Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne voie ferrée d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau

Dossier IA22004763 réalisé en 2005

Fiche

Précision dénominationvoie ferrée d'intérêt local
AppellationsLigne de chemin de fer d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau
Parties constituantes non étudiéesgare, pont
Dénominationsvoie ferrée
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Pléneuf-Val-André
AdresseCommune : Plurien
Cadastre : 2000 E1 non cadastré ; domaine public

La portion du deuxième réseau ferré d'intérêt local d'Yffiniac à Matignon a été déclarée d'utilité publique par la loi du 28 mars 1912. Le tracé définitif de la section comprise entre Erquy et Pléhérel fut approuvé en 1913. Mise en service progressivement du 11 juillet 1922 au 27 juin 1926, cette ligne aménagée sous la direction de l'ingénieur en chef départemental des Ponts-et-Chaussées Louis Harel de La Noë fut fermée le 31 décembre 1948 et déclassée le 2 décembre 1949. La portion Saint-Alban-Pléneuf-Erquy fut ouverte le 11 juillet 1922, celle d'Erquy à Pléhérel le 3 février 1924.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Harel de La Noë Louis
Louis Harel de La Noë (1852 - 1931
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées attribution par source

Ligne de chemin de fer à voie métrique à l'état de vestiges, dont il subsiste les bâtiments de l'ancienne gare et un pont franchissant l'Islet.

Typologiesligne à voie métrique
Statut de la propriétépropriété du département

Annexes

  • Le chemin de fer d'intérêt local, ligne d'Yffiniac-Matignon : demande de modification du tracé et d'installation d'une station à la plage de Minieu, par Roland Brouard, promoteur de la station touristique des Sables-d'Or, 1923

    Extrait du courrier adressé par Brouard au préfet des Côtes-du-Nord, en date du 24 avril 1923 :

    Mon ami et collaborateur, M. Launay, propriétaire à Saint-Malo, et moi, nous nous acharnons, depuis plus de deux années à la mise en valeur et au développement d'un des plus beaux coins touristiques des Côtes de Bretagne, entre Erquy et le Cap Fréhel.

    Déjà le Département des Côtes-du-Nord, ayant en vue le développement touristique des paysages merveilleux compris entre Saint-Brieuc et le Cap Fréhel, a entrepris de construire une voie ferrée traversant des plages et des sites, dont la plupart, jusqu'ici, étaient ignorés de la grande majorité des touristes, par suite de l'inexistence absolue de moyens de communications, aussi bien routes que chemins de fer.

    Nous sommes loin d'être aussi avantagés sous le rapport des communications par routes. Toute la partie située entre le Cap Fréhel et Erquy, n'est desservie que par des routes étroites avec tournants dangereux, routes passant à plusieurs km de la mer, au milieu des talus et landes sans intérêt et cachant aux touristes les merveilles de la côte.

    Nous venons, Monsieur le Préfet, vous demander de bien vouloir, avant que la ligne entre Erquy et Pléhérel soit terminée :

    1°/ Faire rectifier légèrement le tracé actuel de la voie ferrée pour que cette voie ne soit pas une tare choquante à l'oeil des touristes à côté de nos voies de communications et pour l'esthétique de l'ensemble de la station balnéaire.

    2°/ De bien vouloir incorporer la voie ferrée sur tout son parcours depuis le lavoir de la Crolle, jusqu'à la gare de Plurien, dans le boulevard de 10 mètres bordant la dite voie, ce qui donnerait pour l'ensemble un boulevard de 15 mètres sans compter les trottoirs que nous proposons de réserver de chaque côté.

    3°/ De faire exécuter au point indiqué sur le plan, dés cette année, une gare station dont nous assurerons le terrassement, pour les touristes se rendant à la plage de Sables-d'Or.

    La station de Plurien prévue actuellement, se trouve dans un emplacement très défavorable et légèrement marécageux, de nature à laisser aux touristes une mauvaise impression ; en outre trop éloignée de la plage pou pouvoir en être le pointe de départ d'un accès pratique.

    Nous étudions en ce moment avec la commune de Plurien, la possibilité de faire exécuter par la dite commune, le tronçon de route entre le point terminus de notre boulevard au Pont-Fily et le point d'arrivée de la route allant de Plurien-bourg à Plurien-gare, soit un tronçon d'environ 100 mètres seulement avec un tout petit ouvrage sur le ruisseau de Pont-Fily.

    4°/ De faire légèrement dévier et passer sur nos terrains, en prévision du développement très prochain de la station balnéaire, la ligne électrique dont le tracé actuellement prévu, passe à très peu de distance de Sables-d'Or-les-Pins.

