Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture et édicules religieux sur la commune de Brécé

Dossier IA35031133 réalisé en 2004

Fiche

L'église paroissiale Saint Exuspère

La première mention de l'église remonte à 1158, année où elle est citée comme appartenant à l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. L'église, dédiée à Saint Exuspère, est alors une succursale de celle de Noyal-sur-vilaine, également propriété des moines de Saint-Melaine. Elle ne possède pas de cimetière avant 1216. De l'édifice d'origine, bâti à proximité de la Vilaine, subsistent l'abside et le mur diaphragme romans. La forme de l'abside, ses contreforts, son appareil en petits moellons sont des éléments caractéristiques des petites églises romanes des 11e et 12e siècles. La nef, aux dimensions réduites, est séparée du choeur par un arc diaphragme. La modestie de l'ensemble rappelle que l'église fut d'abord une chapelle. L'édifice connut sous l'Ancien-Régime plusieurs campagnes de travaux qui modifièrent sensiblement son aspect. Au 16e siècle, les seigneurs de Gosné construisirent une chapelle seigneuriale sur le mur sud de l'église communiquant avec la nef et éclairée par deux baies jumelles refaites en 1769 s'il faut en croire la date inscrite à côté. L'église possédait déjà une tour au 17e siècle. C'est au 19e siècle que l'église prend son aspect définitif. Une tour est construite (reconstruite ?) en façade vers 1805, par Coquillon, un maçon d'Acigné, ce que confirme le cadastre de la commune de 1809. Une sacristie est bâtie entre 1812 et 1832 contre le choeur, à l'est de la chapelle de Gosné. Devant l'état critique de la tour quelques décennies plus tard, l'architecte rennais Charles Langlois propose en 1840 un devis et des plans pour sa réparation, plans et devis approuvés par le Conseil Local des Bâtiments Civils au mois de juillet. Les travaux sont confiés à Auguste Marchand de Châteaugiron, "fort bon ouvrier". En fait, ce maître charpentier, tout en s'inspirant du projet de Langlois, va réaliser des travaux beaucoup plus importants. La tour va être totalement reconstruite et la nef allongée de 4 mètres. Le montant des travaux passa ainsi de 274 F à 2175 F sans l'aval du préfet. Plusieurs campagnes de restauration ont marqué au 20e siècle l'aspect de l'église. Le choeur a été entièrement restauré en 1908 d'ou, la disparition des boiseries. Le clocher fut refait 1955.

Le cimetière de Brécé

Avant 1216, la commune ne possède pas de cimetière, jusque là on enterrait les Brécéens à Noyal. A la suite d'un compromis, il fut décidé que Brécé aurait un cimetière pour "Les pauvres, les voyageurs et les enfants agés seulement de sept ans". La paroisse de Brécé fut créée entre cette année 1216 et 1231. L'ancien cimetière autour de l'église disparut en 1907. On transféra le nouveau cimetière plus à l'est du bourg, le long de la voie ferrée. Celui-ci fut terminé en 1905 et fut réalisé par l'architecte rennais Auguste Carcain.

Les chapelles

Il n'existe actuellement aucune chapelle sur le territoire de Brécé. Guillotin de Corson signalait toutefois l'existence de la chapelle des Noës, sur la route d'Acigné à Servon-sur-Vilaine (à 1200 m au nord du bourg et à 600 m au sud de la route). Elle existait en 1628, mais a aujourd'hui complètement disparu. On y célébrait parfois les mariages.

Les croix

En 1850, lors de l'établissement du cadastre napoléonien, il existait une dizaine de croix sur le territoire de la commune. Il n'en subsiste actuellement aucune de cette période. La seule croix présente à Brécé -excepté dans le village- est en granite et est posé sur un socle, lui-même, en granite. L'ensemble est situé sur une esplanade à laquelle on accède par un escalier de dix marches. La croix actuelle, réalisée en 2003, remplace une croix en bois de 8 m de hauteur placée à cette intersection en 1958 par le propriétaire de la ferme voisine, Les Métairies.

Le presbytère

Un premier presbytère est attesté au nord est de l'église au 17e siècle. Il fut rasé et remplacé au milieu du 18e siècle par une construction plus importante et qui existe encore aujourd'hui. Compte tenu de son mauvais état, le Conseil municipal décide en 1854 la construction d'un nouveau presbytère. Les devis et les plans sont établis par l'architecte rennais Delagarde et les travaux sont à la charge de l'architecte entrepreneur Auguste Marchand. Ce nouveau presbytère se présente alors comme une vaste maison de plan rectangulaire à un étage carré surmonté d'un toit à croupe. Le presbytère est transformé en mairie en 1980.

Le presbytère ne fut construit en 1865, qu'après de longues négociations entre la commune et la paroisse pour le choix du terrain. La charge représentée pour les travaux était si lourde qu'on avait proposé en 1862 de démolir d'abord l'ancien presbytère pour construire le nouveau dans les mêmes dimensions et avec les mêmes matériaux afin de limiter la dépense.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations cimetière, église, croix de chemin, croix de cimetière, presbytère
Adresse Commune : Brécé
Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 6
étudiées 0

Annexes

  • 20043505598NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série O. Travaux communaux, presbytère : 2 O40/8 (An XIV-1940).

Documents figurés
  • Brécé, l'église, carte postale par Mary Rousselière : Rennes, S.D.

  • Brécé. Section B1 développé, Polygone I. Gaboriaud, géomètre de 1ère classe, [1850], échelle 1/1000 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille-et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle, DUFIEF-MOIREZ Denise, RIOULT Jean-Jacques. Rennes : Association pour l' Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Mémoires. Le Patrimoine religieux. Publication de l'Association historique du pays de Chateaugiron, n°3, 2000.