Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Blanchisserie industrielle Lecadet et Cie, actuellement studio d'enregistrement, 12 rue du Père Maunoir (Rennes)

Dossier IA35000580 réalisé en 1998

Fiche

Appellations blanchisserie industrielle Lecadet et Cie, actuellement studio d'enregistrement
Destinations studio d'enregistrement
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau
Dénominations blanchisserie industrielle
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Rennes
Adresse : 12 rue du Père Maunoir
Cadastre : 1980 BZ 172

Blanchisserie industrielle dont le permis de construire a été délivré à Eugène Lecadet le 11 avril 1949 et conçue par l'architecte Chevalier. En juillet 1949, constitution de la SARL Teinturerie Lecadet et Cie. L'atelier de teinture et les bureaux sont situés au rez-de-chaussée, la salle de repassage, ainsi que le séchoir à ventilation naturelle au premier étage. En 1955, construction d'un hangar. En 1958, agrandissement de l'atelier de teinture pour faire la jonction entre l'atelier primitif et le hangar construit en 1955. En 1966, Eugène Lecadet transforme la devanture de son magasin. En 1971, l'établissement réalise tous les travaux de teinturerie de collectivité, pour l'administration et pour les hôtels particuliers. Les débouchés concernent en totalité le marché régional. La date de cessation d'activité est inconnue. Aujourd'hui, le bâtiment est occupé par un studio d'enregistrement. En 1971, le matériel de production comprend une machine de nettoyage à sec Everest, une machine de nettoyage à sec Actime, trois presses à repasser Hoffman, un mannequin Hoffman, un mannequin Cissel, trois fers vapeur Hoffman, un séchoir, une essoreuse Rousselet, une chaudière Bloc-Creil, un trimballeur et une machine à emballer. En 1971, la teinturerie emploie douze salariés.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1949, daté par source
1955, daté par source
1958, daté par source
1966, daté par source
Auteur(s) Auteur : Chevalier, architecte,

Blanchisserie industrielle composée de trois corps de bâtiment accolés représentant, en 1971, une superficie couverte de 400 m2 et une superficie totale de 800 m2. L'atelier de fabrication, qui comprend les bureaux au rez-de-chaussée, compte un étage carré. Il est construit en ciment à ossature en béton armé enduit, surmonté d'un toit à longs pans en ardoises. Sa façade postérieure est flanquée d'un entrepôt industriel en rez-de-chaussée, couvert d'un toit à longs pans en ciment amiante supporté par une charpente en béton armé. Ce dernier est flanqué d'un petit bâtiment en appentis.

Murs ciment
béton
enduit
béton armé
béton armé
Toit ardoise, ciment amiante en couverture
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
appentis
lanterneau
Énergies énergie électrique
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ille-et-Vilaine 3per 2740. Annuaire technique régional. Bretagne : Ille-et-Vilaine, p. B459 (1971).

  • AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (1930-1971).

Documents figurés
  • Teinturerie, plan du rez-de-chaussée, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue Père Maunoir (20 mars 1949).

  • Teinturerie, plan du 1er étage, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (20 mars 1949).

  • Teinturerie, coupe transversale, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (20 mars 1949).

  • Teinturerie, élévation sur jardin, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (2 avril 1949).

  • Teinturerie, élévation sur rue, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (2 avril 1949).

  • Teinturerie, coupe transversale, AM Rennes 799W 14. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue du Père Maunoir (2 avril 1949).