Le parement du mur de la rampe d'accès à la grève qui prend naissance à gauche du palier reprend l'aspect du mur du quai de Rance, avec des moellons de granit équarris de grand appareil, surmontés par des couronnements en béton. La rampe de droite est construite en moellons de granit équarris de plus petite taille.

Le palier haut est recouvert de goudron, alors que le reste de la surface a reçu une couche de béton qui s'épaissit à mesure qu'approche le bout de la cale. L'emplacement des pierres de couronnement des murs de soutènement a été matérialisé par une profonde rainure sur la surface bétonnée, symbolisant ainsi le dispositif architectural originel. Ce cantelage souffre aujourd'hui d'importantes lézardes.

On trouve sur cette cale des organeaux, mais pas d'échelle de secours. Un escalier est pratiqué sur le musoir, c'est-à-dire l'extrémité de la cale.

Les nombreuses modifications apportées à la cale ne permettent plus d'apprécier la disposition et la provenance de l'ensemble de ses matériaux d'origine. Cependant, une grande part peut être déduite du cahier des charges dressé par l'ingénieur Bellinger en 1859. Si l'utilisation de pierre de taille a immédiatement été écartée pour faire des économies, ce document renseigne l'origine des moellons de granit, issus des carrières du port Saint-Jean, et des pierres de couronnement venant de la Courbure près de Dinan.

Mursgranite
moellon
pierre de taille
béton
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété de la commune
Éléments remarquablesjetée, embarcadère, cale

Annexes

  • A.D. Ille-et-Vilaine : 4 S 5085.

    6 mars 1857

    Extrait d'une lettre de l'ingénieur ordinaire Bellinger.

    Le port de Saint-Suliac est situé sur la rive droite de la Rance. Il est formé d'une grève où les bateaux et les petits navires, caboteurs s'échouent et sur laquelle on fait circuler pendant la basse mer les voitures qui opèrent le chargement et le déchargement des marchandises. Il n'y a pas lieu de changer ce procédé d'embarquement qui est simple et commode, mais il serait utile de créer un embarcadère pour les personnes qui s'embarquent seulement au moment du départ quand la marée a déjà fait flotter l'embarcation.

    Le port de Saint Suliac fait un commerce de cabotage minime, mais il possède environ soixante bateaux employés à la pêche et au transport des engrais de mer à destinés à l'agriculture, on rendrait donc un grand service aux propriétaires de ces bateaux en construisant au milieu de la grève un épi élevé seulement de 1m 50 au-dessus du sol et sur lequel on embarquerait avec des embarcations à flot...

    Ingénieur ordinaire Bellinger.

    1858, 1859

    projets et construction d'un épi

    Une jetée en forme d'épi sera construite dans la grève de Saint Suliac pour y faciliter à haute mer les embarquements et débarquements.

    1872-1875

    Prolongement de la jetée embarcadère. Provenance et qualité des matériaux.

    Pierre de taille.

    La pierre de taille proviendra des Iles Chausey, elle sera exclusivement bleue et extraite des rochers les plus durs.

    Moellons.

    Les moellons proviendront des carrières de la Courbure près Dinan, ou des carrières du Port Saint Jean qui seraient susceptibles de fournir des matériaux de qualité.

  • 20063517164NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20063517163NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D.Ille-et-Vilaine : 4 S 5085.

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 4 s 5085
  • A.D. Ille-et-Vilaine: 4 S 5003

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 4 S 5003
  • A.D. Ille-et-Vilaine: 4 S 1975

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 4 S 1975
Documents figurés
  • Côte d'Emeraude. 1042. Saint-Suliac, Vue générale [le Mont Garrot], carte postale, éditions ELD (A.D. Ille-et-Vilaine. 6Fi41) .

  • Côte d'Emeraude. 104. Les Bords de Rance. St-Suliac, Vue générale, éditions HLM (A.D. Ille-et-Vilaine. 6Fi46) .

  • Le port de Saint-Suliac, reproduction d'un dessin de Théodore Busnel, in : DE CERNY, Elvire. Saint-Suliac et ses traditions. Contes et légendes d'Ille-et-Vilaine. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1987. (Rééd. Association, Rue des Scribes).