    Si nos efforts, comme nous le croyons, aboutissent, c'est la mise en valeur prochaine de ce coin extraordinairement pittoresque et boisé, par lequel pourront désormais passer avec facilité les touristes allant de Dinard à Saint-Brieuc et réciproquement. De plus, nos routes constitueront l'amorce de la future route touristique côtière Cap-Fréhel-Erquy.

    Le conseil municipal de Plurien réclamait le passage du train à vapeur et une gare de voyageurs et de marchandises depuis 1905. Les raisons invoquées étaient autant d'ordre commercial pour l'expédition des pommes de terre, des pommes à cidre et des poulains que du trafic de sables de dunes, de pavés, de moellons et de pierre de taille des carrières, que touristique (le tourisme était déjà séduit par le cap Fréhel) et pour le transport des marins de commerce.

    La gare de Plurien fut inaugurée le 3 février 1924 par Trocquer, ministre des Travaux Publics. Le trafic ne cessa de croître jusqu'en 1939. Cependant, A la Libération, la concurrence des transports routiers amena la suppression de la ligne en 1949, malgré les protestations des élus locaux. La commune se rendit acquéreur de tous les biens de la ligne et de la gare, qu'elle revendit en 1958 à un entrepreneur de Plurien, Georges Alliaume. La voie de chemin de fer entre la gare et le viaduc fut acquise par la commune en 1958 pour en faire un chemin rural, aujourd'hui agréablement balisé et bien entretenu.

    Synthèse d'après l'ouvrage de Paul Amiot "Histoire de mon village, Plurien", 1983, Archives municipales de Plurien et Fréhel.

  • Le chemin de fer du second réseau (Guy Prigent)

    La ligne de chemin de fer du second réseau, qui traversait pendant le 1er quart du début du 20ème siècle la station touristique de Sables-d'Or, a conservé certains vestiges matériels de ses heures de gloire : les deux ouvrages de la passerelle de la Côtière et le pont du Marais, réalisés par l'ingénieur Harel de la Noë, qui permettaient au "petit train" de traverser l'estuaire de l'Islet. Ces deux ouvrages méritent d'être étudiés avec l'ensemble de la voie ferrée.

    La ligne de chemin de fer Erquy-Pléhérel fut ouverte le 3 février 1924, Pléhérel-Plévenon le 3 novembre 1925 et Plévenon-Matignon, le 27 juin 1926. Elle traversait l'estuaire de L'Islet, le marais du Minieux en Plurien et longeait les falaises de Fréhel. Après Plévenon, elle obliquait vers le sud, le long de la baie de la Fresnaye, empruntait le viaduc de Port-Nieux et la station de Port-à-la-Duc pour continuer son itinéraire touristique vers Matignon. En 1923, le promoteur de la station balnéaire de Sable-d'Or-les-Pins, demandait au préfet des Côtes-du-Nord de rectifier le tracé de la voie ferrée, afin d'intégrer le passage du boulevard principal de la station et de réaliser une gare à proximité de la plage, à des fins touristiques, avec des arguments d'ordre à la fois économique, touristique et esthétique. Le passage de la voie ferrée du second réseau au-dessus du marais du Minieu et en bordure de la côte, allait offrir aux touristes et aux autochtones une nouvelle vision paysagère de leur territoire "vue sur mer".

    Il y avait deux gares dans la station, une pour les marchandises et bagages à l'entrée et une pour les voyageurs et les bagages à mains, face aux Arcades. A cette époque, il fallait 2 heures pour rejoindre Sables-d'Or depuis Lamballe et 7 heures depuis Paris. Les affiches publicitaires pouvaient annoncer les délices de la station à la gare Montparnasse.

  • 20052204967NUCB : Bibliothèque municipale de Dinan, Fonds Perroquin.

    20052204966NUCB : Collection particulière

    20052204965NUCB : Collection particulière

    20052204996NUCB : Collection particulière

    20052204997NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 67 S 1 (6), 67 S 2, 67 S 3 (1), 67 S 4 (3-5), 67 S 5 (1).

  • AD Côtes-d'Armor : S supplément 437 (1925-1944).

  • AD Côtes-d'Armor : 85 S 129 (1921-1942).

Bibliographie
  • EQUIPEMENT. Département des Côtes-du-Nord : anciennes voies ferrées d'intérêt local. Conservation et mise en valeur du patrimoine. Saint-Brieuc : D.D.E, 1985.

    p. 28
Périodiques
  • GLORO, Jean-Pierre, CORNU, Alain. RDV Côte de Penthièvre n° 20. Pléneuf-Val-André, 2005.

    p. 18-21