Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Batteries de côte puis batterie antiaérienne française en 1955 (6 canons de 19 cm modèle 1875-1876, 4 canons G de 95 mm sur affût G de côte), (4 canons de 240 mm modèle 1903 TR, 4 canons de 95 mm en 1914) (4 canons de 10,5 cm) (Cr 340), Pointe de Tremet (Roscanvel)

Dossier IA29001326 inclus dans Groupe défensif côtier "Crozon" codé "Cr" réalisé en 2002
Appellations Batterie de Tremet
Parties constituantes non étudiées abri, blockhaus, casemate
Dénominations batterie, blockhaus, casemate, abri
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Roscanvel
Lieu-dit : Pointe de Tremet

Fonction : défense du vestibule de la rade de Brest côté baie de Camaret contre un but marin puis batterie de défense contre avions (DCA) en 1955.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1883, porte la date, daté par travaux historiques
1884, daté par source
1891, daté par travaux historiques
1900, daté par travaux historiques
1943, daté par travaux historiques
1944, daté par travaux historiques
1955, daté par travaux historiques
Murs terre
moellon
maçonnerie
béton armé
Toit pierre en couverture, béton en couverture, terre en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, sous-sol
Couvrements voûte en berceau
Couvertures terrasse
États conservations désaffecté

Il s'agit d'un site en terrain militaire : l'accès est interdit sans autorisation préalable.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler
Sites de protection site classé

Annexes

  • BATTERIE DE TREMET par Philippe Truttmann.

    Situation : sur la pointe de Tremet, dans la presqu'île de Roscanvel.

    HISTORIQUE SOMMAIRE

    Site déjà occupé au 17e siècle (1694) dans le cadre de la mise en état de défense de la rade de Brest puis remanié au 18e et au 19e siècle. Il ne subsiste rien de visible des travaux de cette époque, constitués vraisemblablement par une simple levée de terre avec mur de genouillère en maçonnerie.

    A la veille de sa refonte complète (1883-1884), la batterie se présentait comme un parapet tracé en quart de cercle avec 7 positions de pièces.

    La batterie a été complétement réorganisée après 1870 (1883-1884) et transformée en batterie de bombardement pour canons de gros calibre (6 pièces de 19 cm d'après un Atlas de 1893) avec plate-formes, traverses-abri, magasin à poudre terrassé (abris en maçonnerie et massifs protecteurs en terre).

    Vers 1891 (donc après la crise de l'obus-torpille), l'ouvrage a été doté d'un magasin à poudre sous roc, avec entrées bétonnées, pour suppléer le magasin terrassé qui n'était plus à l'épreuve de nouveaux projectiles. C'est vers cette même époque qu'a été construite la batterie annexe.

    Vers 1900, la batterie a été de nouveau modernisée et dotée d'un parapet de plate-formes et de traverses en béton spécial et en béton armé. L'armement était alors constitué de 4 canons de 24 cm (sur affût à pivot avant), et semble avoir subsisté tel quel jusqu'en 1940.

    En 1955, la Marine a utilisé le site de la batterie pour y implanter une batterie de défense contre avions (DCA) constituée de 4 pièces de 105 mm S.K./C 32 allemandes de récupération : installées en cuves, sous coupoles blindées.

    L'ouvrage actuel est un composé des éléments subsistants de ces différentes transformations. Il ne subsiste comme armement que les 4 pièces installées en 1955.

    Mission : jusqu'en 1940, la batterie de Tremet était une batterie de côte (batterie de bombardement) tirant face à l'ouest, chargée de lutter contre les navires ayant pénétré dans le vestibule de la rade de Brest, et leur interdire le mouillage et les approches de la baie de Camaret. En 1955, la batterie est devenue batterie lourde de défense contre avions (DCA) de défense éloignée du port militaire de Brest.

    DESCRIPTION DE LA BATTERIE PRINCIPALE

    - Magasin à poudre enterré (repère I du plan de masse) : organisation générale conforme aux prescriptions techniques relatives à ce type d'ouvrage. Chambre des poudres voûtée, galerie enveloppe, chambre des lanternes, le tout construit en maçonnerie recouverte de terre (3 à 6 mètres). A noter : deux entrées, porte principale en plein cintre datée 1884.

