Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cale du Port Jacquet (Saint-Cast-le-Guildo)

Dossier IA22001042 inclus dans Patrimoine maritime : architecture littorale et portuaire (Saint-Cast-le-Guildo) réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

Appellations Port Jacquet
Parties constituantes non étudiées escalier, quai
Dénominations port, cale
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
Adresse Commune : Saint-Cast-le-Guildo
Lieu-dit : Port Jacquet
Adresse : rue du Port Jacquet
Cadastre : 1983 282 AD non cadastré ; domaine public

La dénomination de port Jacquet tient son origine de Jagu ou Saint-Jacut. Les moines de Saint-Jacut disposant d'un prieuré sur l'Isle Saint-Cast en 1163 et d'une trêve à Sainte-Blanche. Ce havre, fort médiocre, qui semble fort fréquenté à la fin du 17e siècle, représentait l'unique port de Saint-Cast avant l'aménagement de la cale du Vallais au milieu du 19e siècle. Les navires disposaient d'une modeste jetée et forme de quai - dont on peut apercevoir les vestiges et les ruines aujourd'hui. Une estacade en bois pouvait prolonger l'actuelle cale. Les échanges s'opéraient surtout avec Saint-Malo, dont la ville fut construite grâce aux fameuses pierres schisteuses de Saint-Cast. Charles Mazin, ingénieur de la place de Saint-Malo décrit ainsi le port Jacquet en 1756 : "On aborde au port Jacquet ou havre de Saint-Cast à toutes heures, à toutes marées avec des bâtiments au-dessous de 100 tonneaux. Il y a communément 30 pieds de profondeur d'eau de mer haute, la rade y est bonne et sûre, toutes sortes de bâtiments peuvent y relâcher, flotter ou échouer. Il y a dans ce port plusieurs barques et gabarres qui font commerce de bled et de pierres qui se portent à Saint-Malo et ailleurs." Cette analyse du havre de port Jacquet nous fait relativiser la définition d'un havre portuaire à cette époque. L'anse de la vache, proche de port Jacquet était cependant plus facile d'axés par les voies charretières pour transporter les platins des Perrières. En 1830, le port de Saint-Cast reçoit la visite de 170 navires totalisant 11.443 tonneaux Un système de va et vient permet aux embarcations de faible importance d'être hissées le long de la falaise, avec un palan, pour rester à l'abri des flots. On retrouve cette particularité castine dans les petits ports de la baie de la Fresnaye, et encore aujourd'hui près des quatre Vaux. Des organeaux sont fixés à l'aplomb de la cale, au niveau des roches, qui prolongent au sud. La cale du port est en partie détruite. Le quai qui prolonge la descente en escalier de l'impasse du baromètre au port Jacquet est encore en bon état. Seules les dernières marches sont en partie détruites, pour relier cet escalier au quai.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle

De la cale et du quai de Port Jacquet, ne subsiste qu'un modeste quai de 15 m de long sur 0,50 m de hauteur et 4 m de largeur totale, s'appuyant sur un massif rocheux en bas de la falaise. L'ensemble est à l'état de ruines.

Murs granite
schiste
États conservations vestiges
Mesures l : 15.0
la : 4.0

Vestiges du premier port de Saint-Cast. La cale de port Jacquet pourrait être remontée et restaurée avec les pierres éparses autour de l'édifice.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à étudier

Annexes

  • 20022215308NUCB : , Coll. Part.

    20022215230NUCB : , Coll. Part.

Références documentaires

Bibliographie
  • MAZIN, Charles. La Côte de Bretagne depuis Lancieux jusqu'à Pordic. In Société d'Emulation des Côtes-du-Nord, 1971, 99.