Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture religieuse sur la commune de Montfort-sur-Meu

Dossier IA35029884 réalisé en 2003

Fiche

Au cours du XIIe siècle, les seigneurs de Montfort ont favorisé l'installation d'établissements monastiques dans l'environnement proche du château : prieurés par les abbayes Saint-Melaine de Rennes et de Saint-Méen, création de l'abbaye Saint-Jacques. De plus, l'attraction créée par le château a permis à la ville de s'accroitre progressivement. Ainsi, outre la ville close, des faubourgs se sont développés. Les trois faubourgs de la ville étaient le siège de trois paroisses éponymes sous l'Ancien Régime : Saint Jean, Saint-Nicolas et Coulon. Contrairement à d'autres villes médiévales, il n'existait pas, outre la chapelle seigneuriale, d'église intra-muros à Montfort-sur-Meu.

Les églises :

Eglise Saint Jean :

Le prieuré Saint Jean était une dépendance du monastère de Saint Méen, il est mentionné pour la première fois au début du 13e siècle. La paroisse Saint Jean remonte vraisemblablement à la même époque, en effet, en 1296, il est fait mention de cette paroisse. L'ancien logis prioral de Saint Jean devint le presbytère en 1707. De plus, l'ancien cimetière de la paroisse Saint Jean était à l'ouest de l'église et non au nord comme aujourd'hui.

L'église Saint Jean possédait une chapelle prohibitive aux seigneurs de Lourme. De plus, c'est dans cette église que le père Louis Marie Grignion de Montfort fut baptisé le 31 janvier 1673. Louis Marie Grignion de Montfort fut d'ailleurs canonisé en 1949.

L'église Saint Jean a été détruite en 1851 et remplacée par la chapelle Saint Joseph actuelle. Cette chapelle Saint Joseph réutilise certains vestiges de l'ancienne église Saint Jean, comme une porte gothique en arc brisé du 15e-16e siècle.

Eglise Saint Nicolas :

Au 12e siècle, le seigneur de Montfort fait appel à l'abbaye de Saint Melaine de Rennes pour la création du prieuré Saint Nicolas, à l'extérieur de la ville close. Ce prieuré était situé au sud de l'église du même nom. La paroisse Saint Nicolas remonte au début du 13e siècle.

L'église se trouvait au fond de l'actuelle place Saint Nicolas. Cette église était déjà paroissiale en 1252. Le cimetière Saint Nicolas était situé à l'emplacement actuel de la place Saint Nicolas.

Cette église était composée d'une nef et d'un choeur à chevet droit. Le dessin de l'une des verrières du 16e siècle est conservé aux archives départementales d'Ille-et-Vilaine.

Sous la Révolution française, elle fut transformée en lieu de stockage puis détruite en 1798.

Eglise de Coulon :

L'église de Coulon était située sur une colline, elle était composée d'une nef à chevet droit. Son existence était attestée depuis le milieu du 12e siècle. Les seigneurs du Manoir et des Grippeaux avaient l'autorisation, au 17e siècle, d'avoir deux pierres tombales dans l'église et leurs écus sur l'un des vitraux.

Comme dans les deux autres paroisses, il existait un cimetière à proximité de cette église.

Cette église est vendue comme bien national à Louis Jacques Nicolas Esnault pour 535 livres en 1794. En 1807, elle sert de carrière, puis, elle est détruite vers 1809.

Eglise Saint Louis Marie Grignion de Montfort :

Cette église est construite, à partir du milieu du 19e siècle, sur le site de l'ancienne motte féodale. Elle remplace l'église Saint Jean, à l'emplacement de laquelle est édifiée la chapelle Saint Joseph dans la seconde moitié du 19e siècle.

L'église Saint Louis Marie Grignion de Montfort a été construite vers 1850 par l'entrepreneur Peschard, sur les plans de Charles Langlois, et terminée dans les années 1880 par les frères Mellet.

Les établissements religieux :

L'abbaye Saint Jacques fut fondée en 1152 par Guillaume Ier. Elle appartenait, à l'origine, à la commune de Bedée, elle ne fut réunie à la commune de Montfort qu'en 1829. L'église abbatiale date du 14e siècle, cependant, elle a été ravagée par un incendie en 1976, il n'en subsiste que le portail. Deux ailes du cloître datent du 17e siècle, la troisième remonte, quant à elle, au 19e siècle.

Cet établissement fut vendu nationalement pendant la Révolution française et racheté en 1806 pour devenir un couvent d'Ursulines.

Aujourd'hui, une partie des bâtiments abrite un centre de formation pour techniciens agricoles.

Saint Lazare était primitivement une léproserie au 12e siècle. En effet, ces établissements furent crées à cette époque par les Croisés qui avaient ramené la Lèpre de leurs expéditions en Terre Sainte. Suite à la disparition de la lèpre, Saint Lazare est devenu un prieuré. Le prieuré fut reconstruit en 1622 et le père Louis Marie Grignion de Montfort s'y installa et repara la chapelle au début du 18e siècle.

Aujourd'hui, certains bâtiments abritent un Institut Médico-Educatif.

Une communauté d'Ursulines s'implante en 1639 à Montfort. Face à l'ancienne église Saint Jean, elles font construire un couvent tranformé en mairie actuellement. La chapelle a été détruite pendant la Révolution française. De plus, les bâtiments ont été vendus à cette période et achetés par différents particuliers.

Les croix :

Il existe sept croix sur le territoire de la commune de Montfort-sur-Meu. Elles datent, principalement de la fin du 19e siècle ou bien du début du 20e siècle. D'autre part, elles sont, majoritairement, en granite.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations abbaye, établissement conventuel, prieuré, église, chapelle, cimetière, presbytère, croix de chemin, croix de cimetière, calvaire
Adresse Commune : Montfort-sur-Meu
Période(s) Principale : 13e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 15
étudiées 0

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte postale ancienne. Montfort-sur-Meu. Chapelle Saint Joseph. Warnet Lefèvre, Rennes. Vers 1903. (Ecomusée du Pays de Montfort).

  • Carte postale ancienne. Montfort-sur-Meu. Restes de l'église St Jean où fut baptisé le Bienheureux de Montfort. (Ecomusée du Pays de Montfort).

Bibliographie
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de France. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes.

    p. 982-990
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 438-453 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. 273-283 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nouvelle édition [1778-1780] revue et augmentée, Rennes : Molliex, 1845.

    p. 48-53
  • VIGOLAND, Edouard. Montfort-sur-Meu, son histoire et ses souvenirs. Rennes : Hiacynthe Caillière, Libraire-éditeur, 1895.

  • ORESVE, F.L.-E. Histoire de Montfort. Paris : Res Universis, 1989.

  • BOHUON, Philippe. Constructions et reconstructions d'églises dans la région de Montfort-sur-Meu (1801-1905) . Mémoire de maîtrise d'Histoire U. H. B. Rennes II, 1993.

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Indicateurs du patrimoine, Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996.

  • SIBOLD, Marcel. Le sang des Grignion : la nature et la grâce. Rome : Centre International montfortain, 1987, 2 tomes.

  • Glanes en Pays Pourpré. Revue de l'Association culturelle de l'Ecomusée du Pays de Montfort. Montfort, 1er trimestre 1989, numéro 20.

    p. 2-9
  • BRETON, Yves. La fondation de l'abbaye de Saint-Jacques de Montfort. Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, bulletin et mémoires. Bannalec : Imprimerie Régionale, 1999.

    p. 29-92