    L'ouvrage a été transformé intérieurement en logement pour la nouvelle batterie de 1955 ; les cloisonnements intérieurs ont complètement modifié l'état des lieux.

    - Traverse double en maçonnerie (repérée en pointillé sur le plan) : abri voûté double (deux voûtes surbaissées séparées par un piedroit). Très abîmé par le bombardement aérien.

    - Magasin à poudre sous roc : constitué par une chambre à poudre, avec vestibule, deux petits locaux (ateliers d'amorçage ou de chargement) donnant sur une galerie rectiligne voûtée en plein-cintre accessible à l'extrémité ouest par un escalier, et à l'extrémité est par un puits ayant été équipé d'un monte-charge. Le débouché du puits et celui de l'escalier sont protégés par une voûte en béton spécial, non armé, de 2 mètres d'épaisseur.

    - Disposition :

    Positions de pièces : 4 plates-formes séparées par des traverses doubles et encadrées aux deux extrémités par des traverses simples et les postes directeurs de tir. Les 4 pièces sont sur un même alignement.

    Ensemble en béton et béton armé.

    Route de service à l'arrière en contrebas.

    Au total : 3 traverses doubles et 2 traverses simples.

    Les première et troisième plate-formes en partant de la gauche ont été remplacés par des cuves de 105 mm de défense contre avions (DCA) en 1955. Le quai de circulation arrière a été arasé et remanié à l'alignement des façades arrières des abris traverses ; les deuxième et quatrième plate-formes sont dans leur état d'origine, les pièces et les sous-sellettes ont été enlevées.

    Traverses : chaque traverse double comprend une soute à gargousse encadrée de deux soutes à obus (A1, A2 et A3 du plan).

    Les traverses sont de simples parallélépipèdes en béton, à arêtes arrondies, enduites au ciment.

    Entrée et guichet de distribution (fenêtres rectangulaires) dans la façade arrière.

    Pour mémoire : batterie de défense contre avions (DCA), 4 cuves pour canon de 105 mm Flak sous tourelle légère (affûts protégés).

    Cuves en béton armé, octogonales, avec niches sous parapets et petit abri en béton accolé.

    Logement du gardien de batterie : deux bâtiments en élévation adossés à la façade arrière du magasin à poudre enterré.

    DESCRIPTION DE LA BATTERIE ANNEXE

    A 100 mètres au nord de la batterie principale, batterie pour 4 pièces de canon Guerre de 95 mm modèle 1888 sur affût de côte (A l'origine, la batterie était armée de pièces sur affût de campagne ; ce n'est que vers 1892 qu'elles furent remplacées par des pièces sur affût Guerre de côte). (les pièces manquent) réparties deux par deux sur deux plate-formes séparées par une traverses et encadrées par des massifs d'épaule.

    A gauche formant traverse d'extrémité : petit magasin à poudre en béton spécial à simple chambre de 3 mètres sur 4 mètres voûtée, avec galerie d'égout vers la mer.

    Parapet en terre soutenu par un mur en maçonnerie.

    Plate-formes soutenues à l'arrières par un mur et disposées sur un même alignement.

  • 20032901876NUCA : Archives Départementales, Finistère

    19702900037Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900039Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900038Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19692900338Z : , Bande n° 219.

    19692900339Z : , Bande n° 219.

    19692900340Z : , Bande n° 219.

    19692900341Z : , Bande n° 219.

    19692900342Z : , Bande n° 219.

    19692900332Z : , Bande n° 219.

    19692900333Z : , Bande n° 220.

    19692900334Z : , Bande n° 220.

    19692900335Z : , Bande n° 220.

    19692900336Z : , Bande n° 220.

    19692900337Z : , Bande n° 220.

    19712900547P : Base d´Aéronautique Navale, Lanvéoc-Poulmic (BAN)

    19692900349Z : , Bande n° 223.

    19692900348Z : , Bande n° 223.

Références documentaires

Documents figurés
  • Collection particulière Alain Chazette (Librairie Histoire et Fortifications à Paris).Photographie, 2e quart 20e siècle.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume