Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bateau de pêche, goémonier : 'Madeleine'

Dossier IM22005975 réalisé en 2009

Fiche

Voir

Dénominations bateau de pêche
Appellations Madeleine
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
Adresse Commune : Pleubian
Lieu-dit : baie de Laneros

Le bateau 'Madeleine', immatriculé PL191684, a été construit en 1959 dans l'usine d'algues Maton à l'Abervrac'h, par un chrpentier ouvrier chez Maton. Il a fait le goémon et la petite pêche pour le compte de Michel Tanguy (ancien goémonier) puis pour Léon Beaudour à l'Armor-Pleubian. De nombreux bateaux goémoniers de l'Armor faisaient le goémon, gréés en sloop et parfois motorisés pour l'usine d'algues de Pleubian avant que les goémoniers de Plouguerneau ne prennent le relais après la seconde guerre mondiale. Leurs bateaux ont ensuite été vendus aux Armoricains, comme la 'Madeleine'. Louis Meudal, Maurice et Jean Le Ner, natifs du Finistère ont utilisé la guillotine et la vrille à mains (ancêtre du scoubidou) pour couper le goémon de fond à bord de leurs embarcations (figures n° 1 det 2). Adrien Mesvel a passé la moitié de sa vie de marin au goémon à bord de la 'Marie' avant de chavirer devant l'usine de Pleubian, peu après la seconde guerre mondiale.

L'ancien bateau de travail, aujourd'hui désarmé et en très mauvais état, après avoir passé en plaisance, a été racheté par un groupe de personnes, organisé en association afin d'être restauré : association "La Madeleine".

En 2010, l'association a entrepris les premiers travaux de restauration du canot. Travaux qui vont durer cinq ans et permettre de sauver ce bateau et de le faire naviguer en plaisance.

Les travaux effectués par le charpentier Daniel Le Minoux, aidé de Pierrick Janvier (espars) et Paul Vaillant

- remise à l'équerre de la coque (coque vrillée, déformée)-

- décapage de la coque, recloutage de l'ensemble des bordés

- Pont et roof retirés

- changement de la préceinte et de quelques bordés dans les hauts (chêne)

- Reprise du pont (demi pontage)

- Replacement de 2/3 des membrures (chêne)

- Changement d'une partie de la quille

- reboulonnage de la quille (inox forgé par Yvon Lanthoën, forgeron)

- pose d'une carlingue neuve

- Réfection du tableau arrière (châtaignier et orme)

- Fabrication d'un gabarit et du chassis moteur

- Calfatage de la coque par François Briand

- Pose d'un moteur Volvo MB17, 3 cylindres (27 cv)

- Confection de l'ensemble du gréement (espars en pin Douglas) et du pouliage (Yvon Lanthoën, Pierrick janvier, Hervé Louédec, Daniel Le Minoux), sur les conseils de Klas Stelman. Le gréement est composé d'une grand voile Tergal cofectionnée par la voilerie du chantier de l'Enfer, d'un foc de route (Voile Performance) et d'une ancienne trinquette.

Le bateau a été remis à l'eau en juin 2015 à Lanneros.

-

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1959

La coque de la 'Madeleine' est construite à franc bord, en pin pour les bordés et en chêne pour les membrures. Elle est demi pontée avec de larges passavants. Les formes sont bien balancées et présentent une forte tonture et un maître bau très large. La cabine à l'avant, de forme rectangulaire, n'est pas d'origine et est en très mauvais état Le large tableau arrière présente une légère quête. L'étrave est de forte section et peu inclinée. La rablure de quille est ronde. Les membrures franches sont très espacées. La coque, motorisée à l'origine, ne possède plus de moteur, mais a conservé la ligne d'arbre et l'hélice. Le bateau n'a pas de gréement mais était gréé en sloop à l'origine. La jauge brute est de 3, 52 tonneaux. Le bateau après restauration donne un poids à sec de 1 tonne, 7.

La coque mesure 6, 90 m, 2, 60 m au maître bau pour un tirant d'eau de 1 m.

Le bateau pouvait être équipé d'un palan frappé dans le mât avec la drisse tournée sur le banc, pour utiliser un scoubidou manuel, sorte de crochet, permettant d'arracher les laminaires. Le bateau "Madeleine" est en mauvais état et mérite une restauration complète, comme témoignage ultime du passé des goémoniers de l'Armor.

Le bateau est aujourd'hui en 2018 entièrement restauré et navigue. Il a retrouvé sa belle tonture.

Catégories charpente
Structures partiellement ponté
Matériaux bois
Précision dimensions

l = 675 ; la = 268. Tirant d'eau : 1, 06 mètre.

États conservations mauvais état
Précision état de conservation

Le pont et le roof sont à restaurer ainsi que la préceinte.

Le dernier bateau goémonier de l'Armor-Pleubian 'La Madeleine' mérite d'être restauré, comme témoignage de l'activité goémonière locale.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre À signaler