Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bourg de La Feuillée

Dossier IA29003067 réalisé en 2007
Dénominations bourg
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Huelgoat
Adresse Commune : Feuillée (La)
Adresse : Bourg

Situé au coeur du territoire communal, le bourg de La Feuillée se distingue par sa structure radioconcentrique et une grande place centrale où se croisent plusieurs voies de communication dont l'ancienne route romaine, devenue royale puis nationale et départementale, liant Carhaix à Morlaix. Cette route contourne aujourd'hui le bourg au sud. L'espace villageois est marqué par deux emprises religieuses, l'enclos (aujourd'hui disparu) avec l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste à l'est, et la modeste chapelle Saint-Houardon au nord-ouest. Fondation des ducs de Bretagne en faveur de l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, la paroisse remonte au 12e siècle et demeure, tout au long de l'Ancien Régime, le chef-lieu de la commanderie régie par le système féodal, avec hôpital (disparu) et haute, moyenne et basse justice. La structure de l'agglomération, relativement développée pour une commune rurale des monts d'Arrée, tout comme la présence d'une grande place destinée anciennement aux nombreuses et fréquentes foires aux bestiaux (depuis au moins le 17e siècle et jusqu'au début du 20e siècle) ou encore la qualité de certaines maisons, sont le reflet de ce statut historique particulier. Projetée depuis 1882, la translation du cimetière entourant l'église paroissiale n'est effectuée qu'entre 1911 et 1913 vers un secteur non urbanisé au nord-est du bourg, à proximité du presbytère ; il a été agrandi entre 1934 et 1937 d'après les plans d' A. Coignat, architecte de Carhaix. Depuis 1922, le monument aux morts, identique à celui de la commune voisine de Botmeur, s'élève sur l'ancienne place aux foires. Les rues, délimitant des petits îlots, ont gardé, la plupart du temps une toponymie bretonne. Quelques bâtiments anciens ont été conservés : dans la rue Hent Ménez Aré, neuf logis ont été repérés, quatre du 19e siècle et cinq de la première moitié du 20e siècle. La rue Jean-Louis Goarnisson conserve deux logis, un construit vers 1850, l'autre dans la première moitié du 19e siècle ainsi que l'ancien presbytère du 19e siècle. A Pors Clos, en plus de l'ensemble bâti sélectionné, deux logis de la seconde moitié du 19e siècle ont été repérés. Deux logis de la rue Garenn Gut, un du 18e siècle, l'autre daté 1869 ont été repérés. Huit bâtiments, ou ensemble de bâtiments, de la rue Lein Haleg ont été pris en compte, un du 17e siècle, six du 19e siècle et une grange datée 1817. La rue Hent Dour Bras conserve, outre "l'auberge de la crêpe" sélectionée, deux logis anciens, un construit vers 1750, l'autre vers 1860. Sept logis (ou ensemble de logis) ont été repérés autour de la place des Maronniers, dont six construits au 19e siècle (1834, 1846, 1849, vers 1910). Un ensemble de logis du 17e siècle remanié au 20e siècle est conservé dans une ruelle entre la place des Maronniers et la chapelle Saint-Houardon. Rue Garenn Sant Houardon, cinq bâtiments du 19e siècle sont repérés. Trois constructions du 19e siècle, rue Lap, sont repérés, dont un alignement de deux crêches daté 1849. Enfin, la rue Hent ar Gar conserve quatre logis ou ensembles de logis dont un du 17e siècle ou du 18e siècle et trois du début du 20e siècle (un logis daté 1901).

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Dates 1817, porte la date
1834, porte la date
1846, porte la date
1849, porte la date
1869, porte la date
1901, porte la date

Les maisons repérées présentent majoritairement des façades ordonnancées, à deux, trois, quatre ou cinq travées. Elles forment souvent des alignements (rue Hent Ménez Aré, rue Jean-Louis Goarnisson ou rue Pors Clos). Le rez-de-chaussée de ces maisons était souvent occupé par un commerce (boulangerie, quincaillerie, épicerie, boucherie...). Les bâtiments les plus anciens sont, soit des logis-étable (à une ou deux portes à comble à surcroît), soit des logis indépendants à avancée (à étage ou à comble à surcroît). Ils se situent essentiellement dans les parties nord et ouest du bourg, vers Lein Haleg, la rue Garenn Gut et la rue Garenn Sant Houardon. L'ancien presbytère qui jouxte le cimetière a été reconstruit après 1835. Entouré d'un mur, on accède à la cour par un portail monumental. Une maison (rue Hent ar Gar) présente un plan atypique massé et double en profondeur, avec des caves semi-enterrées. Il a certainement été construit vers 1905, date de la construction d'un autre logis du même type à Pors Clos (voir dossier individuel).

Murs granite
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
noue
Typologies type ternaire, logis à avancée (à étage, toit en bâtière), logis-étable à une porte, logis-étable à deux portes, logis à avancée (comble à surcroît, toit rampant), logis à pièce unique, logis à deux pièces

Site des Monts d'Arrée (site pluricommunal) : toute la commune est en site inscrit (arrêté du 10 janvier 1966).

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20062907690NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 124.

    20072907574NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 124.

    20062907694NUCA : Archives départementales du Finistère, 2 O 428.

    20072907747NUCA : Archives départementales du Finistère, 2 O 430.

    20072907752NUCA : Archives départementales du Finistère, 2 O 430.

    20072907753NUCA : Archives départementales du Finistère, 2 O 430.

    20072907754NUCA : Archives départementales du Finistère, 2 O 430.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 3 P 124. Cadastre de 1835, section A 1, A 4, F. Mercier, préfet, Le Gal, maire, Taconnet, géomètre en chef.

  • A.D.Finistère, 2 0 428. Maison communale et école. Projet de transformation par Joseph Bigot, architecte à Quimper, vers 1850. Maison servant d'école et mairie. Projet de réparation par Jules Boyer, architecte à Morlaix, 1846. Groupe scolaire. Emplacement projeté, vers 1882.

  • A.D. Finistère, 2 0 430. Translation du cimetière (1911-1913) ; agrandissement (1934-1937) : plans de A.Coignat, architecte à Carhaix.

Bibliographie
  • Ouvrage collectif. A l'époque du petit train (1912 - 1932). Association AN FOLLED .